Le Comité AEEM de la FSEG excédé : « Nous disons non à l’exclusion de plus 600 de nos camarades et à la politique d’enrichissement illicite du Doyen… »

0

Le Comité de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) de la Faculté des Sciences économiques et de Gestion(FSEG) a animé un point de presse, jeudi 14 janvier 2016, au siège de l’AEEM (sis à Badalabougou). Cette occasion a été mise  à profit par le Segal du comité de la FSEG, Madiou Aly Maiga, pour fustiger entre autres : les conditions d’organisation des examens partiels et de fin d’année 2014-2015, de l’opacité et la subjectivité de la commission de délibérations… Tout en disant non à l’exclusion de plus de 600 étudiants, le Comité AEEM accuse le doyen, Ousmane Papa Kanté, d’enrichissement illicite et demande son départ.

Selon le Comité AEEM de la FSEG, cette année les travaux dirigés ne sont pas faits dans des conditions acceptables. « On a suivi les TD dans les amphis de 1000, 500 et 200 places alors que dans les conditions normales, les travaux dirigés se font dans des salles de 50 à 60 places. Il faut souligner aussi que beaucoup des séances des TD n’ont pas été effectuées. Donc les étudiants ont été  totalement défavorisés cette année car les TD ont pour but de mieux faire comprendre les cours magistraux à travers des exercices et des cas pratiques… », a déploré d’entrée de jeu, Madiou Aly Maiga, Segal du Comité AEEM. « Nous nous posons la question  de savoir où sont passés les budgets alloués pour l’organisation correcte des TD ? », s’interroge-t-il.

Le Comité AEEM dit également  ne pas être d’accord avec la manière dont les délibérations se sont déroulées. A en croire les membres du Comité, normalement, pour les délibérations, le doyen a le devoir de convoquer tous les enseignants de la faculté  afin que ceux-ci se prononcent sur les résultats avant leur  publication. Mais selon eux, cette année pour la publication  des résultats, le doyen s’est réuni avec quelques professeurs (une dizaine) pour le faire, alors qu’il y’a plus de 50 enseignants à la FSEG. « D’ailleurs, même les professeurs qui étaient présents à la délibération n’étaient pas d’accord entre eux. Ce qui est plus grave, c’est que les professeurs les plus gradés de la faculté et qui ont  chacun presque 30 ans d’enseignement à l’université, n’ont  pas été invités à la délibération par le doyen qui pratique une gestion  solitaire du pouvoir à la FSEG », a souligné le Segal Maiga.

Avant d’ajouter : « beaucoup d’irrégularités ont été remarquées dans les résultats. En effet, des étudiants ont été admis en deuxième session avec 4,00 de moyenne au partiel, alors que d’autres ont eu 13 de moyenne et ont été ajournés. On peut signaler  beaucoup d’autres cas d’irrégularités. Compte tenu de toutes ces irrégularités, nous contestons ces résultats avec la dernière rigueur ».

Plus de 600 étudiants exclus        

Après la proclamation des résultats de cette année, plus de 600 étudiants de la FSEG ont été exclus. A travers cette exclusion massive, le Comité AEEM dira qu’il aperçoit deux choses : une politique d’enrichissement camouflée du doyen, Ousmane Papa Kanté et une carence dans la gestion administrative et la gouvernance de la Faculté.

A en croire le Comité AEEM, en excluant plus de 600 étudiants le doyen a tout simplement brisé le rêve de ces étudiants et celui de leurs parents. « A travers ces renvois, c’est une politique d’enrichissement  illicite que le doyen est en train de mettre en œuvre. En effet, depuis qu’il est à la tête de la faculté, il a crée des cours où ces exclus ont la possibilité de s’inscrire. Ainsi ces exclus passent du statut d’étudiant normal au statut d’étudiant professionnel. Ces cours sont hors de prix. Les cours pris dans la soirée (cours du soir) coutent 410.000FCFA par ans et les cours du jour 51000FCFA. Cette même politique a été largement appliquée l’année dernière. Nous disons non à cette politique d’enrichissement illicite », a fulminé le Comité AEEM.

Avant de souligner que la FSEG n’a pas de vice doyen car le vice doyen élu est malade depuis un bon moment et n’est présent que quelques rares fois au sein de la Faculté. De même, explique le Comité AEEM, l’assemblée de la faculté, qui est l’organe le plus important de la faculté,  n’a jamais tenu une seule réunion depuis quatre (04) ans. A en croire  le Comité AEEM, il est très important de comprendre que c’est l’assemblée de la faculté qui doit prendre toutes les décisions relatives au fonctionnement de la faculté. « Elle doit se réunir en principe une fois par mois, selon les statuts et règlements de la faculté. Elle doit notamment discuter de tous les problèmes que les étudiants rencontrent. Elle doit discuter du montant des ressources propres de la faculté et du budget de la faculté ainsi que leurs utilisations. Le fait de paralyser l’assemblée de la faculté, dénote de la volonté du doyen de pratiquer une gestion obscure de la faculté. Comment peut-on faire quatre (04) ans sans convoquer une seule réunion de l’assemblée de la faculté ? », s’interroge le Comité AEEM ; avant de fustiger ce qu’il appelle « la mauvaise gouvernance extrême ». L’AEEM est aussi au regret de constater que le doyen a instauré un clivage au sein du corps professoral dont la grande majorité est exclue de la gestion de la faculté. Il a instauré également entre les étudiants le même clivage. Sa politique est de diviser pour régner.

Compte tenu de toutes ces injustices énumérées ci-dessus, le Comité qui,  était en grève depuis le 16 novembre 2015, a demandé aux étudiants d’intégrer les classes et ce, à cause de la demande des professeurs et les anciens de l’AEEM ainsi que le bureau national de l’AEEM impliqués dans la gestion de la crise. ‘’Nous avons fait ce geste,  pour montrer notre bonne foi, pour l’intérêt des étudiants de la fac, pour l’apaisement et pour l’intérêt supérieur du Mali. Nous continuerons le combat tout en restant en classe’’, a conclu le Segal de l’AEEM de la FSEG, Madiou Aly Maiga, qui a d’ailleurs demandé le départ du Doyen et la nomination d’un autre.

Agmour

 

PARTAGER