À cause du manque d’expérience du jeune ministre Mohamed Moustapha Sidibé : – L’OMH s’écroule et se trouve placé sous surveillance bancaire

0

– Nécessité de mettre l’OMH sous tutelle du ministère de l’Economie et des Finances

Aujourd’hui, on peut dire sans risque de se tromper que l’Office Malien de l’Habitat (OMH) est confronté à d’énormes difficultés. Ce qui explique le changement de directeur général à la nomination d’un nouveau ministre. Et la gestion ou le manque de fonctionnement de l’administration publique du jeune ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Mohamed Moustaphe Sidibé, sont en train de jouer sur les relations entre l’OMH et certaines banques partenaires.  Voilà pourquoi, d’ailleurs, ce service est placé sous surveillance bancaire puisqu’il s’écroule de jour en jour. L’OMH a urgemment besoin d’une véritable réforme.

ujourd’hui, le jeune ministre en charge de l’Habitat et de l’Urbanisme, Mohamed Moustaphe Sidibé, semble comprendre le message que nous voulions lui passer dans notre dernière parution. Il s’est maintenant réveillé afin de prendre en main certains dossiers très “sensibles en souffrance” dont celui des logements sociaux. Il a rencontré, mercredi dernier, la Commission d’attribution des 3 743 logements sociaux dirigée par l’ancien ministre, Issa Guindo, afin d’échanger sur la possibilité de la publication de la liste des bénéficiaires dans un bref délai, puisque les 25 000 postulants attendent avec “impatience” cette liste.

Aujourd’hui, l’Office malien de l’habitat (OMH) se trouve dans une situation pas trop confortable. En d’autres termes, ce service est confronté à d’énormes problèmes qui ne disent pas leur nom. D’où trois fois le changement de directeur général en une année seulement. Et depuis la nomination du jeune Mohamed Moustaphe Sidibé à la tête du département de l’Habitat et de l’Urbanisme, le mal ne fait qu’empirer.

Selon de sources généralement bien informées, les relations entre l’OMH et certaines banques de la place ne sont plus comme auparavant puisque l’Office est confronté à des difficultés de trésorerie. Pour payer un chèque de l’OMH, précise notre source, il faut l’intervention du ministre lui-même. Même l’avis du directeur général n’est pris en compte tellement la situation est grave. On se demande souvent même si ce service, qui existe depuis 1996, est encore utile car, jusqu’à présent, il n’arrive pas à décoller comme il le faut.

Aujourd’hui, l’OMH a sérieusement besoin d’une restructuration, disons d’une véritable réforme. Ce qui passe obligatoirement par la décision de scinder cette structure en deux entités avec des missions différentes. Il s’agit de la création d’un organe chargé uniquement de la production de logements sociaux et, d’autre part, d’une agence qui s’occupera uniquement de la cession et de la gestion des logements sociaux. Déjà, une étude sérieuse avait été menée dans ce sens. Malheureusement, aucun ministre en charge de l’Habitat et de l’Urbanisme n’a pu concrétiser ce projet majeur.

Autres aspects très intéressants, c’est qu’il est temps maintenant que le Mali abandonne le projet de logements sociaux comme dans beaucoup de pays de la sous-région. Cela, au profit des logements économiques comme c’est le cas aujourd’hui dans certains pays.

Il faut que le gouvernement pense aussi à mettre l’Office Malien de l’Habitat sous tutelle du ministère de l’Economie et des Finances afin d’y voir clair dans la gestion de ce service qui laisse à désireux.

L’instabilité à la tête de ce service prouve que les ministres en charge de l’Urbanisme et de l’Habitat n’ont pas le souci de la politique gouvernementale : faire en sorte que chaque Malien puisse avoir un toit.

                    El Hadj A.B. HAÏDARA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here