Notre Mali, comme il va ; Pourquoi il ne faut pas reconduire IBK

20

L’élection présidentielle du 29 juillet survient dans un contexte marqué par un grand désir de changement du peuple malien. Trois décennies de pratiques démocratiques essentiellement consacrées à des querelles de personnes, à la montée des ambitions individuelles, entrainant l’éclatement de partis historiques qui ont joué les premiers rôles du Mali d’après 1991, caractérisées par l’effritement  de l’autorité de l’Etat et l’émergence d’une classe politique vénale et distante des préoccupations des populations, auront donc laissé les Maliens sur leur faim.

Balançant entre désillusion et besoin de changement, le peuple du Mali a jeté son dévolu sur IBK, alors porté par une réputation d’homme de principe, généreux et attentif aux causes populaires.

En 2013, 77% des votants hissèrent Ibrahim Boubacar Kéïta sur un piédestal, convaincus que c’était l’homme de la situation, d’autant que l’intéressé lui-même jurait qu’il cherchait le pouvoir pour ‘’le bonheur des Maliens’’ et pour ‘’l’honneur du Mali’’.

Le quasi plébiscite, qui l’a effectivement porté à Koulouba, lui est tout aussi  rapidement monté à la tête et l’a enivré (c’est le cas de le dire) au point qu’il  se crut investi d’un pouvoir jupitérien.

Pénétré de sa nouvelle omnipotence, IBK en étala rapidement une première manifestation, le népotisme. Les Maliens, effarés et indignés, virent successivement le fils, le neveu, le beau frère et les amis du nouveau président de la République propulsés à de hautes fonctions.

Non content d’avoir cassé un code de conduite observé par tous ses devanciers, qui tinrent les membres de leur famille  scrupuleusement éloignés    des affaires de l’Etat, IBK, les yeux secs,  étala à la face de ses mandataires ses penchants dépensiers et une désinvolture révoltante à la dilapidation des deniers publics.

Comme tous ceux de son acabit, le président de la République, pour désamorcer les mouvements d’humeur que pourraient susciter ses dépenses somptuaires, a laissé s’installer le système de corruption et, de fil en aiguille, l’impunité.

L’acquisition d’un avion présidentiel, dans des conditions jusqu’à présent non clarifiées, en dépit des injonctions de l’opinion nationale et internationale, l’affaire de surfacturation des équipements militaires, les centaines de milliards ‘’engloutis’’ dans des réalisations dont l’urgence n’était pas évidente (au regard des  nombreux problèmes sociaux auxquels sont confrontées les populations), dans une totale opacité, portent bien la marque d’un système  mis en place pour favoriser l’enrichissement du Cercle des Intimes.

Ces dérives ont largement attiré l’attention, jusqu’au sein de nos partenaires étrangers, qui les ont dénoncées et condamnées sans ambages.

Les chroniques de votre serviteur ont régulièrement trouvé de la substance dans les magouilles du régime.

Comme pour nous donner raison, ce sont Médiapart, réputé pour ses éclairages sur les pratiques mafieuses des Pouvoirs, et Dr Hamed Sow, ancien ministre du président ATT et ancien sympathisant de l’actuel locataire de Koulouba qui ont pointé du doigt le train de vie princier d’IBK, qui n’a cure du dénuement et des anxiétés de ceux qui l’ont ‘’fait Roi’’, il y a cinq ans.

Par des chiffres astronomiques, Médiapart nous fait mesurer le poids des charges nécessaires à l’entretien d’un président de la République ‘’Gabégique’’. L’on découvre ainsi que les 150 voyages présidentiels ont, chacun, coûté la bagatelle de 100 millions de francs CFA, que le budget de la Présidence est passé de 9, 3 milliards, en 2014, à 19,3 milliards de francs CFA, en 2016, soit une augmentation très substantielle de 10 milliards, en deux ans…

Les Maliens, rassurés par l’étalage des nouvelles acquisitions pour leur Armée, découvriront (non sans inquiétude), à travers les révélations de Médiapart, que les chasseurs bombardiers Tuccano, achetés  à prix d’or auprès du Brésil (au point que l’on en a fait un Secret Défense) ne comportent pas de système de visée et, de ce fait, sont inutilisables…

Quant à Dr Hamed Sow, c’est un véritable cri d’alarme qu’il a lancé à ses compatriotes, avertissant que « si IBK est réélu, c’est à une Somalisation du Mali que l’on assistera ».

La sentence peut paraitre lourde, elle est à la mesure des dangers extrêmes auxquels un second mandat du président sortant pourrait exposer les populations maliennes.

En effet, outre une gestion calamiteuse de l’Accord de paix et des crises du Nord et du Centre, qui fait de notre pays une destination épouvantail, et place notre société au bord de l’implosion, le système IBK, bâti autour de la famille et des affidés prébendiers, contient tous les ferments d’une véritable crise sociale, qui pourrait éclater lorsqu’une majorité des populations et, surtout, des cadres, feraient le constat de dérives ethnocentristes, dont le premier mandat n’a déjà pas été avare.

C’est cet homme, symbole d’un pouvoir passéiste, conservateur dans l’âme, qui sollicite un second mandat auprès d’un peuple floué et infantilisé cinq longues années, les plus longues, sans doute, de son existence !

Les Maliens seraient-ils alors un peuple amnésique, incapable d’interpréter correctement les insuffisances et les carences d’un régime dont ils ont été les principales victimes ! Et ils devraient baiser les mains et accorder un nouveau bail de farniente à ceux qui, captivés par ce qui s’apparente à du nombrilisme, n’ont eu cure de leurs préoccupations ?

Le 29 juillet, au moment d’effectuer le choix crucial et déterminant pour le quinquennat du Renouveau, les Maliens devraient surtout réaliser qu’ils ne sont pas des moutons et qu’un autre choix est souhaitable, pour sortir notre pays de la spirale de la gabegie,  de la corruption et de l’incurie.

Soumaïla Cissé, naturellement, Modibo Sidibé, Mamadou Igor Diarra, Hamadoun Touré, Modibo Koné, notamment, par leurs expériences avérées de gestion à grande échelle et leurs compétences indéniables, constituent aujourd’hui de réelles chances de rédemption pour le Mali.

Transformer le désir de changement et de renouveau par l’émergence, en accordant à un homme nouveau la chance de proposer une approche davantage technocratique (que politicienne) et rigoureuse à la résolution des problèmes nationaux, tel est le véritable enjeu du scrutin présidentiel, auquel tous les Maliens doivent participer.

Une contribution de Mamadou Kouyaté- journaliste

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

20 COMMENTAIRES

  1. les griots n’ont jamais dit la vérité. Ils ont toujours menti et soutenu les opportunistes pour avoir leur pain. Ce Kouyate mens pour manger dans le ratelier des voleurs du peuple malien. Il y a des candidats plus compétents et plus intègres que Soumaila Cisse et consorts qui ont pillé la CMDT, l’ACI et d’autres.
    Choisissez les vos candidats préférés sans suivre les baratins de ce faut journaliste.
    Vive le MALI! Que Dieu bénisse le MALI.

    • Tu te souviens que c’est sous IBK Premier Ministre que les fonctionnaires milliardaires sont apparus au Mali? Kouyate est-il le griot de ton pere ou de ta mere? Blaise Sangare qui a devalise l’INPS est le premier conseiller de ton IBK le Mande Zonkeba specialise dans la SURFACTURATION et gros menteur il n’a tenu aucune de ses promesses au peuple Malien depuis 2013..

  2. RAST BATH :SOUMAILA CISSE PRESIDENT DU MALI ? ASTAFIRULAHI,JE PREFERE LA DEPOUILLE DE BOUA IBK COMME PRESIDENT QUE SOUMAILA CISSE VIVANT. MERCI RASTAFARI

    ANW TE SOUMAILA CISSE FE BI ,ANW TA FE SINI,ANW TA FE SINIKENE.IL N’A AUCUN AMOUR POUR CE PAYS,LA SEULE CHOSE QUI L’INTERESSE EST LE POUVOIR (MOUSSA MARA) ET JE DONNE PARFAITEMENT RAISON A RAST BATH QUI A DIT DEVANT ALLAH LE TOUT PUISSANT ET SES CREATURES QUE ” LA DEPOUILLE DE BOUA IBK VAUT 1000 FOIS MIEUX QUE SOUMAILA CISSE VIVANT” MERCI RAST BATH.

  3. LE rendez-vous sera dimanche le 29 juillet 2018 la belle parole n’est compté pas les bulletins des votes qui comptes merci, à dimanche ichallahou .

  4. Très très bonne analyse M. Kouyaté. Vous avez tout dis et tout ce que vous avez dis est d’autant plus vrai qu’il n’y a rien à redire. Merci

  5. Le mandat d’IBK se caractérise par l’effritement de l’autorité de l’Etat et l’émergence d’une classe politique distante des préoccupations des populations. IBK est le problème et non la solution au mal-vivre de la population malienne. Chassons IBK du pouvoir le dimanche 29 juillet afin que les maliens puissent retrouver le bonheur tant attendu.

  6. Très bel article. Les maliens doivent être vigilants parce que le régime en place est prêt à tout , y compris mettre le pays à feu , pour confisquer le pouvoir. Le RPM doit comprendre que rien ne sera plus comme avant et la menace ne prend plus.

  7. De toute les façons il sera pas réélu.
    Caste ou noble c’est votre problème. Nous n’avons pas besoin de lui.il est en train de vivre ses dernier moment à koulouba.il a mis le pays à terre il a mis le patronyme Keita a terre,jusqu’à ce qui personne ne veut devenir Keita. Avec ibk Keita n’est plus une fierté. Et si vous voler ces élections vous trouverez le peuple malien sur vos chemin

  8. Corse tu manques de cerveau et de dignite, castiste, raciste et mal eduque, si IBK comme nous tous avait appris de ses parents alors il n’allait pas voler le denier publique et mentir au peuple Malien car la societe Malienne nous a eduque a ne pas mentir et a ne pas voler. Kouyate dit la verite d’Allah car c’est lui qui a cree IBK et Kouyate, ce nom de famille qui dit long dans l’histoire du Mali pour ceux qui la connaissent.

  9. BRIN
    En démocratie,pour être élu,on fait campagne sur des thèmes sur lesquels on s’engage à réaliser ,si une majorité des suffrages vous est acquise.
    IBK a fait sa campagne de 2013 sur le thème du renforcement de l’ autorité de l’ ÉTAT ,de la lutte contre la corruption,de la dignité retrouvée des maliens…
    Des paroles fortes qui sonnent toujours à nos oreilles.
    A t’il réalisé ces promesses?
    Si la réponse est oui,monsieur KOUYATÉ a fait une analyse partiale.
    Si elle est non,il n’a fait que relater ce que tout le monde constate car les faits sont parlants si les promesses ne sont pas tenues.
    Les MALIENS ne sont pas concernés par l’amélioration de l’ économie si les problèmes qui demeuraient en 2013,pour lesquels ils ont plébiscité IBK,existent toujours.
    Qu’ ils fassent du Mali un petit Dubaï,si les maliens continuent à mourir du fait de l’incapacité de notre ARMÉE à contenir l’insécurité,il aura été élu par erreur.
    UNE ARMÉE QUI MONTE EN PUISSANCE N’EST PAS CELLE QUI EST DOTÉE DES ARMES SOPHISTIQUÉS,MAIS CELLE DONT LA GOUVERNANCE EST AMÉLIORÉE,LA CORRUPTION BANNIE,LE NÉPOTISME ÉCARTÉ,LE CLIENTÉLISME ABANDONNÉ.
    Indéniablement,notre armée souffre toujours des maux qui ont fait qu’ elle a été incapable de contenir les groupes jihadistes.
    EST ON SÛR QU’ UN OFFICIER SUPÉRIEUR CUPIDE CAPABLE DE VENDRE DES INFORMATIONS À L’ENNEMI N’EST PAS DANS LES RANGS DE NOTRE ARMÉE?
    Tout est lié au mode de recrutement,au manque de sanction et au copinage à l’intérieur de l’ARMÉE.
    IBK n’a rien fait pour la gouvernance de l’ARMÉE et donne l’impression d’en être incapable.
    Il suffit de voir comment L’ARMÉE française traite notre ARMÉE.Elle pense que notre ARMÉE n’est pas digne de confiance.
    Des opérations militaires,sur notre sol,lui sont cachées.
    S’IL S’AGIT DE NOUS MONTRER LES AVIONS POUR DIRE QUE L’ARMÉE MALIENNE MONTE EN PUISSANCE,AMADOU TOUMANI TOURÉ N’A T’IL PAS MONTRÉ DES AVIONS FICTIFS AUX MALIENS?
    On vient de sanctionner le commandement militaire du g5 Sahel.A t’on vu la présidence IBK sanctionner son commandement militaire pour les mêmes motifs qui ont eu lieu plusieurs fois dans L’ARMÉE MALIENNE ?
    Et pourtant on l’a vu changer chaque année son gouvernement.
    À rappeler que François Hollande n’a pas voulu rempiler à cause du non respect de sa promesse phare qui est la diminution du chômage.
    Lui n’a jamais parlé de réalisation,malgré qu’ il en fait car ce n’est pas l’engagement qu’ il a pris avec les français.
    Le MALI 3ème économie de l’UEMOA ,premier producteur du coton,une croissance économique appréciable n’intéressent pas les maliens.
    Qu’ IBK respecte ses engagements de bonne gouvernance à la tête de L’ÉTAT intéresse fortement les maliens.

  10. VOTER OU PAS VOTER IBK, DIEU A DÉJÀ DÉCIDÉ. QUANT À KOUYATÉ, IL FAUT DIRE QU’IL EST RESTÉ**** JUSQU’À LA RETRAITE. ENTRE PARENTHÈSES, À L’ENSUP ILS ****S, TIEBLE ET LUI.
    QUAND ON FAIT CE GENRE DE MONTAGE IL FAUT AVOIR L’HONNÊTETÉ INTELLECTUELLE DE DONNER LE BILAN DE IBK. MON CHER IBK A UN BILAN, FUT-IL MAIGRE. ENFIN UN ****T HONNÊTE PAR DÉFINITION ET C’EST L****** DONC ATTENTION. SOIT DROIT.

    • Somalisation ? Aucun cadre OU candidat sérieux n’a encore utilisé SAUF ton idiot de mentor, un voleur. On n’est pas amnésique. SI la case brûle InchAllah il sera la première victime.

    • Au lieu de l’insulter, il faut plutôt créer une tribune comme il l’a fait. Vive Kouyaté et sa tribune

  11. Cher Kouyate, tu as fait une très bonne année, pourquoi j****comme ibn,nous sommes à mande et encore moins sous le régime de soundiata Keita, nous sommes dans la république il faut nous laisser avancer

  12. Si réellement cheick Modibo Diarra a bien été formé il ne va jamais soutenir ibn,et le monde entier le jugera à partir de cette élection,car soutenir ibk c’est le séisme politique. Cher cheikh Modibo Diarra il ne faut pas écouter ton beau père mousse Traoré, l’histoire te jugera

  13. Bonjour Mr Kouyaté
    Merci pour tes analyses, cependant, j’ai la ferme conviction que tu as volontairement occulté les réalisations du président IBK. Moi, je serais d’accord, si tu étais resté impartial, mais, hélas, tu as fait une partie pris.
    Moi, je suis pas du RPM, mais, j’ai voté IBK en 2013, je le referai inchallah, le 29 juillet 2018. Si tu étais resté à équidistance des différents candidats , tu allais reconnaitre les multiples réalisations du président IBK. Notre armée était en lambeau, maintenant, elle est sur la voix de la reconstruction, je te demande humblement d’aller vous renseigner auprès du responsable sortant des forces BARKANE au Mali.
    Malgré cet effort de guerre, la situation socio-économique du pays est satisfaisante, encore une fois, allez y demandé les chiffres auprès de la Banque Mondiale et du FMI.
    Par ailleurs, en terme de désenclavement, les réalisations parlent d’elles même. Le secteur de la santé a connu de nombreuses réalisations aussi. L’éducation et l’agriculture n’ont pas été oubliées, en témoigne la place qu’occupe le Mali aujourd’hui, en terme de production cotonnière.
    Je m’arrête la, à l’instant, et je termine par un adage Malien, “Même si, tu n’aimes pas la lièvre, tu dois au moins reconnaitre qu’elle a de grande oreilles”.
    Mes salutations distinguées Mr Kouyaté

    • Mr BRIN, dans notre pays, ce ne sont pas les réalisations approximatives que nous devons regarder. Vous parler de l’armée, alors que vous oubliez que pour 1FCFA acheté, Mr IBK garde 2FCFA. C’est de ça on parle. Même le plus taré président d’un pays fait toujours quelque chose de bien. Même Hitler afait quelque chose de bien. Mais , c’est la balance entre le bien et le mal que l’on retient. Par ailleurs, ce qui compte pour nos pays, ce ne sont pas les réalisations tangibles que nous regardons, nous regardons est ce que le président a fait de l’homme malien un homme travailleur, un homme fier qui va se battre toujours et toujours pour son bien. Or que constate t on : la corruption, le népotisme, le clanisme, la gabegie. Quand un président dépenses des milliards pour son propre plaisir, alors qu’il utilise les biens de maliens qui ne peuvent même pas avoir à manger, alors tout ce qu’il fait est nul.
      C’est cela BRIN. Regarde le roi soleil en France, c’est son goût du luxe qui a déclenché la révolution. Et on lui on coupé la tête à la bastille. Toute personne qui tente de regarder le bien qu’a fait IBK, cette personne est dans l’entourage du président et s’est sucré. C’est tout. Il ne défend pas IBK? mais il défend le peu d’argent qu’il a amassé du fait de la gouvernance de IBK. C’est cela Mr BRIN.
      Bravo Mr KOUYATE, votre texte est impeccable. On ne peut pas mieux décrire le Ibknisme.

    • @Corse, castiste, raciste et mal eduque, si IBK comme nous tous avait appris de ses parents alors il n’allait pas voler le denier publique et mentir au peuple Malien car la societe Malienne nous a eduque a ne pas mentir et a ne pas voler. Kouyate dit la verite d’Allah car c’est lui qui a cree IBK et Kouyate, ce nom de famille qui dit long dans l’histoire du Mali pour ceux qui la connaissent.

  14. Les Maliens sont loin d’être amnésiques et savent bien que IBK est plus un problème qu’une solution à leur calvaire. Nous ne voterons pas IBK mais seulement il n’aura pas besoin de nos voix pour se déclarer élu et c’est bien cela qui fera basculer le pays dans une Somalisatuon ……

Comments are closed.