Culture : Bongolan, la tenue qu’il nous faut !

1

Dans le cadre de la valorisation de nos tenues traditionnelles, l’Association des Jeunes pour la Valorisation d’Alphabétisation et de la Culture (AJVAC) a mis en place un projet pour la confection du Bongolan, la vente du Bongolan et la formation des jeunes en bongolan pour l’épanouissement du bien-être de la jeunesse du Mali.  

Le bongolan, une tenue portait par nos ancêtres, est aujourd’hui une abandonnée. Cela s’explique par  la dévalorisation de nos tenues traditionnelles en faveur de la tenue moderne. C’est pour cela, l’AJVAC a mis ce projet en place pour valoriser le bongolan.

Ce projet est basé sur la confection du bongolan, sa vente et la formation des jeunes en bongolan afin que tous les Maliens puissent le porter quotidiennement.     « Le bongolan est une tenue traditionnelle cent pour cent Africain porté par nos ancêtres hommes et femmes qui donnaient une beauté purement Africain. Mais de nos jours le bongolan est moins connu, c’est pour cela nous avons décidé de mettre en application notre savoir-faire en bongolan pour que les Maliens peuvent bénéficiés nécessairement le bongolan qui la tienne. Nous faisons aussi les Tee-shirts en bogolan, les Lacostes et même les draps. En plus, ce qui est le plus important chez nous c’est le client qui est roi, c’est lui qui fait le choix et nous feront tout pour lui satisfaire par rapport à son choix du dessin », a déclaré Sékou Traoré dit ELBE, chargé des investissements, ventes, clients et conflit.

Certes, le bongolan est joli à porter, mais c’est aussi un facteur de création d’emploi.    « Nous avons décidé de prendre notre destin en main en faisant la mise en place ce projet : confection du bongolan et la formation en bongolan pour contribuer au développement de notre pays, car qui parle le développement d’un pays doit se focaliser sur le professionnalisme en formant les jeunes dans les métiers afin de lutter le chômage, le banditisme, la criminalité et même la rébellion. S’il y a de travail et que les jeunes sont employés, il y’aura vraiment la stabilité dans le pays. Je lance un appel à l’endroit de nos autorités compétentes de tout faire pour former les jeunes dans les métiers pour la lutte contre le chômage. Notre travail ne se limite pas seulement sur la confection du bongolan, nous faisons aussi la savonnerie et la calligraphie c’est adire les panneaux publicitaires etc… Le bongolan n’a jamais été aussi un travail facile, car il faut des matériaux nécessaires pour la confection  pour pouvoir donner un bon résultat.     Aboubacar Ganthaba le coordinateur et chargé des relations extérieurs : « Le travail du bongolan est un travail en main, c’est manuelle rien n’est fait en machine c’est pour cela que ce n’est pas un travail facile. Le bongolan est un habit en coton et c’est très joli a porté. J’invite les autorités, la population de mettre en valeur nos tenues traditionnelles en portant quotidiennement dans nos familles et dans nos services», a expliqué Abdoul Karim Haidara.

Rappelons que ce projet de l’Association des Jeunes pour la Valorisation d’Alphabétisation et de la Culture est placé dans le cadre de la valorisation de nos tenues traditionnelles, le développement et la lutte contre le chômage des jeunes au Mali.

 Sékou Traoré dit ELBE (stagiaire)

Source: La Priorité

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA KOLO

    Bongolan: AUTHENTICITÉ.

    LE BAZIN= TEXTILE COLONIAL= LARBINISME CONGÉNITAL

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here