Assemblée générale de la COSES Tous contre l’AMO

0

L’Assurance maladie obligatoire (AMO) s’est  encore invitée  dans les débats,  le mercredi 12 octobre 2011, à l’ENI  au cours  de l’assemblée générale de la  Coordination des syndicats  de l’enseignement secondaire (COSES). Cette rencontre entre  le bureau exécutif national dudit syndicat et ses militants vise  à affûter les armes  pour faire face  aux  exigences  de l’heure  comme  l’AMO,  la relecture du décret 337 du 17 novembre 1979 et l’octroi d’une indemnité pour les chefs de travaux, des directeurs adjoints des AE et des CAP et la prise en  charge du suivi pédagogique des conseillers et agents de suivi des CAP, de l’octroi d’un statut autonome,  la relecture de la décision instituant le test  pédagogique de titularisation du personnel enseignant du secondaire,  la réparation de la disparité  de traitement provoquée par l’intégration dans les  deux fonctions publiques, ainsi que  la revue à la hausse des frais de surveillance et  des indemnités de corrections des examens classiques modulaires et  des concours.   

                                                                                                                             

            Le communiqué du conseil des ministres du 20 avril 2011  a rendu  l’AMO facultative. Cela  est consécutif  aux marches unitaires  de la Confédération  syndicale des travailleurs du Mali (CSTM),du Syndicat de la police  nationale (SPN), de la COSES  et d’autres  organisations  syndicales.  Aux dires  du secrégé   Youssouf Diarra,   de cette date à la fin  du mois de juin,  des correspondances du ministère de la solidarité et des personnes âgées ont été  adressées aux différents ministères et services impliqués dans la gestion  de l’AMO, pour leur demander d’arrêter les prélèvements sur les salaires des travailleurs ayant déposé des fiches de non   adhésion. «Les travailleurs ont pensé  qu’avec les  engagements pris et les actes posés, tout allait rentrer  dans l’ordre pour l’arrêt des prélèvements, du moins, pour le mois de juillet et le démarrage  immédiat des remboursements» s’est- il s’exclamé.  

                                                                                                          

            Force est de constater, dit-il, les prélèvements continuent  y compris   ce mois d’octobre  au grand dam   des travailleurs. Dans  sa déclaration  liminaire, il a laissé entendre que  cette  assemblée  est la dernière avec  la base avant d’aller à l’action.                                                                                               

            La concertation avec les militants ont prouvé à suffisance  leur engagement. Les  représentants des différents  comités des établissements secondaires ont totalement réitéré leur confiance  au bureau de la COSES. Ils se sont dits  prêts à suivre tout mot  d’ordre venant d’elle. Certains ont tout simplement exprimé leur ras-le bol  quant à  son inaction. Selon les mécontents, la rentrée scolaire 2011-2012 devrait coïncider avec  le mouvement de grève. En guise d’avertissement,  d’autres  ont rapporté les recommandations de leur comité ayant trait aux arrêts de travail répétitifs. Si  ces actions n’aboutissent pas, ils préconisent  également une grève illimitée jusqu’à l’arrêt des prélèvements sur les salaires et au remboursement  intégral des sommes perçues au compte de l’AMO.                                                                                                                                                                               

Namory  KOUYATE 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER