Édito : IBK est-ce la fin d’un mythe ?

1

Badou, chaque jour à ses  réalités  dans ce pays et le temps mettra chaque réalité à sa place. Les élections législatives du mois de mars 2020 a vu la constitution de  listes parfois  antagoniques à la surprise du peuple malien. Ce peuple a payé le prix cher pour l’avènement de la démocratie malienne. C’est la raison pour laquelle le carré des martyrs existe, ainsi, que la statue qui symbolise la lutte des démocrates martyrs en face de l’Ambassade de la France. Ce qui est réel aujourd’hui c’est que le peuple s’est trompé de dirigeant en juillet et août 2013. Aujourd’hui, il est déçu, parce qu’il a cru en une personne qu’il considérait comme le sauveur voir  le messie.

Aujourd’hui, ce qui est demandé c’est la démission de ce même messie. Les mises en garde de la société à l’endroit du messie contre la mal gouvernance, la corruption, la délinquance financière, le manque de patriotisme n’ont jusque-là rien servi. Pour le Président, tout cela est du ‘’bluff’’.

La dernière sortie de celui considéré du plus comme étant le grand rempart du peuple contre la mauvaise gouvernance qui a regroupé plus de 100 milles âmes dans les rues de Bamako n’a pas laissé le régime indifférent à plus forte raison, la communauté internationale qui s’est aussitôt rendu chez l’Imam Mahmoud Dicko soit disant pour apaiser le climat de tension entre IBK et son peuple. Cette atmosphère délétère a été créée à cause des clauses inapplicables écrites dans l’accord d’Alger de 2015 afin d’aller à la partition du pays à travers le djihadisme, le terrorisme et des intérêts miniers sur  notre territoire.

Dans cette rencontre, la communauté internationale à savoir l’ONU, l’UA, la CEDEAO, l’UE ont proposé aux deux partis, la dissolution de l’Assemblée Nationale, de la Cour Constitutionnelle. Et en  revanche elle sera   prête à financer de nouvelles élections législatives dans une transparence absolue.

Nous avions dit en son temps que IBK est un acteur de la 25ème heure de l’avènement de la démocratie au Mali. C’est d’ailleurs pourquoi, il se permet certaines choses contraires aux principes de la démocratie.

Mahmoud Dicko, sa mouvance et ses compères sont des remparts contre la dictature. Ce mouvement s’est donné un nom c’est-à-dire le M-5-RFP désormais. Il sera le fer de  lance qui va dégager IBK, Manassa, Boubou Cissé, et même les députés trompeurs du peuple malien.

Le Covid-19 va-t-il atteindre et tuer le régime d’IBK ? Selon les membres du M5-RFP, ‘’nous continuons la lutte jusqu’à la victoire  finale  c’est-à-dire  la démission d’IBK et de son régime.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Mes chers compatriotes il faut qu’on se dise la vérité, dans cette histoire vous convenez avec moi que le Mali se trouve actuellement dans un vrai bourbier. Nous avons choisi IBK parce qu’on a cru en lui. Malheureusement nous nous sommes rendu compte dès son premier mandat que c’est une coquille vide. À la fin de son premier il s’est arrangé avec Boubeye, Manassa et ses acolytes a volé un 2 ème mandat. Donc ça 7 ans que nous enfonçons de plus en plus. Au point où nous en sommes, le salut de trouve indéniablement dans la démission du faux messie et toutes ses institutions. Et il partira quelque soit ses partisans. C’est nous qui l’avons élu et nous ne voulons plus de lui et c’est aussi que ça. Et le nous sera offert, in shaa Allah. Alors qu’il dégage !!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here