Des groupes djihadistes au Sahel exploitent la pandémie pour intensifier les attaques: le chef de l’ONU

0
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a averti que des groupes djihadistes dans la région du Sahel en Afrique du Nord exploitent la pandémie de coronavirus pour intensifier les attaques, selon des documents consultés par l’AFP.

Le chef des Nations Unies a appelé à une meilleure coordination entre les différentes forces anti-djihadistes combattant un ensemble de groupes armés.

“Les groupes terroristes profitent de la pandémie de COVID-19 pour intensifier leurs attaques et contester l’autorité de l’État dans toute la sous-région”, a déclaré António Guterres.

Il a noté que le problème était particulièrement aigu dans la zone connue sous le nom de triangle Liptako-Gourma, une zone frontalière entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

“Les preuves suggèrent également une coordination et une coopération accrues entre certains des groupes terroristes opérant dans tout le Sahel, de la Mauritanie au bassin du lac Tchad”, a-t-il déclaré.

“La situation désastreuse dans la région du Sahel est encore aggravée par la propagation de la pandémie de COVID-19 en Afrique, avec des groupes terroristes qui l’exploitent à des fins de propagande et d’action, avec un impact potentiel grave sur la région”, a ajouté le secrétaire général.

En raison de la pandémie, qui a entraîné la fermeture de la frontière entre le Mali et la Mauritanie, les opérations de la soi-disant force anti-djihadiste du G5-Sahel ont été suspendues.

Le G5 est une force de 5 000 hommes avec des troupes du Tchad, du Burkina Faso, du Niger, du Mali et de la Mauritanie qui coopèrent avec les troupes françaises pour lutter contre une insurrection islamiste croissante.

“L’impact de la pandémie sur la capacité de la Force interarmées et des forces internationales à mener des opérations dans les mois à venir est difficile à déterminer à ce stade et devra être soigneusement et continuellement évalué”, a déclaré António Guterres.

Le rapport du secrétaire général sur les récents développements en matière de sécurité dans la région du Sahel a souligné que “le nombre de personnes décédées des attaques terroristes a quintuplé depuis 2016, avec plus de 4000 décès signalés en 2019 par rapport à environ 770 décès en 2016 . ”

Depuis novembre, la réalité sur le terrain “a été marquée par une détérioration de la situation sécuritaire au Mali et dans la région du Sahel, caractérisée par une augmentation des attaques terroristes de plus en plus complexes, ciblant principalement les forces armées et de sécurité”, prévient le rapport.

Guterres a appelé à “une meilleure coordination entre les différentes forces et une clarté en ce qui concerne le commandement et le contrôle”.

Outre les différentes armées nationales et les forces du G5 déployées dans la région du Sahel, la région compte également une force française de 5 100 hommes et un groupe de maintien de la paix de l’ONU de 15 000 membres.

Une nouvelle force internationale est également lancée à la suite d’une initiative française et baptisée Takuba, qui regroupe des forces spéciales de différents pays.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here