Chantiers de refondation du système éducatif au Mali : Les propositions de Boureima Guindo Samba

1

Le système éducatif au Mali connaît de profonds dysfonctionnements en toutes ses dimensions : recrutement, fonctionnement, formation, contrôle et suivi pédagogiques, évaluation de l’utilisation des ressources allouées, pléthore dans les classes, manque d’équipements didactiques, cohabitation et manque d’harmonisation entre plusieurs types   d’écoles, insuffisance de crédibilité en les taux des résultats des examens et concours, etc.

Afin de redorer son blason d’antan et de renouer avec les indicateurs de ses performances des années 1960 à 1990, le gouvernant actuel ainsi que ceux à venir doivent prendre des mesures à la profondeur de ces graves dysfonctionnements.

De notre point de vue et suite à ces constats qui d’ailleurs ont été mis à nu par tant et tant de fora passés, il y a urgence, maintenant, de mettre en œuvre les résolutions et recommandations pertinentes fournies par ces différentes rencontres : séminaires, états généraux, conférences, exposés,  Forum national sur l’éducation(2008), Journées nationales sur la recherche scientifique et sur l’innovation technologique, etc.), et par  des thèses et mémoires  d’excellente facture, sur le système éducatif malien, soutenus tant au Mali qu’à l’extérieur.

Le chantier des changements est immense mais en commençant à refonder maintenant dans la mouvance des Assises Nationales de la Refondation, des résultats significatifs peuvent être enregistrés entre 10 et 20 ans, en allant progressivement de bas vers le haut du système.

En ce domaine comme en d’autres, une vraie loi d’orientation et de programmation est nécessaire mais pour que les changements qualitatifs espérés soient obtenus, il faudra penser à la formation professionnelle de qualité et des enseignants et des encadreurs pédagogiques, à des écoles et classes construites suivant les normes requises, à la transparence et à la redevabilité des futurs gestionnaires administratifs et financiers du nouveau système éducatif à mettre en place.

Dans cette perspective, voici quelques exemples de chantiers qu’il faudra ouvrir le plus rapidement possible, en lien avec la nouvelle loi de refondation de l’école à prendre avant la fin de la transition ou par le gouvernement post-transition.

1 -Fonder l’enseignement sur une association étroite entre théorie et pratique à tous les niveaux d’enseignement et pour chaque leçon ou cours dispensé ; aucun élève ou étudiant ne devrait terminer le cycle fondamental, encore moins le niveau secondaire (général, technique, professionnel…) s’il ne peut concevoir ou fabriquer quelque chose d’utile et d’utilisable pour son environnement immédiat et/ou pour lui-même  (moule à briques, jardin potager, fabrication de savon, produit de « start-uppeur »,  filet de pêche, bac à ordures, produit d’embouche,  tabouret,  panneaux solaires,  fabrication de ciseaux, etc.).

2-Etablir pour chaque fin de cycle soit des attestations de réussite soit des diplômes selon les niveaux, les ordres et cycles d’enseignement. Pour cela, on distinguera connaissances et compétences acquises pour délivrer l’un(e) et/ou l’autre.

En fait, il devra y avoir distinction entre niveau de maîtrise des savoirs déclaratifs (connaissances théoriques) et niveau de maîtrise de savoir-faire et de savoir-être (connaissances procédurales et connaissances contextuelles ou conditionnelles d’une part et qualité de comportements et des attitudes de l’autre).

Ainsi, ne passerait en classe supérieure que l’apprenant ou l’étudiant qui aurait la moyenne ou qui aurait atteint un certain niveau de maîtrise aux catégories de connaissances et aux catégories de compétences préalablement définies pour chaque fin de cycle.

On pourrait envisager dans certains cas, même le passage en classe supérieure, à condition que l’apprenant du fondamental ou l’étudiant d’Université comble son déficit en concevant et en mettant en place un dispositif de complètement de sa formation et d’évaluation avant de terminer le cycle ou la filière d’études en cours.

Toutefois, en vue de généraliser ce schéma avec des aménagements sectoriels spécifiques en fonction des programmes et des filières de formation, il y a nécessité d’approfondir la réflexion. À cet effet-là une commission interministérielle pourrait être mise en place ainsi que pour accomplir d’autres missions telles que l’élaboration et la validation des nouvelles attestations et nouveaux diplômes à établir et par conséquent celles de nouveaux critères de passage ou d’admission aux examens et concours.

3- Améliorer les conditions de travail et de vie des enseignants et la qualité de leur formation en consacrant plus de temps au volet pratique lors des stages ; tel n’est pas le cas actuellement.  Dans cette optique et pour l’atteinte de tels objectifs, pourquoi ne pas construire des cités d’enseignants soit par les coopératives d’habitat, soit par l’’Etat, en complément des logements sociaux desquels ils ne seront pas exclus d’acquisition ?

Au Mali, nous avons connu et connaissons encore combien de cités pour d’autres fonctionnaires, hauts et moyens cadres. Et pourquoi pas celle des enseignants afin de les mettre à l’aise dans leur noble et difficile métier de former et de préparer les futurs agents et potentiels dirigeants de la Nation ? Nous avons au Mali de bons architectes pour nous proposer des plans de maison qui conviendraient au travail à domicile des enseignants et des professeurs.

4-Améliorer le niveau des élèves et celui des étudiants qui seront confiés à des enseignants ayant reçu une formation professionnelle et pédagogique requise incluant un certain nombre de modules tels que l‘éthique et la déontologie, module doté d’un coefficient attractif.

5 -Accroître le taux de préscolarisation des petites filles et le taux de scolarisation des jeunes filles ainsi que le niveau et les moyens de leur accompagnement matériel et psychologique.

6-Construire des écoles de tous degrés, en nombre suffisant et suivant les normes requises au plan architectural, au niveau des effectifs, équipées et offrant toutes les commodités. Toutes les régions seront prises en compte dans la planification de ces constructions, cercle par cercle.

7-Procéder au recrutement d’enseignants qualifiés pour répondre aux exigences en résultats et en performances attendus.

8-Procéder à des affectations et à des mutations de personnels de l’enseignement pour une répartition plus judicieuse entre les régions et entre les cercles, tout en prenant soin de leur sécurité.

9- Accorder à nos langues nationales et à certaines de nos stratégies éducatives traditionnelles, l’intérêt et l’importance qui sont les leurs par rapport à leur valeur pédagogique instrumentale.

10-Autoriser la création et l’ouverture des écoles privées de formations de maîtres et de professeurs dont le contrôle et l’évaluation seront assurés de façon régulière et rigoureuse par les ministères compétents et selon des critères plus objectifs établis par ces derniers.

À ce propos,  voici une interrogation : pourquoi discriminer si négativement voire exclure sans arguments soutenables, les promoteurs privés du secteur de la formation des maîtres et éducateurs préscolaires, alors que les secteurs de  la santé, de l’alimentation (bétail et humains y compris) et de la sécurité, domaines vitaux et stratégiques s’il en est, sont ouverts aux entrepreneurs privés dont certains des promoteurs ne sont mus que par les recettes ou bénéfices commerciaux à y engranger ?  « A chacun son métier et les vaches seront bien gardées », nous a-t-on appris depuis belle lurette !

11- Afin de corriger une telle discrimination contreproductive « qui rend les compatriotes inégaux devant la liberté d’entreprendre»,  de l’avis de nombreux formateurs maliens compétents, ayant le profil requis et la volonté d’apporter leur contribution en vue d’améliorer la qualité de la formation des maîtres et professeurs, il serait salutaire et opportun d’autoriser la création et l’ouverture d’un institut de formation des personnels d’encadrement pédagogique et d’un institut des personnels d’accompagnement et de soutien psychologique  pour  les élèves, les lycéens et les étudiants ; personnels de soutien dont ils ont tant besoin en ces temps de crise de l’éducation familiale (crise de valeurs) et de crise scolaire. Ces formateurs compétents vivant au Mali ou établis à l’extérieur sont nombreux et n’attendent que l’Etat leur accorde cette autorisation pour se mettre au travail.

Par rapport aux instituts à créer, nous pensons plus précisément aux personnels suivants : maîtres, professeurs, conseillers pédagogiques, inspecteurs pédagogiques, psychologues scolaires, conseillers d’orientation scolaire, orthophonistes, etc.

Ce sont là quelques exemples de débouchés professionnels pour les licences et masters professionnels en Sciences de l’Education, en Sciences sociales voire en Lettres et Sciences Humaines ?  En diversifiant ainsi les offres de formation aux carrières éducatives, on contribuerait non seulement à améliorer la qualité des enseignements ainsi que celle des apprentissages mais à donner des emplois aux titulaires de maîtrise et ceux de licence évoquée plus haut et dont certains n’ont même pas accès au concours de la Fonction publique.

Si l’Etat ne peut créer de telles filières professionnalisantes en Sciences de l’Education, pourquoi n’en donne-t-il pas l’autorisation à des promoteurs privés dont les compétences sont avérées et reconnues de par leurs parcours et expériences professionnels ?  Pourquoi ne s’engage-t-il pas dans de tels projets, même dans le cadre d’un Partenariat Public-Privé (PPP) ?

S’y mettre ou s’y employer, c’est répondre à l’interrogation suivante : que valent une professionnalité et un professionnalisme revendiqués si par absence de formation professionnelle, on en ignore les fondements, les valeurs, les finalités et la culture ? On ne peut plus laisser l’enseignement ni l’éducation au « tout-venant ». Heureusement qu’il en reste encore quelques excellents parmi eux. Combien sont-ils et pour combien de temps ?

Pour clore ces réflexions, il est opportun ici de faire remarquer que l’idée de supprimer certaines filières de formation au Mali est émise très souvent par ceux qui en ignorent les objectifs initiaux d’ouverture, les contenus ainsi que les types de métiers auxquels préparent ces enseignements et programmes.

C’est le cas par exemple des filières et Spécialités en Sciences de l’éducation parmi lesquelles figurent  – à titre indicatif-  l’économie de l’éducation, la planification et les statistiques de l’éducation, les concepteurs de curricula, les spécialistes de politiques éducatives, les spécialistes d’éducation préscolaire,  les conseillers d’orientation scolaire, les futurs théoriciens et  chercheurs dans les domaines des méthodes, des didactiques et autres approches d’enseignement  et/ou d’apprentissage, toutes matières considérées.

Il est utile aussi de rappeler que l’efficacité et les bons résultats scolaires tant recherchés au Mali et ailleurs en Afrique et qui sont obtenus par les pays scandinaves et certains pays asiatiques, outre les budgets et dépenses aussi familiales qu’étatiques considérables investis, dépendent également de la création de tout un écosystème ou environnement structuré propice à la qualité des enseignements et à celle des apprentissages.

De cet écosystème-là, nous en sommes bien loin, au Mali, hélas ! Et pourtant, les catégories de personnels citées supra à titre indicatif, font partie de cet écosystème et y jouent un rôle incontestable dans les performances scolaires de ces pays ; performances que les enquêtes PISA, ne cessent de nous rapporter régulièrement.

Qu’attendons-nous au Mali, pour créer cet écosystème efficace qui intègrera les Nouvelles Technologies de l’Information et de de la Communication (NTIC) et des E-learning ? On n’y arrivera que par une refondation et des changements en profondeur de nos pratiques actuelles en éducation tant décriées.

*Bourema Guindo Samba

Enseignant à la retraite

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Well we’ll thought out agenda is set forth. It is impressive plus very much on point in many ways. Is it financially feasible. If not how do we make it financially feasible? If it is financially feasible when do we begin steps plus stages implementation of it or is it necessary to draft more detail information? If we need more detail information how long will it take to get it plus put completed plan actions to work?
    If we are as smart as have been shown with this plan for certain we are able to remedy any problems that may rise as we implement referred to education agenda. Please do not fail to include academic elements fit for educating future engineers plus medical professionals? We must not box students in who are capable of ascending to high achievements.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here