Développement du secteur minier du Mali : La chambre des mines au four et au moulin

0

La benjamine des Chambres consulaires au Mali, la Chambre des Mines du Mali est aujourd’hui une fierté nationale tant pour son rôle pionnier et précurseur que pour ses initiatives en perspectives dans le développement du secteur minier malien. L’impact des efforts déployés par le bureau de la chambre mis en place il y a quatre ans a fait de la chambre, en un temps si court, un partenaire incontournable et désormais consulté par tous ceux qui, de l’intérieur comme de l’extérieur, s’intéressent à l’activité minière et à toutes les questions relatives au secteur minier malien et à son développement. En effet, pour le développement du secteur minier, la Chambre des Mines du Mali aura été l’initiateur et l’acteur de projets d’envergure en faveur de notre pays, comme par exemple la création au Mali d’une Raffinerie d’or, la mise en chantier d’une Ecole des Mines au Mali ou encore la mise à disposition du secteur minier malien de près de 100 MW d’énergie solaire.

Des résultats de fierté nationale

Il est à souligner que les responsables de la Chambre ont fait preuve de participation de qualité à la prévention et au règlement des conflits entre le Département et les Compagnies minières et entre celles-ci et les Orpailleurs, notamment à Kobada, Foroko, Misséni, Niaouléni. Et ce, malgré les difficultés consécutives à la grave crise que le Mali a connue au moment du démarrage de leurs activités. En si peu d’années, la Chambre des Mines a enregistré plein d’acquis. Entre autres, l’acquisition d’un siège permanant équipé, l’élection et l’installation des délégations régionales dans les 8 régions du Mali, l’élaboration d’un manuel de procédures administratives, financières et comptables, l’acquisition et l’aménagement de la voie d’accès et du site d’une carrière artisanale à Dabléni dans la commune rurale de Moribabougou en faveur des exploitants artisanaux de carrières achevé en mars 2013, l’appui à la création de 175 sociétés coopératives des orpailleurs, des exploitants de sable et gravier et de carrières. La signature le 20 Mai 2014 du Protocole de collaboration entre la Chambre des Mines du Mali et la Direction Nationale des Eaux et Forêts pour concilier les exigences de protection et de restauration de l’environnement avec la nécessité de l’accès du pays à ses énormes ressources minières, la validation de TDR pour la tenue d’un ‘’Salon International des Mines de Bamako’’(SIMBA) et le Forum National sur l’Orpaillage au Mali en septembre 2014, la formation de 400 orpailleurs sur les textes régissant l’orpaillage au Mali et sur l’organisation des Orpailleurs en sociétés coopératives dans les localités de Kangaba, Kéniéba, Kadiolo et Yanfolila en 2015 sont autant d’acquis à l’honneur de la chambre.

Des chantiers d’intérêt national pour le secteur

Fidèle à cette dynamique,les présidents des Délégations Régionales de la Chambre des Mines de toutes les régions se sont inscrits, lors de leur 3ème assemblée consulaire tenue le 23 décembre 2015, à consolider les acquis de la chambre et mieux asseoir son ancrage dans le secteur minier malien. Dans l’accomplissement de la mission de veille sur le secteur minier que la loi lui assigne, la Chambre des Mines du Mali envisage de participer activement à la relecture du Code Minier de 2012.

Pour le président de la chambre Abdoulaye Pona, l’existence et la validité toujours en cours de plusieurs Codes Miniers au Mali a créé une certaine complexité du point de vue légal et fiscal. Il se dit convaincu que l’adoption d’un seul et unique Code résoudra ce problème. Aussi, la Chambre organisera, selon ses responsables, un Forum sur la Fiscalité Minière au Mali pour circonscrire les menaces sur la rentabilité et la viabilité même de l’exploitation minière au Mali dues à la pression fiscale qui continue sur les entreprises minières et l’absence de procédures et d’institutions efficaces de règlement des contentieux entre l’Etat et les Mines.Les efforts avec les Comptoirs d’Achat d’Or à la création d’un Guichet unique et à la fixation d’un prix unique de l’Or, l’organisation des Journées d’échanges sur la problématique de la mise en Å“uvre de la Responsabilité sociale et sociétale des entreprises minières (RSE) au Mali, la formation et la sensibilisation des exploitants miniers artisanaux dans toutes les autres régions du Mali, l’équipement et l’installation de quelques sociétés coopératives pilotes sur des Couloirs d’orpaillage dans les trois (3) grandes régions minières, les échanges avec les Grandes sociétés minières en vue de leur inscription sur le Registre de la Chambre des Mines du Mali, l’étude sur la mise en Å“uvre de la stratégie de développement des achats locaux dans l’industrie minière au Mali, et la formation et l’organisation des Orpailleurs en Sociétés Coopératives sont autant d’initiatives envisagées par la Chambres des mines du Mali pour le bien-être du secteur.

Pour atteindre ces objectifs,la Chambre des Mines du Mali se doit de relever plusieurs défis. D’abord le défi du rassemblement, de l’unité et de la cohésion de l’ensemble des branches d’activités du secteur minier malien, notamment les grandes sociétés minières. Mais aussi, celui de l’organisation et l’encadrement de l’exploitation artisanale afin d’éviter les conflits sanglants comme ce fut le cas à Kobada-Foroko en 2013, 2014 et 2015. Et afin que l’activité de l’Orpaillage soit plus rentable pour les Orpailleurs eux-mêmes et profitable à l’Etat. Il y aussi et surtout le défi de la promotion des Nationaux dans la production minière, notamment  à travers les petites mines à l’exemple de Wassoul’Or.

Daniel KOURIBA

 

PARTAGER