Les FAMAS condamnés à s’unir !

1

La nouvelle d’une tentative de coup D’ETAT a été reçue tel un choc  sismique par le peuple malien. À un moment aussi crucial, comment peut-il y avoir des factions dissidentes au sein de cette armée que le peuple vénère depuis peu ?

Au-delà d’une condamnation ferme de cette tentative de déstabilisation de nos institutions, le peuple se permet de rappeler le devoir qu’incombe désormais aux FAMAS. Le peuple vous soutient sans réserve, c’est donc une obligation naturelle de faire preuve d’union à ce moment fatidique. Les petits jeux d’intérêts personnels ne feront que remettre en cause les résultats issus des efforts fournis par vos frères tombés au front. Cette montée en puissance, qui redore désormais le blason de nos formes armées, tombera dans les oubliettes à cause de la disgrâce que provoquerait un autre coup D’ETAT et ce quel qu’en soit le motif.

Il convient de rappeler, au passage, que les FAMAS tirent leur force du peuple qui s’est uni  en dépit des divergences d’opinion sur les choix politiques et socio-économiques. Et parce qu’ils tirent leur notoriété et force du peuple, ils doivent au peuple l’obligation et le devoir d’union. Aucune puissance occidentale, quels que soient ses objectifs et ses ambitions pour le Mali, ne saurait vous honorer à la manière dont les maliens l’ont fait. Aucune rétribution financière ne saurait valoir l’honneur que vous font les maliens. Votre courage vous est insufflé par le peuple malien à qui vous devez un devoir de rentrer dans les rangs derrière le Président de la transition.

Il est grand temps de songer à ce peuple qui souffre de l’embargo mais qui reste derrière ses FAMAS en dépit de cela. Il est grand temps de sortir de cette spirale des coups d’État qui n’a jamais servi les intérêts de ce peuple meurtri. Il est grand temps d’œuvrer de bonne foi et de concert pour la stabilisation du pays. Par ailleurs,  nous attendons de cette vaillante armée, à la fin de la Transition, de demeurer fidèle  au peuple et à ces missions. Si les militaires veulent s’occuper de la gestion des affaires de l’État et avoir de la notoriété, qu’ils rejoignent le monde des civils et s’engagent dans la politique. Ce sont des maliens, après tout !

Nous espérons que cette transition sera notre dernière expérience des coups de force. Le peuple l’a reconnue et lui sait gré des efforts fournis pour le Mali. Mais désormais la gestion des affaires de l’État sera confiée aux civils conformément aux normes fondamentales de la république et aux engagements internationaux pris par le Mali.

Vive les FAMAS unis !

Vive la république !

Dr DOUGOUNÉ  Moussa

Professeur d’enseignement Supérieur,

Consultant Formateur auprès des Banques et autres entreprises

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Oui, oui, oui DOUGOUNE vous avez raison, mais sachez que lorsqu’une personne est manipulée, elle se fiche pas mal de ce genre de raisonnement, ne perdez pas de vue que le Mali a comme ennemi principal aujourd’hui la France qui peut à tout moment sévir avoir des assoiffés du gain facile. Qu’Allah nous protège de ces genres de personnes.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here