Tribune : Repenser notre avenir ensemble

22

La reconquête des régions nord de notre pays par nos forces de défense et de sécurité doit être à la fois l’occasion pour une démarche de réflexion collective à la consolidation de notre nation et la restauration de notre unité en affichant notre riche diversité. En effet, la réunification avec les régions du septentrion du pays offre une formidable opportunité de faire le point sur la crise. Nous devons nous pencher sur le rôle que l’ensemble des citoyens est appelé à jouer au cours des prochaines années à venir. Cela exige qu’on prenne du recul et qu’on examine l’état de notre Nation et sa place dans le monde, à plus long terme et dans une perspective plus vaste.

 Le peuple malien attend de ses dirigeants qu’ils identifient les grands problèmes du pays et agissent pour y remédier. Nous devons ensemble contribuer à résoudre ces problèmes. Encore faut-il que nous soyons tous fermement résolus à mener à bien notre mission commune. Nous devons nous pénétrer de la raison d’être des citoyens à part entière, nous rappeler pourquoi le Mali et pour qui notre Nation existe.

Nous devons aussi nous demander le type de politiques de gouvernances que nos citoyens seront prêts à soutenir à long terme. Des réponses claires à ces questions sont nécessaires si nous voulons revitaliser nos actions et les recentrer sur les tâches auxquelles il nous faudra nous atteler au cours des prochaines décennies. Ce sont précisément ces réponses que nos institutions et l’ensemble de la classe politique devront apporter.

Nous devons rassembler tous les citoyens maliens pour partager et échanger des idées et des opinions, élaborer des normes, exprimer les aspirations, orienter la conduite des communautés, et mettre en œuvre des plans d’actions communs pour transformer les relations entre les communautés ainsi que la conduite des affaires nationales ; mais aussi, instaurer de meilleures conditions de vie, dans une liberté plus grande, à l’abri de la peur et du besoin tout en répondant aux besoins et aux espoirs du peuple Malien.

Nous avons en effet besoin d’un nouveau contrat social qui prend en compte les défis nationaux et globaux et liés aux crises dont nous faisons face aujourd’hui et qui imposent des changements importants dans notre conception de la gouvernance actuelle et des principes pouvant orienter les politiques publiques. Ce contrat doit permettre que la représentation du bien commun soit façonnée par les intérêts des générations futures et déterminer notre compréhension du politique.

Il doit évidemment être soumis à l’attention des citoyens à travers des concertations et conversations pour alimenter la réflexion et stimuler le débat. Ce contrat social doit une fois de plus aborder les problèmes les plus pressants auxquels le peuple malien fait face et qui relèvent de la compétence de nous tous, proposer aux communautés des priorités à envisager et contenir des solutions et des recommandations sur les mesures qui pourraient être prises au cours des décennies à venir afin de rebondir hors des crises et faire renaître la conviction de l’espérance.

Toutes ces propositions doivent s’inscrire dans le contexte de la consolidation de notre Nation, et qui doit transformer radicalement notre pays au cours de la deuxième phase de sa vie. La politique de la consolidation de la nation doit devenir une force positive pour tout le peuple malien – c’est là notre plus grand défi. Pour profiter à tout un chacun, elle doit certes s’appuyer sur les dynamiques économiques mais elle doit aller bien au-delà. Elle doit nous servir à bâtir ensemble un avenir meilleur pour le peuple malien entier, dans toute sa diversité.

Il nous faut donc sortir des sentiers battus et repenser les moyens de gérer notre action commune et de servir l’intérêt général. Aucune communauté ne peut espérer venir à bout à elle seule de la plupart des problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui. Pour mieux gouverner au niveau communal et mieux gouverner ensemble au niveau national, il faut un État fort doté d’institutions efficaces. Mais il faut aussi s’adapter aux nouvelles réalités de l’époque des institutions internationales, au travers desquelles les États gouvernent en complicité. Nous devons former des alliances pour le changement, non seulement avec les pays sous régionaux, qui sont nos interlocuteurs habituels, mais aussi avec les partenaires les plus divers.

Le plus important, c’est de savoir préserver et protéger nos intérêts vitaux et nos valeurs fondamentales, lesquels incluent la sécurité et la stabilité ; mais aussi et surtout, que le citoyen malien soit au cœur de toutes nos décisions. Il n’est pas d’aspiration plus noble, pas de responsabilité plus impérieuse que d’aider des hommes, des femmes et des enfants à vivre mieux et partager la prospérité. Ce n’est que lorsque chacun pourra jouir de ses fruits que notre politique de consolidation de la nation aura réalisé tout son potentiel.

Mais il ne suffit pas d’évoquer l’avenir, il faut dès à présent se mettre à le forger. Encore, puissent ces événements passés être l’occasion pour l’ensemble des citoyens de renouveler notre engagement à l’égard de notre nation et de ce que doit être notre mission. Et puissent nos institutions et la classe politique de notre pays témoigner de leur bonne foi en donnant immédiatement suite aux engagements pris face à notre Nation.

 

Cheick Boucadry Traoré

 

Commentaires via Facebook :

22 COMMENTAIRES

  1. QUE DES AMQLGAMES MANDIKELE ALIAS DOGON64 ALIAS BALKISSA ALIAS LEGOUPIL33…

    Melez-vous de ce qui vous concerne.

    Évitez la médisance, la discréditation, la diffamation et déstabilisation du Mali.

    1/3 Réponse à la contribution de Kinguiranke relative à l’article,  Repenser l’avenir ensemble, de Cheick Boucadry Traoré.

    Les réponses de Dr Anasser Ag Rhissa face à la première affirmation de Kanguiranke.

    Bonjour Kinguiranke,

    Encore une fois, Merci pour ces choses très importantes de ta contribution.

    Je te réponds en suivant la chronologie que tu as donnée.

    Kinguiranke, ta contribution avait démarrée sous forme fraternelle et à présent devient menaçante et veut imposer ta vision à travers tes mêmes quatre choses que tu récidives en insistant.

    Tu insistes en voulant clore avec impatience les échanges fraternels et en me disant :

    @Anasser, il est temps de clore ce chapitre et pour cela je vais te dire quatre choses très importantes:

    Il s’agit de tes mêmes quatre choses que tu récidives avec agacement et insistance.

    Je rappelle qu’i l  y avait plusieurs années, j’avais eu des échanges avec toi, sur maliweb, sur l’accord de paix et le comportement de tous les Touaregs que tu indexais à tort et sans exclusion comme des terroristes. Cette fois au moins tu n’as pas généralisé et tu ne m’as pas indexé, je t’en remercie.

    Vous trouverez ci-qessous sur maliweb  certaines de mes répliques aux critiques du préaccord d’Alger et les réponses associées des internautes en particulier Kinguiranke.

    Répliques de Dr ANASSER AG RHISSA aux critiques de Tiébilé Dramé et à celles de l’opposition, relatives au projet d’accord d’Alger

    Voir l’adresse suivante :

    https://www.maliweb.net/contributions/repliques-de-dr-anasser-ag-rhissa-aux-critiques-de-tiebile-drame-et-a-celles-de-lopposition-relatives-au-projet-daccord-dalger-957002.html
    Je rappelle que tous les Touaregs ne sont pas terroristes et ne font pas tous partie de la CMA, ni du CSP-PSD.

    Évitons les amalgames, la généralisation et optons pour l’ouverture et la coexistence pacifique dans un Mali unitaire.

    1. Tu dis d’oublier les petites réunions de TABALÉ, de Pulhaku et autres réunions bidons qui ne servent qu’a remuer le couteau dans la plaie.

    Tu as raison Kinguiranke mais laissons chacun s’exprimer et argumentons en face de ses propositions.

    Entre f.r.è.r.e.s, optons pour l’ouverture, la coexistence pacifique et la cohésion sociale dans un Mali unitaire sans fédération,   sans confédération, ni partition ni indépendance d’aucune partie du Mali.

    Dr Anasser Ag Rhissa
    xpert TIC, Gouvernance et Sécurité
    Email : [email protected] r
    TEL 0 0 2 2 3 95955792

  2. 1/3 Réponse à la contribution de Kinguiranke relative à l’article,  Repenser l’avenir ensemble, de Cheick Boucadry Traoré.

    Les réponses de Dr Anasser Ag Rhissa face à la première affirmation de Kanguiranke.

    Bonjour Kinguiranke,

    Encore une fois, Merci pour ces choses très importantes de ta contribution.

    Je te réponds en suivant la chronologie que tu as donnée.

    Kinguiranke, ta contribution avait démarrée sous forme fraternelle et à présent devient menaçante et veut imposer ta vision à travers tes mêmes quatre choses que tu récidives en insistant.

    Tu insistes en voulant clore avec impatience les échanges fraternels et en me disant :

    @Anasser, il est temps de clore ce chapitre et pour cela je vais te dire quatre choses très importantes:

    Il s’agit de tes mêmes quatre choses que tu récidives avec agacement et insistance.

    Je rappelle qu’i l  y avait plusieurs années, j’avais eu des échanges avec toi, sur maliweb, sur l’accord de paix et le comportement de tous les Touaregs que tu indexais à tort et sans exclusion comme des terroristes. Cette fois au moins tu n’as pas généralisé et tu ne m’as pas indexé, je t’en remercie.

    Vous trouverez ci-qessous sur maliweb  certaines de mes répliques aux critiques du préaccord d’Alger et les réponses associées des internautes en particulier Kinguiranke.

    Répliques de Dr ANASSER AG RHISSA aux critiques de Tiébilé Dramé et à celles de l’opposition, relatives au projet d’accord d’Alger

    Voir l’adresse suivante :

    https://www.maliweb.net/contributions/repliques-de-dr-anasser-ag-rhissa-aux-critiques-de-tiebile-drame-et-a-celles-de-lopposition-relatives-au-projet-daccord-dalger-957002.html
    Je rappelle que tous les Touaregs ne sont pas terroristes et ne font pas tous partie de la CMA, ni du CSP-PSD.

    Évitons les amalgames, la généralisation et optons pour l’ouverture et la coexistence pacifique dans un Mali unitaire.

    1. Tu dis d’oublier les petites réunions de TABALÉ, de Pulhaku et autres réunions bidons qui ne servent qu’a remuer le couteau dans la plaie.

    Tu as raison Kinguiranke mais laissons chacun s’exprimer et argumentons en face de ses propositions.

    Entre f.r.è.r.e.s, optons pour l’ouverture, la coexistence pacifique et la cohésion sociale dans un Mali unitaire sans fédération,   sans confédération, ni partition ni indépendance d’aucune partie du Mali.

    Dr Anasser Ag Rhissa
    xpert TIC, Gouvernance et Sécurité
    Email : [email protected] r
    TEL 0 0 2 2 3 95955792

  3. 2/3 Réponse à la contribution de Kinguiranke relative à l’article,  Repenser l’avenir ensemble, de Cheick Boucadry Traoré.

    Les réponses de Dr Anasser Ag Rhissa face à la deuxième affirmation de Kanguiranke.

    2. Tu penses que les accords de paix sont devenus caduques dès que la CMA avec l’appui des terroristes, leurs allés, ont pris les armes contre le Mali, donc le cessez-le feu était fini et la guerre avait recommencé. Que ceux qui ont déposé leurs armes présentent leurs honnêtes et humbles excuses au peuple Malien et rentrent à la maison sans problème pour participer à la construction nationale.

    Une partie de la CMA et du cadre CSP-PSD ont rompu le cessez-le-feu et ont violé l’accord de paix en prenant les armes mais ce n’est pas pour autant que ça rend caduque l’accord de paix.

    Il ne faut pas oublier que la CMA n’est qu’une des trois parties prenantes à l’accord de paix.

    En plus, par insuffisance de l’inclusivité certains mouvements armés  et d’autodéfense, du cadre CSP-PSD ainsi que des associations et des parties civiles n’étaient pas intégrés à l’accord de paix.

    C’est le cas de la confédération des Touaregs Iwillimiden et ses Alliés, CTIA, dirigée  par le député Bajan. La CTIA est intégrée à la CMI (Coordination des Mouvements  d’Inclusivité) qui était intégrée  à l’accord de paix à travers le pacte pour la paix proposé par Dr Anasser Ag Rhissa au Mali et à l’ONU en 2015.

    Je fais partie de cette confédération.

    Ils se sont signalés et le gouvernement en a tenu compte.
    Je reconnais que ce qui est TRÈS grave c’est le fait que la CMA et le CSP-PSD  se soient faits aidés par des terroristes.

    Des sanctions sévères auraient pu leur être infligées en la  suspendant pour le cas de la CMA de la participation aux différentes instances de l’État, au CSA et au processus de paix, …

    Suite à la réponse du Mali à leur déclaration de guerre, la CMA elle-même a retiré  ses membres de ces instances.

    Dommage, toutes les sanctions pour entorses à l’accord de paix et à la paix avaient été supprimées  par l’ONU sous le veto Russe.

    Il faut maintenant utiliser les sanctions attachées au pacte pour la paix.

    Faut-il couper tous les ponts avec la CMA comme tu le dis ?

    On est tenté  de dire oui.

    On est tenté d’écarter les membres de la CMA, de la branche MNLA de Moussa Ag Assaguid et de la branche HCUA de  Alghabasse Ag Intalla, qui sont des  pilliers du HCUA et du CSP-PSD ayant provoqué cette guerre contre le Mali.

    L’accord de paix les avaient déjà exclus sans apporter une réelle valeur ajoutée en accumulant des inconvénients, ne faut-il pas essayer de faire autrement ?

    Pour la promotion de la réconciliation nationale, le Mali souhaite tendre la Main aux djihadistes Maliens qui voudront se repentir.

    Tu dis la même chose en parlant d’excuses et pardons sincères mais en durcissant ta position.

    Mais comment reconnaître un repentir sincère ?

    J’avais proposé il y a quelques années un processus pour intégrer ces djihadistes dans le processus de paix en utilisant la notion de repentir sincère et de surveillance électronique.

    Pourquoi ne pas l’essayer ?

    Concernant le dialogue avec les djihadistes, il serait judicieux de le lancer surtout concernant la réinsertion des djihadistes Maliens repentis sincèrement, cas des enfants Maliens enrôlés de force par les djihadistes.

    J’avaïs fait une proposition dans ce sens sous forme d’une lettre ouverte adressée en ligne au Président, aux Maliens et aux Partenaires, voir à l’adresse ci-dessous :

    http://www.maliweb.net/contributions/accord-dalger-pour-la-paix-et-la-reconciliation-au-mali-incompatibilite-et-irrecevabilite-des-propositions-de-lhonorable-amenokal-mohamed-ag-intalla-sur-la-sortie-de-crise-mais-n-909082.html

    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    Email : [email protected] r
    TEL 0 0 2 2 3 95955792

  4. 2/2 Réponse à la contribution de Kinguiranke relative à l’article,  Repenser l’avenir ensemble, de Cheick Bougadry Traoré.

    Les réponses de Dr Anasser Ag Rhissa face aux affirmations de Kanguiranke.

    3. Kinguiranke dit que La troisième chose très importante est que le Mali ne va pas donner sa main a ces criminels nommés Djihadistes et surtout il ne va jamais négocier aves des terroristes sans foi ni loi qui ont tous deux du sang des Maliens sur leurs deux mains, qui ont tué des femmes enceintes, des enfants, des bébés, brûler les récoltes, voler le bétail et détruire des villages Maliens.

    Tu as raison. L’article 260 de l’accord de paix traite cet aspect très difficile.

    J’avais proposé sous l’égide de l’ONU et de l’UA de créer un processus de négociation avec  ce type de terroristes.

    Seront-ils d’accord de jouer le jeu ?

    L’ONU leur avait tendu la main, sans suite, à plusieurs reprises.

    4. Kanguiranke stipule en insistant dur comme fer que La quatrième chose la plus importante c’est que la constitution 2023 est notre ligne de conduite, c’est notre loi fondamentale qui va servir de cadre pour diriger le Mali. Même Guterres, le Secretaire Général des Nations-Unies a reconnu que la Constitution 2023 prend en compte toutes les revendications majeures des accords d’Alger. Nous n’allons pas avoir une Constitution approuvée par la majorité de la population Malienne et des accords illégitimes et illégaux comme ceux d’Alger.

    Tu as raison en partie mais cette loi fondamentale 2023 ne prenant pas en compte les dispositions importantes de l’accord de paix contrairement à ce que dit SEM Guterres, le secrétaire général de l’ONU,  certains acteurs proposent des lois organiques pour les prendre en compte.

    Les mouvements armés et d’autodéfense Maliens exigeaint la prise en compte des dispositions saillantes de l’accord de paix dans la constitution 2023, ce qui n’à pas été fait.

    D’où le recours potentiel aux lois organiques pour prendre en compte ces dispositions saillantes de l’accord de paix.

    Des concertations entre Maliens pourront aider à cela.

    Pourquoi pas pendant la relecture (proposé par le Dialogue national Inclusif)  de l’accord de paix à travers son article 65 ?

    Unissons-nous autour de notre accord de paix pour la quiétude, pour une paix durable, pour la sécurité durable, pour la défense durable collective et pour le développement résilient du Mali et de la zone sahel, en particulier de la zone couverte par l’Alliance des États du Sahel, AES.

    Engageons-nous et Protégeons notre accord de paix, il nous protégera et générera des dividendes pour nos populations et pour les pays de l’AES (Alliance des États du Sahel).

    Cher f.r.è.r.e Kinguiranke, excusez-moi si je vous ai offensé.

    Entre f.r.è.r.e.s, communiquer et se comprendre doit être un minimum.

    Unissons-nous autour du Mali et de notre accord de paix indépendamment des bords politiques.

    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    Email : [email protected] r
    TEL 0 0 2 2 3 95955792

  5. @Anasser, il est temps de clore ce chapitre et pour cela je vais te dire quatre choses tres importantes:
    1. Tu dois oublier les petites reunions de TABALE, de Pulhaku et autres reunions bidons qui ne servent qu’a remuer le couteau dans la plaie.
    2. Tu dois savoir que les accords de paix sont devenus caduques des que la CMA avec l’appui des terroristes leurs allies ont pris les armes contre le Mali, donc le cessez-le feu était fini et la guerre avait recommence. Que ceux qui ont depose leurs armes presentent leurs honnêtes et humbles excuses au peuple Malien et rentrent a la maison sans problème pour participent a la construction nationale.
    3. La troisième chose tres importante est que le Mali ne va pas donner sa main a ces criminels nommes Djihadistes et surtout il ne va jamais négocier aves des terroristes sans foi ni loi qui ont tous deux du sang des Maliens sur leurs deux mains qui ont tue des femmes enceintes, des enfants, des bébé, brûler les récoltes, voler le bétail et détruire des villages Maliens
    4. La quatrième chose la plus importante c’est que la constitution 2023 est notre ligne de conduite c’est notre loi fondamentale qui va servir de cadre pour diriger le Mali. Meme Guterres, le Secretaire General des Nations-Unies a reconnu que la Constitution 2023 prend en compte toutes les revendications majeures des accords d’Alger. Nous n’allons pas avoir une Constitution approuvée par la majorité de la population Malienne et des accords illégitimes et illégaux comme ceux d’Alger.

    • 3/3 Réponse à la contribution de Kinguiranke relative à l’article,  Repenser l’avenir ensemble, de Cheick Boucadry Traoré.

      Les réponses de Dr Anasser Ag Rhissa face aux troisieme et quatrième affirmations de Kanguiranke.

      3. Kinguiranke dit que La troisième chose très importante est que le Mali ne va pas donner sa main a ces criminels nommés Djihadistes et surtout il ne va jamais négocier aves des terroristes sans foi ni loi qui ont tous deux du sang des Maliens sur leurs deux mains, qui ont tué des femmes enceintes, des enfants, des bébés, brûler les récoltes, voler le bétail et détruire des villages Maliens.

      Tu as raison. L’article 260 de l’accord de paix traite cet aspect très difficile.

      J’avais proposé sous l’égide de l’ONU et de l’UA de créer un processus de négociation avec  ce type de terroristes.

      Seront-ils d’accord de jouer le jeu ?

      L’ONU leur avait tendu la main, sans suite, à plusieurs reprises.

      4. Kanguiranke stipule en insistant dur comme fer que La quatrième chose la plus importante c’est que la constitution 2023 est notre ligne de conduite, c’est notre loi fondamentale qui va servir de cadre pour diriger le Mali. Même Guterres, le Secretaire Général des Nations-Unies a reconnu que la Constitution 2023 prend en compte toutes les revendications majeures des accords d’Alger. Nous n’allons pas avoir une Constitution approuvée par la majorité de la population Malienne et des accords illégitimes et illégaux comme ceux d’Alger.

      Tu as raison en partie mais cette loi fondamentale 2023 ne prenant pas en compte les dispositions importantes de l’accord de paix contrairement à ce que dit SEM Guterres, le secrétaire général de l’ONU,  certains acteurs proposent des lois organiques pour les prendre en compte.

      Les mouvements armés et d’autodéfense Maliens exigeaint la prise en compte des dispositions saillantes de l’accord de paix dans la constitution 2023, ce qui n’à pas été fait.

      D’où le recours potentiel aux lois organiques pour prendre en compte ces dispositions saillantes de l’accord de paix.

      Des concertations entre Maliens pourront aider à cela.

      Pourquoi pas pendant la relecture (proposé par le Dialogue national Inclusif)  de l’accord de paix à travers son article 65 ?

      Unissons-nous autour de notre accord de paix pour la quiétude, pour une paix durable, pour la sécurité durable, pour la défense durable collective et pour le développement résilient du Mali et de la zone sahel, en particulier de la zone couverte par l’Alliance des États du Sahel, AES.
      Engageons-nous et Protégeons notre accord de paix, il nous protégera et générera des dividendes pour nos populations et pour les pays de l’AES (Alliance des États du Sahel).

      Cher f.r.è.r.e Kinguiranke, excusez-moi si je vous ai offensé.

      Entre f.r.è.r.e.s, communiquer et se comprendre doit être un minimum.

      Unissons-nous autour du Mali et de notre accord de paix indépendamment des bords politiques.

      Dr Anasser Ag Rhissa
      Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
      Email : [email protected] r
      TEL 0 0 2 2 3 95955792

  6. La réalité est que le malien n’a jamais été consulté pour quoi que ce soit. Les politiciens du jour ont jours organisé des soi-disant congrès ou autres avec leurs sympathisants, supporters et soutiens pour imposer leurs volontés au peuple. M. Traoré a parfaitement étalé les besoins face à la crises. Anasser veut se faire remarque comme d’habitude. Il ne dit rien de concrets comme d’habitude. Ce unisolidaire durablement est une farce.

    • MANDEKELE, OCCUPEZ-VOUS  DE CE QUI VOUS CONCERNE, VOUS DU RÉSEAU DOGON64 ALIAS MANDEKELE ALIAS BALKISSA ALIAS OGOBA ALIAS LE GOUPIL33 ALIAS …

      Évitez la médisance, la discréditation, la diffamation des Maliens et la déstabilisation du Mali à travers le terrorisme,  les fausses informations et la mauvaise propagande.

      1/3 Réponse à la contribution de Kinguiranke relative à l’article,  Repenser l’avenir ensemble, de Cheick Boucadry Traoré.

      Les réponses de Dr Anasser Ag Rhissa face à la première affirmation de Kanguiranke.

      Bonjour Kinguiranke,

      Encore une fois, Merci pour ces choses très importantes de ta contribution.

      Je te réponds en suivant la chronologie que tu as donnée.

      Kinguiranke, ta contribution avait démarrée sous forme fraternelle et à présent devient menaçante et veut imposer ta vision à travers tes mêmes quatre choses que tu récidives en insistant.

      Tu insistes en voulant clore avec impatience les échanges fraternels et en me disant :

      @Anasser, il est temps de clore ce chapitre et pour cela je vais te dire quatre choses très importantes:

      Il s’agit de tes mêmes quatre choses que tu récidives avec agacement et insistance.

      Je rappelle qu’i l  y avait plusieurs années, j’avais eu des échanges avec toi, sur maliweb, sur l’accord de paix et le comportement de tous les Touaregs que tu indexais à tort et sans exclusion comme des terroristes. Cette fois au moins tu n’as pas généralisé et tu ne m’as pas indexé, je t’en remercie.

      Vous trouverez ci-qessous sur maliweb  certaines de mes répliques aux critiques du préaccord d’Alger et les réponses associées des internautes en particulier Kinguiranke.

      Répliques de Dr ANASSER AG RHISSA aux critiques de Tiébilé Dramé et à celles de l’opposition, relatives au projet d’accord d’Alger

      Voir l’adresse suivante :

      https://www.maliweb.net/contributions/repliques-de-dr-anasser-ag-rhissa-aux-critiques-de-tiebile-drame-et-a-celles-de-lopposition-relatives-au-projet-daccord-dalger-957002.html
      Je rappelle que tous les Touaregs ne sont pas terroristes et ne font pas tous partie de la CMA, ni du CSP-PSD.

      Évitons les amalgames, la généralisation et optons pour l’ouverture et la coexistence pacifique dans un Mali unitaire.

      1. Tu dis d’oublier les petites réunions de TABALÉ, de Pulhaku et autres réunions bidons qui ne servent qu’a remuer le couteau dans la plaie.

      Tu as raison Kinguiranke mais laissons chacun s’exprimer et argumentons en face de ses propositions.

      Entre f.r.è.r.e.s, optons pour l’ouverture, la coexistence pacifique et la cohésion sociale dans un Mali unitaire sans fédération,   sans confédération, ni partition ni indépendance d’aucune partie du Mali.

      Dr Anasser Ag Rhissa
      xpert TIC, Gouvernance et Sécurité
      Email : [email protected] r
      TEL 0 0 2 2 3 95955792

  7. “” Le peuple malien attend de ses dirigeants qu’ils identifient les grands problèmes du pays et agissent pour y remédier.””

    Les problèmes du Mali sont identifiés et connus de tous. Si ce n’était pas le cas, il nous suffira de retourner réouvrir les procès verbaux des grandes Kermesses que nous organisions tous les deux ans. CEN (Conference d’Entente Nationale), DNI (Dialogue National Inclusif), ANR (Assises Nationales de Renouveau), tutti quanti…

    Le Mali devrait être aujourd’hui à la phase de recherche de solutions aux peu de problèmes que nous avons pu identifier ces 10 dernières années.

    • Bonjour,

      Bonsoir Yugubane, tu as parfaitement raison.

      En plus des recommandations issues de cette conférence d’entente nationale, du dialogue national inclusif et des assises nationales de la Refondation, un accord pour la paix et pour la réconciliation nationale au Mali avait été conçu et est entrain d’être mis en œuvre depuis bientôt neuf ans.

      Cet accord était issu d’un compromis entre parties prenantes Maliennes sous la supervision de la communauté  internationale.

      Certaines des recommandations précédentes stipulaient de mettre en œuvre intégralement cet accord de paix.

      Alors, nous avons avec cet accord de paix et parmi les recommandations pertinentes précédentes les solutions aux problèmes saillants qui préoccupent nos citoyens et nos communautés  dans notre pays.

      Alors, Pourquoi Yugubane, ne pas les mettre en œuvre et en effectuer un suivi-évaluation performant ?

      Je vous félicite Yugubane de penser à ces recommandations.

      Dr Anasser Ag Rhissa

      Expert TIC,  Gouvernance  et  Sécurité
      Email : [email protected] r
      TEL 0 0 2 2 3 95955792

  8. Anasser, je vais te dire quatre choses tres importantes:
    1. Tu dois oublier les petites reunions de TABALE, de Pulhaku et autres reunions bidons
    2. Tu dois savoir que les accords de paix sont devenus caduques des que la CMA avec l’appui des terroristes leurs allies ont pris les armes contre le Mali, donc le cessez-le feu était fini et la guerre avait recommence.
    3. La troisième chose tres importante est que le Mali ne va pas négocier aves des terroristes sans foi ni loi qui ont du sang des Maliens sur leurs deux mains qui ont tue des femmes enceintes, des enfants, des bébé, brûler les récoltes, voler le bétail et détruire des villages Maliens
    4. La quatrième chose la plus importante c’est que la constitution 2023 est notre ligne de conduite c’est notre loi fondamentale qui va servir de cadre pour diriger le Mali.

    • Bonsoir Kinguiranke,

      Merci pour ces choses très importantes de ta contribution.

      Je te réponds en suivant la chronologie que tu as donnée.

      1. Tu dis d’oublier les petites réunions de TABALE, de Pulhaku et autres reunions bidons

      Tu as raison Kinguiranke mais laissons chacun s’exprimer et argumentons en face de ses propositions.

      2. Tu dis que les accords  de paix sont devenus caduques dès que la CMA avec l’appui des terroristes, leurs allés, ont pris les armes contre le Mali, donc le cessez-le feu était fini et la guerre avait recommencé.

      Une partie de la CMA et du cadre CSP-PSD ont rompu le cessez-le-feu et ont violé l’accord de paix en prenant les armes mais ce n’est pas pour autant que ça rend caduque l’accord de paix.

      Ne pas oublier que la CMA n’est qu’une des trois parties prenantes à l’accord de paix.

      En plus, par insuffisance de l’inclusivité certains mouvements armés  et d’autodéfense, du cadre CSP-PSD ainsi que des associations et des parties civiles n’étaient pas intégrés à l’accord de paix.

      C’est le cas de la confédération des Touaregs Iwillimiden et ses Alliés, CTIA, dirigée  par le député Bajan. La CTIA est intégrée à la CMI (Coordination des Mouvements  d’Inclusivité) qui était intégrée  à l’accord de paix à travers le pacte pour la paix proposé par Dr Anasser Ag Rhissa au Mali et à l’ONU en 2015.

      Je fais partie de cette confédération.

      Ils se sont signalés et le gouvernement en a tenu compte.

      Je reconnais que ce qui est TRÈS grave c’est le fait que la CMA et le CSP-RSD  se soient faits aidés par des terroristes.

      Des sanctions sévères auraient pu leur être infligées en la  suspendant pour le cas de la CMA de la participation aux différentes instances de l’État, au CSA et au processus de paix, …

      Suite à la réponse du Mali à leur déclaration de guerre, la CMA elle-même a retiré  ses membres de ces instances.

      Dommage, toutes les sanctions pour entorses à l’accord de paix et à la paix avaient été supprimées  par l’ONU sous le veto Russe.

      Il faut maintenant utiliser les sanctions attachées au pacte pour la paix.

      Faut-il couper tous les ponts avec la CMA comme tu le dis ?

      On est tenté  de dire oui.

        On est tenté d’écarter les membres de la CMA, de la branche MNLA de Moussa Ag Assaguid et de la branche HCUA de  Alghabasse Ag Intalla, qui sont des  pilliers du HCUA et du CSP-PSD ayant provoqué cette guerre contre le Mali.

      L’accord de paix les avaient déjà exclus sans apporter une réelle valeur ajoutée en accumulant des inconvénients, ne faut-il pas essayer de faire autrement ?

      Pour la promotion de la réconciliation nationale le Mali souhaite tendre la Main aux djihadistes Maliens qui voudront se repentir.

      Mais comment reconnaître un repentir sincère ?

      J’avais proposé il y a quelques années un processus pour intégrer ces djihadistes dans le processus de paix en utilisant la notion de repentir sincère et de surveillance électronique.

      3. Tu dis que la troisième chose très importante est que le Mali ne va pas négocier aves des terroristes sans foi ni loi qui ont du sang des Maliens sur leurs deux mains qui ont tué des femmes enceintes, des enfants, des bébés, qui ont brûlé les récoltes, qui ont volé le bétail et ont détruit des villages Maliens.

      Tu as raison. L’article 260 de l’accord de paix traite cet aspect très difficile.

      J’avais proposé sous l’égide de l’ONU et de l’UA de créer un processus de négociation avec  ce type de terroristes.

      Seront-ils d’accord de jouer le jeu ?

      4. Enfin, tu dis que la quatrième chose la plus importante c’est que la constitution 2023 est notre ligne de conduite, c’est notre loi fondamentale qui va servir de cadre pour diriger le Mali.

      Tu as raison mais cette loi fondamentale 2023 ne prenant pas en compte les dispositions importantes de l’accord de paix, certains acteurs proposent des lois organiques pour les prendre en compte.

      Les mouvements armés et d’autodéfense Maliens exigeaint la prise en compte des dispositions saillantes de l’accord de paix dans la constitution 2023, ce qui n’à pas été fait.

      D’où le recours potentiel aux lois organiques pour prendre en compte ces dispositions saillantes de l’accord de paix.

      Des concertations entre Maliens pourront aider à cela.

      Pourquoi pas pendant la relecture de l’accord de paix à travers son article 65 ?

      Unissons-nous autour de notre accord de paix pour la quiétude, pour une paix durable, pour la sécurité durable, pour la défense durable collective et pour le développement résilient du Mali.

      Engageons-nous et Protégeons notre accord de paix, il nous protégera et générera des dividendes pour nos populations.

  9. @Mala Toure, tu sais qu’ Ogoba est un troll de la maudite France qui ne va dire que des inepties et des idioties su le Mali et les Maliens, mais restons debout sur les ramparts et luttons ensemble contre les ennemis de notre nation a commencer par la maudite France et ses trolls: Ogoba, kan, BAMABRADION, LeGoupil33, yiture, Dniepr-garonne, Abdul et autres.

  10. Cher f.r.è.r.e Malien, Cheick Boukary Traoré, les forces vives Maliennes sous la supervision de la communauté internationale avaient utilisé il y a bientôt neuf ans, en 2014, le même processus que vous évoquez pour refonder et consolider la nation pour un avenir meilleur comme vous dites.

    Bien sûr, la  nouveauté pour vous, sera le fait de se baser sur un processus inter-Maliens se déroulant comme certains (cas du mouvement TABALÉ, cas de l’opposition) l’avaient proposé au Mali.

    Mais  comment peut-on faire du neuf en faisant table rase de ce qui s’était passé, en particulier en mettant de côté des parties prenantes et des acteurs qui s’étaient mobilisés pour le même objectif et la même NATION Malienne ?

    C’est ce que sournoisement voulait faire le mouvement TABALÉ en voulant court-circuiter les parties prenantes en ne  tenant pas compte de l’article 65 de l’accord de paix dont nous disposons actuellement.

    C’est juste une question de méthodologie inclusive pour réaliser un processus inter-Maliens de conception d’un accord de paix adapté aux besoins des Maliens afin de refonder et consolider la nation pour un avenir meilleur.

    Les pourparlers inter-Maliens avaient utilisé une méthodologie partant des niveaux gouvernance à la base ET d’autres acteurs (l’opposition, cas de Tiébilé Dramé) proposaient une méthodologie partant en sens inverse, de la base aux niveaux gouvernance.

    Dr Anasser Ag Rhissa avait proposé, pour la conférence d’entente nationale en 2017 au Mali et le dialogue national inclusif en 2019 au Mali,  une méthodologie inclusive combinant les deux approches.

    Que veut-on faire maintenant ?

    Si c’est juste éliminer la communauté  internationale, c’était le cas de la conférence d’entente nationale en 2017 et du dialogue national inclusif en 2019 qui s’étaient tous déroulés au Mali à travers un réel processus inter-Maliens.

    Même en éliminant la communauté  internationale, il nous faut un mécanisme de suivi-évaluation ET de garantie des engagements des acteurs.

    Pour notre accord de paix actuel, un tel processus basé  sur des sanctions avait été supprimé par l’ONU sous le veto de la Russie.

    Militons pour le maintien du pacte pour la paix pour la garantie des engagements des auteurs de l’accord de paix.

    Amendons notre accord de paix actuel à travers un tel processus inter-Maliens, se déroulant au Mali,  sans renier les efforts déjà consentis et les acteurs qui étaient impliqués.

    Impliquons tous les Maliens et tous les acteurs.

    Bien cordialement

    Dr Anasser Ag Rhissa

    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    Email : [email protected] r
    TEL 0 0 2 2 3 95955792

    • Pour votre comprehension, relisez le texte et essayer de sortir de votre boite de m’as vu pour considerer à juste valeur ce que M. Traore dit. Vous faites hors sujet en ce qui concerne ce texte M. Anasser Ag Rhissa.

      • Bonjour,

        Désolé KONATÉ, ce n’est pas une question de m’as-tu vu.

        Je vous invite à relire la proposition de notre frère Cheick Bougadry Traoré et nous dire quest-ce qu’il propose qui n’ait pas été fait auparavant sauf le souhait d’un processus iner-Maliens qui part de zéro pour consolider la nation pour un avenir meilleur OR nos avons un passé, une histoire et des acteurs déjà impliqués dans un tel processus.

        Que de notre accord actuel conçu en huit mois et utilisé depuis au moins huit ans ?

        Est-on sûr de concevoir un nouvel accord plus performant que l’accord actuel en un temps raisonnable ?

        Comment tenir compte de tous les acteurs Maliens sans exclusion ?

        Comment garantir les engagements des acteurs pour rendre fiable un tel processus ?

        Comment assurer une réelle inclusivité ?

        Optons pour un processus réellement inclusif.

        Ouvrons-nous.

        Ensemble Unis autour d’un Mali unitaire, sans exclusion, nous y arriverons.

        Dr Anasser Ag Rhissa

        Email : [email protected]
        TEL 0 0 2 2 3 95955792

        • Vous penser que c’est aujourd’hui que M. Traoré a commencé a écrire à propos du Mali et l’Afrique? Il a commencé à le faire quand vous ne pouviez tenir une plume et il est de loin mieux outillé à aborder ces problèmes sans complaisance que vous M. Anasser. Allez-y vous vendre ailleurs que sur les réseaux sociaux.

          • Bonjour,

            BALKISSA DU RÉSEAU DOGON64 ALIAS Mankelele alias Balkissa alias …, SAVEZ-VOUS DE QUOI VOUS PARLEZ ?

            VOUS NE ME CONNAISSEZ PAS POUR ME COMPARER A TRAORÉ.

            Ayez de la retenue et du discernement.

            Merci de votre compréhension.

            Dr Anasser Ag Rhissa

            Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

            TEL 0 0 2 2 3 95955792

            Email : [email protected]

  11. Très belle homélie, qui peut convenir à toutes les situations, quels que soient le temps et l’espace. Autant dire que c’est du vent. Du très bon vent, mais du vent…

    • Du n’importe quoi Ogoba. Je me demande pourquoi des gens comme toi ne peuvent pas être honnête et respecter et surtout apprécier ce que d’autres personnes font de mieux que vous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!