Vente de marchés et morcellement d’équipements collectifs à l’ACI : Les résidents dénoncent le PDG de l’ACI et l’opérateur Sory Kemesso

0

L’Association des Résidents de l’ACI 2000 (AR-ACI 2000), dirigée par Diouly Birahima Sidibé, s’insurge contre les baux douteux entre la société ACI et certains opérateurs privés sur les deux marchés de l’ACI 2000. Les résidents ont réaffirmé, le 16 janvier dernier, au cours d’une assemblée générale extraordinaire leur détermination à empêcher tous les travaux sur les sites. C’était en présence du 1er adjoint au maire de la commune IV, Samuel Diarra.

L’Association des Résidents de l’ACI 2000 avait appelé le 16 janvier dernier, ses membres à une assemblée générale extraordinaire. Cet appel des responsables de l’AR-ACI 2000 a été largement suivi par les résidents qui ont massivement effectué le déplacement. Le Président de l’AR-ACI 2000,  Diouly Birahima Sidibé, a salué cette mobilisation tout en rappelant l’ordre qui concerne les baux douteux entre la société ACI et certains opérateurs privés sur les deux marchés de l’ACI 2000 et le nouveau programme de morcellement des équipements collectifs par la société ACI-SAEM. « On voit des géomètres nuit et jour en train de morceler les espaces publics », a déclaré Diouly Birahima Sidibé. Il a informé que l’ACI a donné un bail de 99 ans à deux opérateurs pour exploiter les deux marchés. L’Association a rencontré l’un des opérateurs en la personne de Sory Kemesso qui n’a pas été en mesure de montrer les documents authentiques attestant la vente encore moins un plan du marché. Selon Diouly Birahima Sidibé, il avait promis de transmettre les documents et les plans avant la tenue de cette assemblée. Mais en vain!

Aux dires de Samuel Diarra, la mairie a donné mandat à l’ACI de chercher des partenaires pour les marchés. « Les marchés ne sont pas à la disposition de la mairie. La mairie n’a pas le pouvoir de morceler l’ACI parce que c’est un titre foncier donné  à l’ACI par décision ministérielle. Aucun équipement de l’ACI n’a été transféré à la mairie. Tous les équipements sont pour le gouvernement », a précisé le 1er adjoint au maire de la commune IV. Toutefois, a-t-il souligné, personne ne peut toucher à ces équipements et la mairie doit y veiller. Samuel Diarra a été clair en déclarant que les marchés ont été attribués aux opérateurs. La mairie a déjà rencontré l’opérateur Diawara qui doit exploiter le marché non loin de Radisson Blu. Par contre, elle n’a pas échangé encore avec Sory Kemesso en charge de l’autre marché. Le vieux Sangaré pense que les procédures ont été violées par la mairie qui devrait consulter les résidents de l’ACI avant de prendre toute décision concernant les marchés.

Le Mali n’appartient à personne !

« Les choses sont en train de nous échapper. Que la mairie nous respecte. Nous demandons à la mairie d’arrêter les travaux. Le Mali n’appartient à personne. Les gens violent la loi en toute impunité.  Si la mairie n’arrête pas, nous allons bloquer les travaux », a-t-il déclaré sous les ovations des jeunes et des femmes visiblement déterminés à se battre. Toukon Diakité qui habite la zone depuis 60 ans, estime que le pire a été évité le jour où les chinois voulaient commencer les travaux. « La mairie assumera la responsabilité de tout malheur qui arrivera dans cette zone. Celui qui va venir sur le terrain, je vais lui tirer dessus et me donner la mort. Je n’ai pas peur de la mort », a lancé cet ancien combattant. « On ne croit pas à la construction du marché. On a échangé avec l’opérateur et ses collaborateurs pendant trois heures. Ils ont été incapables de nous montrer un plan. Un grand hôtel peut pousser ici. Et on ne peut rien faire », a déclaré pour sa part Monsieur Dembélé.

Pour Dr Jeff Dorsey, tous les espaces verts de l’ACI 2000 ont été vendus aux opérateurs. Il a demandé aux populations d’écrire une lettre au Premier Ministre avec ampliation au ministre des Domaines de l’Etat pour échanger la vocation de cet espace. « Il ne faut pas traîner. Vous voyez les machines là ? », a-t-il souligné en proposant son expertise.

En répondant aux questions, le 1er adjoint au maire a rassuré les participants que « l’opérateur ne peut pas commencer les travaux sans rencontrer la mairie. On va l’obliger à vous rencontrer. On a la possibilité de l’empêcher à démarrer les travaux », a promis Samuel Diarra qui s’est largement exprimé sur les préoccupations du terrain de football des jeunes. Le représentant de l’opérateur, Adama Kanouté, venu en retard, a proposé à l’association d’envoyer une lettre à Sory Kemesso. Cette proposition a été rejetée par l’assemblée.

Le Président de l’Association des Résidents de l’ACI 2000 (AR-ACI 2000), Diouly Birahima Sidibé, a informé les participants que des espaces verts de l’ACI font l’objet actuellement l’objet de morcèlement de la part de la Direction Générale de l’ACI. Et que les tentatives de l’association pour rencontrer le Président Directeur Général de l’ACI se sont heurtées au refus de ce dernier. Les résidents de l’ACI ont dénoncé le comportement du PDG de l’ACI et de l’opérateur Sory Kemesso. Un comité de 21 personnes a été constitué pour faire des propositions qui seront soumises à la mairie, à l’opérateur et de l’ACI.

  Chiaka Doumbia

PARTAGER