Accord pour la Paix et la Réconciliation : 81% des maliens ignorent son contenu

0

C’est en substance ce qu’a révélé, Friedrich-Ebert-Stiftung (FES), à travers son rapport d’enquête dénommé « Mali-Mètre », qui est un important instrument d’analyse socio-politique, avec pour but de saisir les perceptions et les opinions politiques des Maliens, mais aussi de les porter à la connaissance du Public.

 

Initié en 2012, Mali-Mètre est réalisé en moyenne deux fois dans l’année et porte sur les sujets d’actualité. Il constitue une image instantanée de la perception des populations sur les dits sujets.

L’édition VII de Mali-Mètre,a recueilli l’opinion des Maliennes et des Maliens sur les thèmes d’actualité suivants : les défis majeurs pour le Mali ; la confiance dans les institutions en rapport avec la gestion du pays ; les priorités du gouvernement ; la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, les perspectives d’élections communales et régionales ; la sécurisation du pays etc.

Pour  la partie concernant l’opinion des Maliens sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger,  le constat révélé par FES suppose que ceux qui sont chargés de la mise en œuvre de l’accord, ont tout simplement mis la charrue avant les bœufs   car dans ce rapport,  la grande majorité des Maliens (81%) déclare ignorer le contenu de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Selon les localités, il est méconnu par plus de 90% des enquêtés de Kidal, Ségou (91%) et Sikasso (90%) et par une grande majorité à Kayes (88%), Bamako (78%), Gao (76%), Koulikoro (73%), Tombouctou (72%) et Mopti (70%).

Quant à l’opinion des Maliens sur les priorités ou les défis majeurs du gouvernement, à en croire Mali-mètre 7, l’insécurité demeure aujourd’hui la préoccupation majeure pour 72% des enquêtés. Elle est suivie de la pauvreté et du chômage avec respectivement 48% et 45% des citoyens.

Si ces chiffres sont indicatifs du niveau de réalisation des ambitions de notre pays en matière de réconciliation, de sécurité, de développement etc., ils ne demeurent pas moins interpellateurs de nos autorités politiques et administratives, pour la mise en œuvre effective et efficace de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, de la sécurisation de chaque Malienne et de chaque Malien etc.

 

O MENTA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER