CMDT : Kalfa Sanogo s’en va la conscience tranquille

6

Le très humble Président Directeur Général (PDG) de la CMDT, Kalfa Sanogo, ancien professeur à l’IPR de Katibougou, compétent, discret et surtout efficace, vient d’être remplacé par un banquier de la BOA.

Il quitte la CMDT la tête haute, après avoir boosté la production en 2014, bénéfice de 14 milliards 368 millions de FCFA à l’appui. Pour la campagne cotonnière 2014 / 2015, la compagnie a réalisé la 3ème meilleure performance de son histoire, avec une production de 550 000 tonnes. 

En effet, notre coton se vend très bien, les clients sont de plus en plus satisfaits de la qualité du produit et la société s’endette de moins en moins depuis le 30 juin 2014.

Autres signes de performance: la production agricole, qui a augmenté de 440 000 tonnes à 548 695 tonnes, le rendement à l’hectare, qui a également augmenté, les pannes techniques, qui ont considérablement diminué dans les usines, les pièces de rechange, moins coûteuses. En outre, en 2014, les paysans ont été payés depuis le 15 avril, et non en fin d’année.

Ce n’est pas tout. La subvention de l’Etat a augmenté et le Mali s’est classé 2ème producteur de coton en Afrique, après le Burkina Faso. S’y ajoute le recouvrement en cours des créances: 23 milliards de FCFA auprès de l’Huicoma d’Aliou Tomota, suite à un arrêt de la Cour suprême et 1,5 milliard de nos francs auprès d’un négociant togolais, suite à une autre décision, de la justice togolaise cette fois-ci.

La zone CMDT, c’est également 1,9 million de tonnes de céréales, dont 600 tonnes à l’exportation. Ce sont près de 4 millions de Maliens qui vivent directement des activités de la zone CMDT, dans les régions de Sikasso, Ségou, Koulikoro et Kayes.

La CMDT, il faut le dire, est un fleuron de notre économie. Son principal actionnaire est l’Etat du Mali, avec 99,48% des actions. Elle contribue à renflouer les caisses de l’Etat: 7 milliards de FCFA en impôts, sans compter les dividendes que l’Etat s’apprête à empocher, soit 2 milliards pour l’exercice passé.

Grâce à cette société, l’Etat perçoit, au niveau des banques, des taxes sur les affaires financières, suite aux opérations de la CMDT. Les assurances gagnent leur part, soit 2 milliards de nos francs, les pétroliers aussi y trouvent leur compte, avec plusieurs milliards de nos francs, sans parler des autres fournisseurs et transporteurs, qui vivent directement ou indirectement des activités de la CMDT.

C’est en gros le bilan de Kalfa Sanogo, qui est plus que positif, malgré les soubresauts que le monde paysan connait et les difficultés constatées dans l’installation des pluies. La campagne cotonnière 2014 / 2015 a été on ne peut plus satisfaisante.

Bien que la CMDT n’ait pu atteindre l’objectif de 650 000 tonnes qu’elle s’était fixé au début de la campagne, elle a tout de même réalisé la 3ème meilleure performance de toute son histoire, avec une production de 550 000 tonnes de coton graine cette année, après 2003 / 2004 (620 000 tonnes) et 2004 / 2005 (578 000 tonnes).

Chahana Takiou

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Chahana Takiou que je croyait un professionnel déçoit et je lui demande de me donner une réponse à ces éléments
    I- LES SCANDALES FINANCIERS :
    a) Le marché gré à gré de la route bitumée de Sikasso d’environ 1 km 200 à une entreprise chinoise d’environ 900 millions de nos francs. Le fait gravissime est que cette route a été réalisée en 2014 et l’inscription budgétaire est intervenue en 2015 ; les Administrateurs, le Cabinet d’Audit ont tous été donc trompés.
    b) Le marché gré à gré de 17 000 tonnes de chaux vive à l’usine Stones à environ 4 milliards 200 millions de Francs CFA pour un prix unitaire de 247 000 FCFA la tonne. Tenez- vous bien, la même chaux, produite sur le même site, a été achetée avec CCT (Carrière et Chaux de Toukoto) à 80 000 FCFA la tonne. La signature du contrat de Stones a été faite un samedi après la visite de la carrière de chaux à Toukoto par le PDG le vendredi par vol spécial dans un jet privé mis à disposition par cette usine. Quelle flagrante corruption ? Cette chaux, produit très corrosif, ne répondant à aucun besoin des paysans remplit les magasins CMDT et se détériore de jour en jour (4 milliards en fumée). Son introduction à la CMDT s’est faite à l’insu du Ministère de l’Agriculture et de l’IER (Institut d’Economie Rurale). Sa manutention est même très risquée car brûle les manœuvres qui sont chargés de la décharger (beaucoup d’accidents de ce genre ont été signalés sur le terrain).
    c) Le marché gré à gré de camions à son ami Monsieur SIDIBE, ex-Directeur Technique de Huicoma et représentant de Legras- France pour plus de 2 milliards et quelque de FCFA.
    d) Le marché gré à gré de pièces d’usine à la société Millénium Banico (société de ses enfants) à environ 2 milliards de Francs CFA.
    e) . Le marché gré à gré d’engrais à la société Millénium Banico (société de ses enfants) à environ 3 milliards de Francs CFA.
    f) Le marché gré à gré d’hydrocarbures à un de ses enfants qui travaille chez Mandiou SIMPARA à plusieurs centaines de millions de francs CFA.
    g) Le marché gré à gré de 27 véhicules avec le groupe CFAO de plusieurs milliards à son parent SANOGO.
    h) La vente de la fibre de coton hors procédure de la CMDT.
    i) Le marché gré à gré à un bâtonnier ivoirien pour gérer les aspects juridiques du contrat de construction de la nouvelle usine de Kadiolo. Ce marché a été passé à Géo Coton de gré à gré et personne ne sait aujourd’hui le vrai coût. Le chiffre qu’il a communiqué aux autorités ne repose sur aucune base, car il n’y a eu aucune étude préalable. Allez-y savoir pourquoi.
    j) La location d’un chapiteau à 60 millions de Francs CFA avec la société SERICOM pour seulement 3 jours pour la récente réception du Président de la République à Kadiolo (visite du site de la nouvelle usine).
    k) Il a gardé sous les coudes comme quota personnel 30 000 tonnes de coton graine qu’il vend aux huiliers qui acceptent lui payer pour sa poche 10 000 FCFA la tonne en plus du prix officiel (donc 300 millions de dessous de table).
    l) Il a acheté une parcelle à San Pedro (Côte-d’Ivoire) pour, paraît-il y construire des magasins, sans en informer le conseil d’administration. Ce terrain n’existe officiellement nulle part dans le patrimoine de l’entreprise.
    m) Un marché sans appel d’offre avec une boite « Compasse » pour l’interconnexion réseau a de 1 Milliard de franc pour un réseau qui a déjà montré ces limites(connexion lente….).
    Etc.
    II- LES SCANDALES ADMINISTRATIFS
    Il a recruté massivement sans test, ni de concours, ni d’interview ni passer par un bureau de recrutement. Il a recruté clandestinement plus de 300 000 personnes en CDI composés essentiellement de sa famille et de la famille de son DGA, et de ses Directeurs …..
    Par ces recrutements clandestins et inappropriés, l’organigramme de la CMDT de 2008 est aujourd’hui caduc.

    • Par exemple, des diplômés de l’ENA (catégorie A) ont été recrutés à des postes d’enquêteurs (poste C). Il en est de même pour beaucoup d’entre eux qui n’ont pas le niveau adéquat du poste qu’ils occupent et remplissent les bureaux à Bamako (souvent 5 à 10 personnes dans le même bureau).

    • Des fils de certains responsables collaborateurs de Kalifa, fraîchement sortis de l’école et sans aucune expérience, ont été directement recrutés Chef de service (cas du fils de Abdoulaye DOLO, son DGA, recruté directement comme chef de service du personnel à Fana, sans aucune expérience de gestion administrative).

    • Des vieilles femmes, sans aucune qualification sont également recrutées et ne font que tourner le pouce à Bamako.

    • Des femmes de responsables de la CMDT ont été recrutées et n’ont jamais foulé le bureau. De la maison et sans travailler, elles perçoivent leurs salaires et indemnités de déplacement (c’est le cas de Madame LY, enquêtrice au secteur de Fana).

    • Pire il a continué à recruter massivement après son limonage il n’est plus habilité à recruter après sa relève et surtout le fils de son DGA comme ingénieur réseau qui n’a jamais obtenu un diplôme de ce niveau un simple bureauticien que son père de DGA(Abdoulaye Dolo qui est dans tous les vols organisés de la CMDT) a balayé un technicien de haut niveau de son poste pour mettre son fils à sa place. Quel horreur recruter directement en CDI sans test, sans période d’essai en catégorie A2 de quel monde sommes-nous dans cette société ? Les cadres de la CMDT réveillés vous !!!!

    – En rappel, la CMDT avait licencié plus de 1000 travailleurs en 2003 et 2010 à travers un plan social et ce, en prévision de sa privatisation. Dans la convention qui a acté le départ de ces 1000 travailleurs, il est cependant écrit qu’en cas de besoin de recrutement, la CMDT devra donner la priorité à ceux-ci. Malheureusement, Kalifa s’en est moqué éperdument et a fait tout sauf respecter cette disposition.
    Monsieur le journaliste de haut niveau qu’est ce tu en dis de ton Kalifa ? Il mérite que la prison !

  2. je te remercie infiniment Geo pour avoir agir ainsi. on ne doit jamais changer une équipe rentable. le vrais problème est connu. ce ne sont ni les détenteurs des huileries, ni les Tomota et ses coactionnaires, non plus Seydou Nantoumé qui veut toujours Monopoliser le marché de l’engrais qui veulent que ce PDG Kalfa patriote, digne, nationaliste, homme de rigueur, reste longtemps à ce poste. Quant aux huileries, si jamais Huicoma que le PDG Kalfa a saisi, démarrait ça sera leur déclin puisqu’elles produisent pas de l’huile de qualité d’une part, d’autre part, leurs parts en graine de coton vis à vis de la CMDT vont forcement diminuer. Concernant NAntoumé, il veut monopoliser le marché des engrais, chose injuste que Kalfa n’aime pas. Quant à Tomota et ses pairs, ils restent toujours redevables à la CMDT car la saisie des usines Huicoma n’a pas pu épongé leurs dettes. Donc pour faire partir le PDG, ils vont jusqu’à soudoyer l’enfant CHou Chou du président (Karim) avec des sommes colossales. pour ce qui est Tereta lui il recevait des somme du prédecesseur de Kalfa une chose que Kalfa ne fera jamais car il est venu pour redresser la CMDT. Voila les vrais raisons si non son rendement est bien croissant de 548 000 la production a atteint 550 000. Je de dis que les 14 milliards de bénéfice seront dépassés cette année.

  3. Et avec tous ces résultats les paysans n’arrivent pas avoir leur ristourne, en plus ils sont traînés devant les juridictions pour refus d’offrir leur coton.
    soyez sérieux. un PDG qui ne veut pas négocier avec les producteurs n’est pas bon

  4. Takiou les rats quittent déjà le navire la déclaration du DGA à la télé prouve le contraire de toutes les déclarations de son ancien mentor, maître et dieu.
    Quand à vous retenez que la dignité et honneur doivent être au dessus de tout, surtout ce qui peut être sonnante et trébuchante ou autres bagatelle.
    Je vous sais virulent mais ça n’est pas synonyme véracité et d’honneur c’est d’ailleurs symbole de faiblesse et d’insuffisance. 😆

  5. Je signale aux lecteurs que l’auteur de cet article connait trop la CMDT surtout les éléments clés de l’entreprise qui est détenu par la Direction de la CMDT et les termes techniques utilisés sont propres aux agents de la boite.
    Cet article est l’œuvre du clan de kalifa pour se maquiller !!!
    Ce qui est sur ce vieux aigri n’a fait que des bêtises qui ramenaient tout à sa personne faisait à sa tête irresponsable qui a été affolé par les milliards de la CMDT qu’il a dilapidé avec son grand voleur d’adjoint dont il a rallongé la retraite pour continuer à biller la CMDT.
    Nous saluons tous son limosage et espère qu’il sera poursuivi avec sa bande à la CMDT et en déhors

  6. C’est quand même bizarre!! Pourquoi changer une équipe qui gagne?
    En général j’aime l’alternance, mais pas avec quelqu’un qui fait bien son travail.
    Le Mali gagne avec un tel bilan mais malheureusement au Mali l’interêt personnel prime sur l’interêt collectif c’est pourquoi par exemple nos dirigeants voyagent beaucoup et voyent ce que les autres font de bien chez eux sans que cela ne les fasses le moindre éffet. Ils prefèrent achéter des voitures chères pour circuler dans la bou (en hivernage), dans la poussière (en saison sèche), et dans la salété de Bamako, et construre des maisons dans cette même atmosfère.

Comments are closed.