Une autre forme de terrorisme gagne du terrain dans le cercle de Kéniéba : La coupe abusive du bois de Vêne, une action de la société Halidou Cisse

2

Au Mali,  certaines grandes sociétés qui   se livrent au trafic de bois sans état d’âme avancent comme argument la possession de documents d’autorisation.

Nous savons tous que dans ce pays  pour avoir le précieux sésame, il suffit de mettre la main à la poche et sortir quelques billets de banque pour avoir gain de cause. Donc cet argument avancé par la Société de Gestion Halidou Cisse est tout simplement fallacieux. C’est suite à des informations fournies par les populations du cercle de Kenieba que nous avons décidé de revenir sur la coupe de bois de Vêne  appelé aussi bois de guenemalien. « Ce bois est très précieux pour l’écosystème et il faut cent ans pour qu’un arbre de guenemalien puisse atteindre la maturité.

A partir du moment où l’Etat a interdit le dragage sur le fleuve pour utilisation de mercure et de cyanure, rien n’empêche ce même Etat de sévir  contre la société S G H C », a martelé Madiba Dansonko, un paysan de la zone de Kenieba les yeux rouges de colère. Pour lui la société coupe le bois à volonté parce qu’elle est parvenue à corrompre jusqu’au haut sommet de l’Etat. Pour mieux profiter de cette basse besogne, la société de gestion    s’appuie dans la région de Kayes sur le gouverneur qui bénéficie de faveurs. Fermez les yeux sur le trafique de ce bois précieux en complicité avec les chinois est un  crime contre l’humanité.

Cet autre ressortissant de Kenieba qui a préféré garder l’anonymat est allé jusqu’à s’en prendre à nous dans notre rédaction pour nous accuser de complicité passive face à ce drame qui risque de faire du cercle de Kenieba dans quelques années une zone désertique.

Certains responsables de la direction des eaux et forêts que nous avons approché n’ont pas caché leur impuissance face à ce drame. Pour tromper l’opinion publique, la société fait semblant de planter quelques arbustes. Pour maquiller le tout, elle fait quelques réalisations de forages après avoir ravagée des centaines d’hectares. Récemment l’exploitation abusive de  bois à usage commercial   a causé des ennuis à un Ministre gabonais

Nous y reviendrons

A faire à suivre

Mahamene Djitteye    

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Je ne connais pas cet arbre en particulier, mais suis contre la coupe du bois en général. Nous vivons dans un pays presque désertique, il faut que nous préservions le peu d’arbres dont nous disposons.
    Je suis d’accord avec le précédent commentaire, la population locale doit vite agir pour mettre fin à cette pratique. Ce sont les agents du service des eaux et forêts qui délivrent ces permis. Ils s’en foutent complètement des conséquences pour les populations. Le service des eaux et forêts ne sert absolument à rien au Mali. Au lieu d’aider à réhabiliter les forêts et la faune sauvage, ces gens passent toute la journée assis dans leurs bureaux à délivrer toutes sortes de de permis pour couper le bois, détruire nos cours d’eau, ou rançonner les charettes.

  2. Rien ni Personne ne peut protéger la Flore et la Faune de Kéniéba mieux que la Population de Kéniéba. Encore faut-il que cette Population de Kéniéba ait conscience de l’importance de sa Flore. Les Décideurs de Kayes et de Bamako qui ferment les yeux ne vivent pas à Kéniéba. Ils n’en ont rien à foutre des dégâts de leurs décisions à Kéniéba. C’est aux Gens de cette Localité de se lever pour dire ” STOP ” au gâchis.
    Il n’y a pas plus dociles avec l’Administration que les Populations des Zones Rurales de la Région de Kayes. Ils ne revendiquent rien ni ne réclament jamais rien qui soit de leurs bons droits. C’est pas possible… !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here