Il faut le dire… Vivent les rentrées !

2

Au Mali, le mois d’octobre est le mois des rentrées. Octobre 2016, n’a pas dérogé à la tradition. En effet, le 1er octobre a été l’occasion pour l’opposition d’effectuer sa rentrée politique par une manifestation monstre. A-t-elle atteint ses objectifs ? Sans doute dans la mobilisation, malgré les tentatives de démobilisation par des communiqués diffusés sur les antennes des radios ou télévisions. Mais quelle sera la suite ?

Le lundi 03 octobre, c’était aussi la rentrée parlementaire. Le tenant du perchoir  a retrouvé son groupe parlementaire diminué de quatre honorables et pas des moindres ! Cette saignée montre combien le RPM est un parti fragile, dépourvu de stratégie.  Les démissionnaires du RPM auraient rejoint l’ADP / Maliba,  formation qui a tout récemment claqué la porte à la majorité présidentielle. Ce qui laisse entrevoir que les jours à venir nous montreront inévitablement un hémicycle grouillant et bouillonnant de contacts, de négociations, de coups bas et autres promesses non tenues à l’occasion de la formation des différents bureaux et commissions parlementaires.

Bientôt, ce sera aussi la rentrée judiciaire. Les magistrats qui sont supposés être indépendants pourront-ils prendre leurs responsabilités et juger enfin les affaires de corruption et de crimes de sang qui sont pendants ?

La rentrée scolaire est sans doute celle qui attire l’attention de la majorité des maliens. En effet, elle ne laisse aucune famille malienne indifférente. Comme d’habitude, la tradition a été respectée. Le ministre s’est adressé à la nation ; il  a eu à effectuer des visites protocolaires pour s’assurer de l’effectivité de la rentrée. Bref, notre ministre semble satisfait. Il y a de quoi.

En effet, s’il y a un domaine où la gouvernance de Laji Burama peut s’enorgueillir, c’est bien dans le domaine de l’éducation où depuis la formation du premier gouvernement, Oumar Tatam Ly a eu la bonne inspiration en nommant une grande dame, une femme de caractère, Madame Togola Jacqueline Nana au département de l’éducation nationale. Elle a, pendant le temps qu’elle y est restée,  donné une impulsion pour redresser ce grand mammouth, que beaucoup qualifient de « grille-ministre.» Il faut reconnaître  que son successeur le Docteur Kènèkuo Barthélémy Togo s’est lancé dans le même sillage (voir zoom sur l’éducation nationale pages…).

S’il existe une rentrée à laquelle la plupart de maliens ne songent guère : c’est celle de ceux qu’on appelle communément les petites gens. C’est-à-dire les gens de maison pour ne pas dire les domestiques et assimilés. Il s’agit des chauffeurs, boys, cuisiniers, maîtres ou professeurs répétiteurs, nounous, aide-ménagères ou 52, gardiens… Ces gens sans lesquels les « Papou »,  « Mamie »,  « Papy »,  « Tantie » ou autres « Bijou », rejetons chéris des milieux « aisés » iraient toujours en retard à l’école, rentreraient tard de l’école, mangeraient à des heures irrégulières ou encore auraient des notes minables à l’école car, leurs parents trop occupés, happés par leurs activités  professionnelles, de loisir ou pour certains de libation sont incapables de  leur consacrer une partie de leur temps.

Enfin, n’oubliez tout de même pas la rentrée de votre hebdomadaire Delta News, que vous lisez en ce moment. Comme annoncé il y a un mois, notre équipe est revenue de vacances le lundi 03 octobre et même bien avant pour certains de ses membres.

Vivent les rentrées 2016 !

…sans rancune

Wamseru A. Asama

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. La rentrée des classes? Oui!!! Mais que chacun (élèves, parents d’élèves, enseignants, administration scolaire, CGS) joue sa partition pour le bon déroulement de l’année scolaire et le rehaussement du niveau de l’école malienne.

    • Tu as parfaitement raison mais dommage que personne ne jouera sa partition. Preuve déjà nous à la rentrée les enfants qui ont été déclaré admis au DÉFI ne savent toujours pas dans quel des établissements qu’ils seront orientés. Imaginé bien depuis le Ministère à la situation pourquoi jusqu’à présent jusqu’à présent ils ne sont pas orienté ?

Comments are closed.