Ecole Malienne : Dans l’impasse totale

1

Bien qu’elle soit considĂ©rĂ©e comme le socle de tout dĂ©veloppement, l’Ă©ducation malienne, demeure le dernier souci de nos autoritĂ©s.

DĂ©cidĂ©ment, nous ne finirons d’ĂŞtre laissĂ©s pour compte par ceux Ă  qui nous avons fait confiance afin de nous sortir de l’impasse, hĂ©las n’en font qu’Ă  leur tĂŞte ou encore font semblant de nous aider.
Aujourd’hui, l’heure n’est plus Ă  cela surtout pour ce qui concerne notre Ă©ducation dans les Ă©coles qui vont de charybde en scylla devant les autoritĂ©s qui ne font rien pour que l’Ă©cole recouvre de son prestige d’antan.
Il suffit seulement de faire un tour dans une Ă©cole publique, tant de l’intĂ©rieur que du district pour se faire une idĂ©e que l’enfant du pauvre n’a pas droit Ă  une Ă©ducation de qualitĂ© Ă  cause des conditions prĂ©caires dans ces Ă©tablissements: pas de tables suffisantes malgrĂ© l’effectif plĂ©thorique, aucune bibliothèque rĂ©pondant aux normes sans parler du corps enseignant vieillissant alors que chaque annĂ©e des centaines de jeunes sortent de nos Ă©coles et instituts de formation pour servir dans nos Ă©tablissements qui manquent de personnel.
On se demande alors oĂą vont les milliards qui sont chaque annĂ©e injectĂ©s dans l’Ă©ducation?
Il est inconcevable qu’en ce monde du 21 ème siècle, qu’une capitale n’ait de bibliothèques suffisantes( en terme de quantitĂ©) ou encore qu’elles soient presque toutes sur une rive( rive gauche) sans compter que celles-ci ne sont pas outillĂ©es de salle informatique avec des ordinateurs en quantitĂ© suffisante pour les recherches et cela malgrĂ© le nombre croissant d’Ă©lèves.
L’Ă©cole malienne est souffrante et mĂŞme agonisante, et cette souffrance est en partie liĂ©e Ă  la multiplication des Ă©coles privĂ©es qui poussent comme des champignons et la quasi-totalitĂ© de ces Ă©coles ne rĂ©pondent pas aux normes et qui se spĂ©cialisent de plus en plus dans “l’achat” des sujets d’examen et bien d’autres moyens qui leur permettront d’avoir des rĂ©sultats plus satisfaisants.
Pour les promoteurs de ces Ă©coles, tous les moyens sont bons pour gonfler les effectifs au sein de leurs Ă©tablissements. Cependant, il faut leur rappeler qu’avec ce système, on ne fera que cultiver la mĂ©diocritĂ© et les rĂ©sultats des examens portent tĂ©moignage: 17,99% au BAC, 1000 Ă©tudiants qui risquent d’ĂŞtre renvoyĂ©s au regard des derniers rĂ©sultats de la FSEG pour ne citer que ceux-lĂ .
Le changement abusif du système Ă©ducatif malien a mis nos Ă©coles Ă  genoux car certains Ă©tablissements ne comptent que sur la subvention de l’Etat pour mettre les enseignants dans leurs droits. Il est plus qu’essentiel de revoir notre système Ă©ducatif, puis qu’il ne suffit pas de changer les ” Wagons mais plutĂ´t les rails” afin de donner une nouvelle direction Ă  l’Ă©cole malienne.
Nous nous devons de retrouver ces valeurs qui faisaient de l’Ă©cole malienne une rĂ©fĂ©rence. Cela ne peut se faire qu’avec l’implication effective de nos autoritĂ©s qui doivent mettre l’accent sur l’Ă©cole en faisant un suivi rĂ©gulier des fonds sur le terrain pour plus d’efficacitĂ©.
Mama Harber Touré

PARTAGER

1 commentaire

  1. L’échec de l’éducation est un résultat attendu car tout a été mis en œuvre pour aboutir à cela
    L’irresponsabilitĂ© dans l’ignorance des gouvernants, l’incivisme et le laxisme des parents d’Ă©lève , l’inconscience ou l’ insouciance des Ă©lèves et l’incompĂ©tence des enseignants ont Ă©tĂ© les ingrĂ©dients de ce chaos .
    Comment comprendre que n’importe qui est enseignant et n’importe qui peut ouvrir une Ă©cole privĂ©e ?
    Le pire est Ă  l’enseignement supĂ©rieur , des nominations claniques ( des maitres assistants nommĂ©s maitres de confĂ©rence la veille de leur retraite , des directeurs d’hĂ´pitaux nommĂ©s AttachĂ© de recherchĂ© Ă  3 mois de leur dĂ©part Ă  la retraite pour jouer la prolongation; des assistant recrutĂ©s clandestinement etc.
    J’ai l’impression que<>; manque de vision (tout est du sur place).
    Merci Ă  tous , c’est mon point de vue et mes constants

Comments are closed.