Orpaillage à Niéna : Le quotidien infernal des enfants utilisés sur le site de Bouassa

0

Bien que défendu par les  instruments juridiques nationaux et  par les conventions internationales ratifiées par le Mali,  le travail des enfants dans les zones aurifères demeure une triste réalité. Dans le site de Bouassa, l’on rencontre de nombreux enfants travailleurs. 

Situé à quatre-vingt-cinq Km du sud de la ville de Niéna, le site d’orpaillage artisanal de Bouassa installé entre les champs de coton et la forêt, jouit d’une certaine accalmie à cause des règles imposées par   les propriétaires des lieux. Comme la plupart des sites d’orpaillage du Mali, celui de Bouassa ressemble à un véritable centre de concentration de diverses nationalités, où se côtoient jours et nuits des Maliens, Burkinabé, Guinéens et autres dans une atmosphère jugée calme par ceux qui y travaillent dans l’espoir de  trouver suffisamment d’or.

Mais, ce semblant de climat paisible cache une triste réalité : le travail des enfants. Les  nombreux orpailleurs qui occupent  ce site   depuis  plus d’un an seulement, témoignent de sa rentabilité. De ce fait, animés du seul souci d’acquérir assez d’or, ils n’hésitent pas à employer des enfants qui n’ont pas l’âge requis pour exercer les travaux  combien dangereux pour  leur santé.

Des filles et des garçons, à peine âgés de 10 à 15 ans y sont employés par les orpailleurs pour des travaux rudes. Ils sont utilisés dans toute la chaine d’exploitation de l’or. Ces enfants participent au transport des tonnes de sable, boue et pierres extraits des puits profonds  de 50 à 80  mètres, alignés à ciel ouvert.

A l’apparence mal entretenus, les traits du visage tirés sous le poids des activités qu’ils mènent en longueur de journée, certains enfants par timidité ou par peur des représailles de leurs parents  refusent de répondre à nos questions. Les plus courageux s’y prêtent. «  Je suis élève dans un Madersa. J’assiste ma mère dans ce travail en dehors de la classe »,  rapporte Mariam Koné, à peine âgée de 13 ans. Son souhait, cependant, est de se consacrer à ses études.

Les propriétaires du site, à savoir les surveillants et les chasseurs qui assurent la sécurité admettent le travail des enfants à Bouassa. « C’est une situation déplorable qui s’explique en général par la pauvreté. Parce que, ceux qui sont là avec ou sans l’accord de leurs parents, ont besoin de se faire des économies pour soutenir les charges familiales »,  explique Sidy Diakité.

Les enfants utilisés dans ce site d’orpaillage exercent dans le quotidien des activités inappropriées à leur âge et à leur poids physique. Des tâches qui compromettent dangereusement leur épanouissement physique et les affectent psychiquement et intellectuellement.

Djénéba Coulibaly, une  autre jeune fille de 13 ans,  indique qu’il y a longtemps qu’elle mène des travaux qui dépassent ses capacités physiques moyennant 1000F CFA à la fin de la journée.  « C’est un travail très dur moi.  Mais, c’est avec l’accord de mes parents que  je le fais. Il occupe mon temps et affecte ma  fréquentation scolaire », reconnait -elle.

Maïmouna Ouattara, la seule collecteuse d’or  dudit site, ne cache pas son mépris face au travail des enfants  dans les zones d’orpaillage.  Bien qu’elle ait deux gamines qui l’assistent dans ses activités, elle  réfute toute utilisation des enfants durant les périodes de classe. «  Mes enfants retournent à l’école à l’ouverture des classes », se défend Mme Ouattara.

Contrairement aux autres, Abdoulaye Koné,  natif de la région de Koutiala et âgé de 17 ans,  admet avoir abandonné l’école de son propre gré pour rejoindre le site d’orpaillage de Bouassa. Cet adolescent justifie sa motivation par la difficile situation financière de ses parents. « Ils sont souvent incapables de faire face à mes  besoins, en termes de fournitures scolaires. C’est pourquoi j’ai exprimé le vœu de quitter l’école pour travailler dans l’orpaillage et mes parents n’y se sont pas opposés», a expliqué le jeune Koné, qui ajoute que son jeune âge ne l’empêche pas  de prendre des risques en descendant dans des  puits profonds à des dizaines de mètres pour aller chercher de l’or. «  C’est un risque  que je prend. Mais, je n’ai pas le choix », conclut-il.

Et c’est dans cet environnement rude, marqué par, entre autres,  la consommation de la  drogue, la prostitution, la misère, souvent par des cas de viols que  des enfants supposés être sur les bancs d’école à préparer leur avenir, s’aventurent. Les autorités communales et les parents de ces enfants doivent prendre conscience de l’ampleur des ravages causés par le travail des enfants. Cela, pour appuyer les efforts de certaines organisations non gouvernementales.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here