En un mot : L’échec du chantage

6
Dramane Aliou Koné
Dramane Aliou Koné

Suite à l’incarcération de leur pair de Kati, accusé d’agression à domicile du juge de Ouéléssébougou, les députés ont commencé par pousser des cris d’orfraie avant d’annuler la plénière très chargée de jeudi dernier, qui devait enclencher la procédure de levée de l’immunité parlementaire du sulfureux Mamadou Hawa Gassama, visé pour trois plaintes.

Les députés maliens avaient poussé le chantage jusqu’à brandir la motion de censure contre le gouvernement comme si l’exécutif avait quelque chose à voir avec cette affaire. C’était sans compter avec la détermination salutaire pour une fois des magistrats jaloux de leur indépendance non au service de leur confort personnel, mais au bénéfice de la séparation des pouvoirs.

Revenus à la raison, les députés sont désormais divisés jusqu’au sein du parti présidentiel, le RPM, qui appelle d’ailleurs à la retenue pour ne pas définitivement braquer les juges, qui refusent toute médiation afin de donner un bel exemple à ces étrangleurs de députés obligés de comprendre que tout le monde n’est pas un pauvre journaliste ou un policier sur lesquels ils ont l’habitude de passer leurs nerfs. Sans coup férir.

DAK

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Nacoura,tout comme Dak vous ne comprenez rien de la situation. Le résumé de la situation est que des juges s'opposent à la constitution et cela est grave et humiliant. Et le député a téléphoné au juge pour rencontre et le juge a accepté. Bagarre dans le bureau qui frappe qui? Flagrant délit pour qui? Puisque sans témoin au dėclenchement. Vous n'y étiez pas tout comme moi,alors qui accusė devant Dieu? On juge au nom du peuple et pour le peuple,l'AN est le peuple donc sa requête de suspension de poursuite est inébranlable. Toute dissertation contraire serait ridicule: la constitution est toujours en vigueur .

  2. Dans cette affaire je donne raison au juge….. il a été agresse dans son bureau et cela en dehors des heures de service (delibere) par un soit disant honorable qui n’en est certainement pas un… La vulgarité a atteint un niveau insoupçonné dans mon pays… tout le monde se trouve des qualités pour faire de la politique car c’est le seul moyen de devenir riche en quelques heures, de moto BB RS a la 4×4, aux milliards et au palais.

    Depuis que des badauds ont envahi le palais, drogues par des politiciens qui voulaient a tout prix devenir President ou Premier Ministre, je me suis dit le Mali des analphabètes et des cheytanes est entrain de s’installer.

    IBK est un porte malheur il faut le dégager….. Son assemblée est irresponsable… aller en grève pour soutenir la vulgarité et la barbarie….. on est dans quel pays…….?

  3. QUE DES SORNETTES AU MALI
    DORMONS DORMONS
    AVANT LE VENT DE LA REVOLUTION COMME AU BURKINA
    OU DE LA GUERRE COMME DANS L´AZAWAD

  4. CE JOURNALISTE EST AUSSI POURSUIVBLE POUR AVOIR DÉTOURNÉ LE TERRAINS DE JOURNALISTES. IL VEUT ÉCHAPPER A CELA.

  5. Dak attention les juges sont mauvais
    Si modéré sinon le jour ou tu seras en face d’eux tu seras seul et le regretera toute ta vie

Comments are closed.