Inégalités au Sahel : Fortes recommandations formulées à l’endroit des Etats et de la Cedeao

0

Oxfam  a présenté  le  9 juillet 2019  deux rapports  sur  les inégalités au sahel : « lutte contre  les inégalités pour  répondre  aux  défis  du développement  et de  la sécurité », « la crise  des inégalités en Afrique de l’Ouest ». Dans  le cadre  de  ces  publications, les bureaux pays  d’Oxfam ont été invités à  relayer  les  messages  soutenus  par  les  deux  rapports. Ainsi, le 17 juillet 2019, le siège de l’Association  des  Jeunes pour  la Citoyenneté  active  et  le  Démocratie  (AJCAD) a  abrité  le   lancement  des  rapports  d’OXFAM-Mali  à travers  une journée   d’échange  et d’exposition des justiciers   du Sahel  identifiés  au plan national, à l’endroit  d’acteurs  de la société  civile  engagées  dans  la  lutte  contre  les  inégalités avec  des hommes de médias. Yaya Touré, représentant  du directeur  d’Oxfam Mali, accompagné de  ces collègues  de  services, présidé  les travaux.

L’objectif  général  est de partager au maximum les rapports  du bureau  d’Oxfam portant sur les inégalités  au Sahel  et  l’engagement  à réduire  l’indexe des inégalités. De façon spécifique, il s’agit d’attirer  l’attention du citoyen sur les inégalités qui caractérisent notre sous-région du sahel et notamment du Mali ; sensibiliser  les médias sur  la problématique  des inégalités contenu dans  les rapports  de  la région pour mieux relayer  les différents messages ;  conscientiser  les décideurs  nationaux et sous régionaux  sur  les facteurs qui sous-tendent  les inégalités  et  leurs impacts  négatifs  sur les pauvres ; inviter  les décideurs   nationaux  à  investir  davantage  pour relever  les défis  du  développement  et  de  la sécurité ; découvrir  les talents de  la jeunesse  malienne  et  sous régionale  dans la lutte contre  les inégalités à travers  les justiciers  du Sahel.

Plusieurs  recommandations  ont  été  faites  par  lesdits rapports. A l’endroit  des  gouvernements, ils indiquent qu’un  changement de cap radical  s’impose  en faveur  de politiques qui, non seulement soutiennent  la croissance, mais s’attaquent  aussi  à l’éradication  de  la  pauvreté  et  la réduction  des  inégalités. Ils  préconisent  pour  cela  de  consacrer  des  dépenses  suffisantes  à des  services  publics  universels  de qualité, qui  resserrent  l’écart  entre riche et pauvre et qui  réduisent les inégalités ; redistribuer  aux personnes pauvres  grâce  à une fiscalité  progressive ; renforcer  la  protection  des  droits  du travail  et  adopter  des politiques favorisant  un marché  du travail  plus inclusif ; accroitre le soutien et les politiques  de l’Etat à l’agriculture  afin de mieux aider  les agricultrices et  agriculteurs familiaux.

A l’endroit de la CEDEAO  (Communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest), il a  été  formulé  à  son endroit de reconnaitre  la crise des inégalités qui sévit  en Afrique  de l’Ouest et planifier  des mesures  pour y remédier ; encourager  un « nivellement vers  le haut » dans la lutte contre les inégalités.

Après l’exposition des justiciers du Sahel  en  la  personne  de Fousseyni Samaké de CADD( Coalition des alternatives dettes et développement), Adam Dicko, directrice exécutive d’AJCAD Mali, l’écrivaine Mariam Dembélé,   sur leurs expériences  et leurs  programmes,  l’initiative d’Oxfam Mali de tenir ce lancement  a été salué  par  les participants.  Ils  ont  demandé  entre  autres  de mettre la priorité  sur les  femmes  et  les enfants  dans  la  lutte contre  les  inégalités  et la justice malienne  pour  jouer  pleinement  dans  la lutte contre  la corruption afin  que soit réduits  les inégalités.  «La fracture économique, sociale et politique croissante  rend  la  vie  de millions  de  personnes  plus dure  et  plus  courte. Les  inégalités  sont  criantes  et se  manifestent  dans  tous les domaines  de la vie. Elles  enferment  une  part  croissante  de  la population  dans  la pauvreté  et les laissent  sans  perspectives  d’avenir. Elles alimentent  les injustices   et  les tensions, mettent  à  mal  le  contrat  social  et  les relations  entre  les groupes  de  population. Elles  créent  les conditions de  déstabilisation  et de l’insécurité qui  prévaut  aujourd’hui  dans  la région. Les réponses  apportées par  les Etats  et la communauté  internationale  aux crises  humanitaires, alimentaires, climatiques, sécuritaires doivent prioriser  la réduction des inégalités  et des injustices. Ce prisme est essentiel pour  mettre  les populations sur une trajectoire  de  développement  inclusif  et pour  apporter  des réponses durables  à l’insécurité  actuelle. Les inégalités ne sont pas  une fatalité. Elles appellent des réponses fortes  et coordonnées  de l’ensemble  des acteurs », a  indiqué Yaya Touré, représentant  du directeur  d’Oxfam Mali.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here