Crise socio-politique : sept ans pour ça !

3

Élu par la quasi-totalité des Maliens, il y a de cela sept ans, le désormais ancien président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, vient de sortir par la petite porte. Un groupe de militaires l’a obligé à signer une lettre de démission.

 Au début, tout le monde avait vu en lui un sauveur, un homme à poigne, le messie, pourrait-on dire. Malheureusement, l’image qu’il nous a montrée, aux dernières heures du mardi 18 août (un peu avant minuit), a fini de nous prouver que tout le monde s’était trompé sur son compte : IBK n’a jamais été un homme courageux. Il s’est toujours caché derrière quelqu’un pour «jouer les gros bras».

Celui sur lequel le monde entier avait fondé tant d’espoir, celui que tous croyaient (naïvement) qu’il allait sortir le pays de la crise persistante qu’il traverse, a, un beau matin, face à quelques soldats mécontents, décidé d’abandonner son pays et son peuple en choisissant sa propre sécurité et celle de sa famille.

Ibrahim Boubacar Kéïta, l’ancien président, a donc refusé de résister à un petit groupe de soldats. Par sa faute, désormais, et pour une période que personne ne pourrait déterminer, le Mali vient de faire un grand saut dans l’inconnu.

Par sa faute, à lui tout seul, d’illustres inconnus viennent de s’accaparer, par la force, les rênes du pouvoir et se trouvent, désormais, en charge de gérer la destinée du pays. Finalement, c’est donc, encore une fois, un coup d’Etat qui a eu raison d’un président de la République au Mali.

Et, malheureusement, comme les fois précédentes, il ne faut pas s’attendre à grand-chose. Un coup d’Etat reste toujours un coup d’Etat, un acte inconstitutionnel, donc anti-démocratique.

Les Maliens qui aspiraient donc à voir leur crise prendre fin avec la venue d’IBK voient leur pays s’enfoncer dans une nouvelle crise qui, si l’on n’y prend garde, pourrait avoir raison du peu d’acquis obtenus. En effet, un militaire reste toujours un militaire et tout ce qu’on peut attendre de lui, c’est l’exercice du pouvoir par la force. Rien que ça !

 Moussa Touré 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. 7 ans de gâchis et de prédation des biens publics,
    7 ans d’inertie et de louvoiement,
    7 ans cleptocratie d’une élite et d’un politique éhontés,
    7 de fausses promesses politiques et de duperie à la sauce familiale,
    7 ans de surfacturation

  2. En 7 ans on a appris à prier, prier,prier…..et on a vu que dieu ne descendait pas du ciel et ne nous envoyait pas de vivres….mince alors 😂😂😂
    On a appris quelques mots d’Arabes…..
    On a appris à pleurer à la commande…
    On a appris que le whisky a remplacé le dolo
    On appris que le déguisement était de rigueur pour gagner les élections dans notre pays,
    On a appris c’est quoi l’hypocrisie religieuse,
    On appris l’importance de la séparation des pouvoirs…..
    On progresse

  3. 7 ans, 7 premiers Ministres, 7 gouvernements plethoriques pour ca! Boua le ventru IBK le gros nullard et faineant est sorti par la fenetre de l’histoire!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here