Sécurité : les axes routiers devenus des nids criminogènes

4

De nos jours, les grands axes routiers et parfois même des routes nationales au Mali sont une véritable source d’insécurité. Outre leur état de délabrement avancé, nos routes sont également la cible de toutes sortes de criminels y compris les terroristes. Ces derniers vont même jusqu’à rendre certaines routes impraticables. De plus, l’hivernage qui a déjà débuté est loin d’arranger la situation.

À l’allure où les choses évoluent, le voyage à l’intérieur du pays ne sera possible que pour les plus nantis. Bientôt, pour rallier le Nord ou certaines parties du centre du pays, les seuls moyens de transport sécurisés seront les avions ou les embarcations. Du fait de cette situation, plusieurs parties du pays risquent de se retrouver isolées. C’est le cas notamment de la situation sur la Route Nationale 16 reliant Sévaré à Gao. Outre le fait que depuis sa construction depuis les années 1980, cette route n’a pratiquement jamais été rénovée en dépit des promesses d’acquisition de fonds faites par les régimes précédents.

Blocus autour de la ville de Boni imposé par la katiba Macina

Actuellement, cet axe routier très stratégique n’est que l’ombre de lui-même. Avec la saison des pluies en cours, c’est quasiment impossible d’emprunter cette route. À cette situation, il faut aussi ajouter l’insécurité. En effet, cette route est aussi très endommagée par la déflagration causée par les engins explosifs improvisés placés sur l’axe par les terroristes pour freiner la progression des patrouilles militaires. En plus de cela, depuis quelques mois, les terroristes de la Katiba Macina ont imposé un blocus autour de la ville de Boni menaçant de prendre pour cible tout celui qui emprunte cette route.

Du coup, les véhicules notamment les cars de transport venant de Gao sont obligés de passer plusieurs jours à Gossi pour attendre une escorte militaire. Il en est de même pour ceux venant de Bamako qui doivent séjourner sans savoir pour combien de temps à Douentza. Le cas est pratiquement similaire sur la Route Nationale 17 reliant Gao, Ansongo, Labbezanga jusqu’à la frontière du Niger.

Là, ce sont surtout les terroristes de l’Etat Islamique qui y règnent sur les deux rives du fleuve. Nos sources précisent aussi que la situation n’est pas si différente sur l’axe Dogofry-Goma Coura- Nampala, bloqué depuis novembre 2021 par la Katiba Macina (GSIM). En plus de ces attaques, les voies autorisées sont impraticables avec l’arrivée des premières averses. Ainsi, des localités comme Nampala, Léré, Niafunké, Goundam, Tombouctou sont quasiment coupées du reste du pays par route.

Et que dire de la route nationale 15, connue sous le nom de « la route du poisson » reliant Sévaré à Koro en passant par Bandiagara et Bankass. Depuis avril dernier, cette route est interdite à toute circulation de 16 heures à 8 heures du matin.

Une mesure visant à contenir les nombreuses attaques terroristes perpétrées sur cet axe routier et faisant plusieurs victimes et des dégâts matériels aussi bien les civils que les éléments des forces armées maliennes sont prises pour cible. À noter que cette mesure ne concerne pas les forces armées maliennes, les véhicules de la Minusma et les ambulances.

L’installation de postes de sécurité

À cette situation, il faut aussi ajouter celle de la Route Nationale 1 reliant Diema, Kayes jusqu’à la frontière du Sénégal. Récemment, c’est un Bus de transport et un véhicule de la société GREENTEC.sarl qui ont été la cible d’une attaque par des bandits armés non identifiés.

Leurs passagers ont été dépouillés de tous leurs biens avant que les rafales d’armes automatiques ne soient tirées en direction des véhicules sans faire de victime. La scène s’est déroulée la semaine dernière à Dalibera, un village situé sur l’axe Sandaré-Diéma.

À plusieurs reprises, des mouvements d’assaillants ont été signalés dans de nombreuses localités de la zone. On se souvient aussi qu’en début du mois dernier, deux travailleurs humanitaires de la Croix-Rouge ont été tués dans cette même zone. De plus en plus, les populations de ces zones exigent l’installation de postes de sécurité sur cet axe routier afin de contenir l’insécurité qui prend de graves proportions sur ces routes.

Cheick B. CISSE

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. It is obvious strong plus decisive feasible steps plus stages neutralizing military actions is what is needed. This necessitate continue military buildup where upon being sufficient allow newly trained soldiers combined with select groups of battle hardened soldiers to remedy this terrorists plus violent criminals actions by neutralizing them all. This condition have gone beyond point we should focus at capturing criminals then trying them by law. Criminals act in coordination with terrorists thus should be treated as we are to treat terrorists.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. We know what need be done in organized plus lasting way. We are able to do it without imposing greater stress on FAMA even if necessary to recruit plus train more soldiers to assist gendarmes in carrying out needed actions. Where is our will to perform necessary feat. Road Criminals under ongoing war against terrorists should be treated as terrorists plus treated to same neutralizing. To refer to them as something different is stupid being they coordinate their criminal efforts with those taken by known terrorists in conducting highway crimes. We need open door to law enforcement plus soldiers using maximum force against those highway criminal-terrorists wherever they are found. Please let us not get stupid about highway criminal terrorists?They will use like stupidity to their advantage plus it will be injurious to us causing not only loss of property, severe restrictions on our movement but also deaths of many including from FAMA. We all know ultimate solution to this plus many other security problems start when with multiple waves of No stone left unturned offensive that include weeding out terrorists hiding among population to degree that send all terrorists running away to escape neutralizing. Thereafter monitoring primeter defense set to monitor return of terrorists as ambush units set ambushes seeking returning terrorists. This should continue as long as terrorists exist not only in Mali but across Sahel. Anything less is testament to there still being too much stupidity present with us at this critical hour of advancing of unstoppable accelerating Global Warming. We could plus should do what is needed to have great security.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. It appear if transport buses is primary means of transport there need be more troops recruited, trained, equipped plus duly armed to escort buses to degree they may fulfill schedule. We need to repair roads thereof in many cases we will perceive if IEDs are planted due to disrepair of points in road.
    Security inadequacy appear to be from lack of implementing ” no stone left unturned ” offensive that push terrorists out of areas plus thereafter set up perimeter defense primarily ambushes to prevent terrorists return. To fulfill these actions we must continue military buildup. To date steps plus stages military buildup have proven successful generating greater military action but more much more is needed plus should be carried out as feasible plus security able to be maintained. Our war is far from over plus way it is going we will at some point for our survival sake have to go into Burkina Faso plus neutralize every terrorist found under criteria of we determine who is terrorist.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here