Dialoguer avec Iyad et Koufa pour mettre fin aux tueries : Me Hassan Barry encore disposé aux négociations?

3

Annoncé par son Haut Représentant dans les régions centres du pays le Pr Dioncounda Traoré et confirmé par le Chef de l’Etat lui-même lors d’un entretien accordé à France24 et RFI en marge du 33è sommet de l’UA, le dialogue avec les djihadistes bénéficiera-t-il des missions de bons offices de Me Hassan Barry déjà accusé d’accointance avec « les ennemis de la paix » ? En tout cas, le processus est engagé.

Le Mali vit une situation socio-sécuritaire assez dégradée sans précédent depuis son histoire contemporaine. La crise sécuritaire qui a causé des centaines de morts dans notre pays a atteint un seuil de complexité. Les acteurs dans le règlement de ce conflit aussi divers que variés ont cru à toutes les tentatives pouvant offrir un meilleur avenir à ce pays.

Ainsi toutes les synergies ont fédérées pour arriver à la finalité paix et réconciliation. Le Président Ibrahim Boubacar Keïta a reconnu déjà que des voies sont explorées pour enclencher un dialogue avec ceux qui ont opté pour une autre forme de gouvernance : la charia. Il s’agit d’Iyad Agaly et d’Amadou Koufa.

Ce qui est contraire à la forme républicaine et laïque de l’Etat. Au regard de ce qui urge pour la restauration de l’autorité et du redéploiement de l’administration sur toute l’étendue du territoire national, les plus hautes autorités du Mali ont opté pour le dialogue entre tous les protagonistes. Les djihadistes inclus.

De tout temps, les conflits ont toujours eu leur solution dans le dialogue et le Mali ne doit pas faire exception à cette conclusion. C’est ce qui avait motivé certains patriotes à s’investir pour le dialogue inter-malien sollicité par plusieurs la majorité des maliens en l’occurrence Me Hassan Barry.

Ils ont usé de beaucoup de canaux de dialogue et d’apaisement. Certains hauts gradés de l’armée avaient même été dépêchés pour cette mission de dialogue avec Amadou Koufa qui sévit dans les régions du centre. Une solution préconisée par le chef de l’Etat lui-même.

« J’ai le devoir et la mission de créer tous les espaces possibles et de tout faire pour que, par un biais ou un autre, nous parvenions à un apaisement. Le nombre de morts dans le Sahel devient exponentiel. Je crois qu’il est temps que certaines voies soient explorées » a précisé SEM Ibrahim Boubacar Kéïta.

Rappelons que Me Hassan Barry avait été soupçonné d’accointance avec le terroriste Amadou Kouffa. Son interpellation par la DGSE malienne serait un bémol à sa disponibilité à négocier avec le chef de la Katiba de Macina, n’eût-été la force de son élan patriotique.

C’est la méthode employée pour cette négociation qui diverge aujourd’hui sinon l’unanimité est faite autour de l’idéal de négociations. La plupart des États dialoguent avec les insurgés, ils ne le disent pas toujours car avant tout, il y a des drames humains derrière ces questions.

Ensuite parce-que souvent, il faut d’abord prendre toutes les précautions afin que cela ne s’apparente à une sorte d’apologie pouvant donner des idées à certaines personnes.

La préparation de l’Etat n’est autre que la stratégie. Son manque fragilise l’Etat tout en augmentant les rancœurs.

Il faut toujours agir en ayant le souci des 90% de semi lettrés pour lesquels chaque mot employé par l’autorité publique peut avoir plusieurs sens.

Dioncounda Traoré, le haut représentant d’IBK pour le Centre, a déjà fait un premier pas, en envoyant des émissaires comme l’ancien PM Diango Sissoko pour établir le dialogue avec les deux hommes, conformément aux recommandations du Dialogue national inclusif conclu en décembre.

Malgré certains cas de succès enregistrés pendant ses premières interventions, Hassan Barry se mettra-t-il à fond pour négocier avec les djihadistes ?

Wait and see !!!

Sinaly DAOU

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Cet homme du nom de Hassan BARRY qui fait l’apologie des terroristes mérite une punition, ce qui reste certain, cette voie n’aboutira à rien de positif. Ce qui reste certain, il s’agit d’hommes écervelés et fanatiques qui ne donnerons aucune chance aux négociations. Si ce n’est pas et homme atypique et bizarre et très bizarre, personne ne peut croire à la réussite d’une telle démarche indigne et incohérente, l’histoire nous donnera sans doute raison très prochainement. En se basant sur le cas algérien, on se trompe de loin et de très loin car l’Algérie a donné un espace à Alqaïda en le permettant de venir agresser les autres pays comme le Mali et le Niger via Kidal, c’est dommage. Il faut que Me BARRY sache qu’il ne sera pas le héro de cette crise, cela est sûr et très sûr, il sera déçu et très déçu très prochainement. Au nom de nos morts civils et militaires, nous ne devons pas accepter cette négociation indigne et irrespectueuse de nos victimes.

  2. Même si la Nation Malienne survivait à cette crise, elle payera cher et très longtemps le passage de ces ivrognes à sa tête. Ce Me BARRY clame urbi et orbi que KOUFA est disposé à dialoguer mais que sa condition sine qua non est le départ des troupes étrangères du territoire Malien. C’est à se demander si KOUFA tuait avant l’arrivée desdites troupes.

    IBK aussi boit son Whisky pour raconter que l’Algerie a eu la paix grâce à la loi de la concorde civile. À l’entendre on dirait que l’Algérie aussi a fait comme le MALI en n’inquiétant jamais les terroristes alors qu’aucun pays et aucune armée ne s’est batu contre les terroristes comme l’ont fait l’Algérie et son armée. La guerre a fait plus de 200,000 morts et elle était Algero-Algérienne et non le Djihad international. Si l’Algérie a pu négocier avec les islamistes, c’est parce qu’elle les a sérieusement botté le derrière et même là elle n’a pas négocié avec ANTAR ZOUABRI, HASSAN HATTAB et ABDERRAMANE EL PARA qui étaient des terroristes genre KOUFA et AG ALY. Le MALI a quelle moyen de dissuasion pour aller négocier aujourd’hui avec ces criminels ? Si ce n’est pas gratter la tête et derrière avant de leur parler, quelle pression possible pour leur faire céder quoi que ce soit ? Ceux avec qui l’Algérie a négocié étaient-ils des gens qui tuent au MALI ou ailleurs en dehors de l’Algérie ? Certes IYAD et KOUFA sont des Maliens mais ils ont déclaré à la face du monde qu’ils font allégeance à AL-QAÏDA et DAESH, en devenant le seul pays au monde qui négocie avec ces organisations le MALI s’est-il posé la question s’il est qualifié pour décider au nom de tous les pays, y compris les Superpuissances ? En devenant le seul pays qui sympathise avec ces fils de putes, qu’est-ce que le MALI a prévu en cas d’attaque majeure de AL-QAIDA en Russie, en France, en Allemagne ou aux USA ?

    Churchill avait dit que quand tu choisis le déshonneur pour éviter la guerre, tu auras et la guerre et le déshonneur. Le MALI semble être le seul pays qui n’a pas compris cela. Depuis 1990 nous faisons tout pour ne pas nous battre et jusqu’à présent nous n’avons pas tiré les leçons de ce choix. On négocie et on réintègre les mêmes traitres déserteurs pour la énième fois pour le même résultat prévisible.

    Après ça on demande au Bon Dieu de sauver le Mali, comme si Dieu avait notre temps ! 😎😎😎😎😎😎

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here