Edito : Nécessaire élargissement du CNT

3

Le Colonel Assimi Goita et ses compagnons, auteurs du coup d’Etat du 18 Août 2020 et regroupés au sein du Conseil National Pour le Salut du Peuple, CNSP, sont finalement revenus à la raison en  décidant de cheminer avec le M5-RFP. Ce Mouvement hétéroclite qui incarne la légitimité populaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance, a été, à n’en pas douter, à la base de la chute du régime IBK. Pour matérialiser la nouvelle union M5RFP-CNSP, la junte a décidé de donner la primature au M5.  Mais la rectification  ne peut pas s’agir seulement de choisir un premier ministre issu du M5 RFP, elle est aussi et avant tout institutionnelle. Le format du CNT mérite d’être revu, car il fait office de parlement, donc organe législatif. En effet, le pouvoir législatif qu’il incarne, à tort ou à  raison, a une lourde responsabilité dans la réussite de la transition. Il lui revient la mission historique de voter les textes qui doivent assoir les bases du Mali nouveau. Cela ne peut se faire qu’avec une légitimité absolue, une représentativité inclusive de toutes les couches de la Nation.

Aujourd’hui le CNT pêche par deux tares congénitales. La première  est l’absence officielle  des partis politiques les plus représentatifs, comme l’ADEMA, l’URD, le RPM, le MPR, le CNID, le PARENA, l’UM- RDA, pour ne citer que ceux-ci. A ceux-ci il faut ajouter  l’absence remarquée des  religieux, une force non négligeable de la scène politique d’aujourd’hui. La deuxième tare congénitale est  relative à la  faible qualité de beaucoup de ces  membres. On reconnait qu’il y a quelques esprits lumineux, Universitaires, juristes et même militaires, mais qui sont dilués dans le grand nombre de ceux qui ne devraient pas être là, ni par leur formation, ni par  leur expérience, encore moins par leur légitimité. C’est pourquoi la rectification législative passerait par un élargissement du CNT de 121 membres actuels, à 147, représentants le nombre de membres de l’Assemblée dissoute.

Pour rappel,  le CNT dans sa configuration actuelle, n’est qu’un conglomérat d’amis, d’affidés, de compagnons d’armes, de laudateurs et d’opportunistes à la solde de la junte. Il ne reflète ni les forces sociopolitiques représentatives du pays encore moins la crème de l’intelligentsia malienne. Donc l’idéal serait sa dissolution, mais pour éviter d’ouvrir la boîte de pandore on pourrait  l’élargir. Ainsi, sur les 26 membres ou conseillers  à trouver,  nous oserions proposer, pour conforter le nouveau premier dans sa fonction, 16 au M5 RFP, composé de l’URD, du MPR, du CNID, des FARE Anka Wuli, du MODEC, de l’ EMK, de l’ Adema Association pour ne citer que ceux-ci. Par souci d’inclusivité on pourrait accorder  7 sièges à l’ancienne majorité, composée entre autres  de l’ADEMA- PASJ, du RPM, du PARENA, de l’UDD, de l’UM- RDA, de la CODEM, de YELEMA. Et enfin 3 sièges aux religieux, musulmans, chrétiens et les  traditionnalistes, ce qui compléterait les 121 sièges déjà pourvus à 147 conseillers qui feront office de députés de la transition.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Jeune frere, Youssouf! Je pense que ca vaut mieux de supprimer le CNT car c’est un truc tres budgetivore et qui est tout juste la pour payer du fric aux enfants gates du Mali! Il faut aussi supprimer la position de president du CNT. Un premier ministre conscient et competent qui connait bien les interets de la nation peut vraiment bosser comme beau diable pour atteindre les objectifs avant le delai donne. Modibo ou Zou ont le calibre d’accomplir cette tache. Chogel, je ne lui connais pas mais espere qu’il a le gabarit. Je lui souhaite bonne chance et du courage!
    C’est plus sage d’ecarter les religieux et politiciens. La politique et la religion sont une combinaison dangereuse. Quant aux politiciens, qu’ils/elles se preparent bien pour les elections a venir s’il n’ya pas un autre coup d’etat debile (gare a celui qui va s’aventurer a faire un autre coup d’etat)!
    Trop de mains dans la patte n’est pas la facon la plus efficiente de nous mettre sur les rails le plus tot que possile.
    Que le Mali soit sauve de ses propes enfants maudits!
    It takes a village to raise each child, but sometimes, the village idiot wants to set the thatched roofs on fire! You need to catch him before he commits this idiocy!

  2. Pour mettre en place la composition du CNT actuel, le vieux Bah N’Daw a dû sacrifier sa propre réputation pour faire plaisir à la junte. Certes la qualité semble être l’élément manquant dans la composition actuelle du CNT, car la majorité de ces gens ont été amassés par la junte pour les aider dans leur petit jeu.
    Mais vouloir passer l’effectif actuel de 121 à 147 pourrait soulever d’autres sérieux problèmes.

    1. Rien ne nous prouve que les partis politiques cités dans cet article seraient intéressés à entrer de cette façon dans le CNT. Et s’ils acceptent, qu’est-ce qui garantit que leurs désignés seront meilleurs?

    2. Dans ce cas de scénario, les nouveaux 26 représentants qui seront désignés auraient un arriéré de salaire de 9-10 mois par rapport à leurs homologues.

    3. Une telle décision va à l’encontre des attentes des Maliens par rapport à la réduction des charges de l’État.

  3. SI “on reconnait qu’il y a quelques esprits lumineux, Universitaires, juristes et même militaires, mais qui sont dilués dans le grand nombre “…LE CNT NE PEUT PAS ETRE ” qu’un conglomérat d’amis, d’affidés, de compagnons d’armes, de laudateurs et d’opportunistes à la solde de la junte…”
    ET PUIS ARRETE DE MELER ENCORE CES RELIGIEUX DANS LE WEB POLITIQUE. Y’A EN MARRE D’EUX…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here