Pourparlers inter-maliens d’Alger : Le Mnla veut que les positions tenues par le Gatia soient sous le contrôle de la Minusma

10

Nouvelle preuve de l'insécurité au nord du MaliDécidément, le Mnla a du mal à digérer sa défaite de Tabankort et d’autres localités. Pour ce faire, ces bandits armés, après leur cuisante défaite, ne veulent pas voir  la ville de Tabankort aux mains du Gatia. À défaut de pouvoir récupérer cette ville militairement aux mains des milices pro-Mali, le Mnla pousse le Médiateur algérien à matérialiser le cessez-le-feu du 23 mai, en créant une zone-tampon. Et faire revenir le Gatia sur ses positions initiales. Encore que le Mnla recommande au Médiateur d’interdire la formation et l’équipement des milices.  Une idée que le Médiateur semble largement partagé, mais pas les autorités de du pouvoir central de Bamako.

En effet, cette idée ne semble pas du tout plaire à la délégation malienne, qui n’a pas caché son opposition à une telle idée, venant surtout des bandits armés. Une malice que le Mnla entend employer et mêler le Médiateur dans ses supercheries pour créer une vive réaction du côté de l’Etat malien et freiner les négociations. Surtout quand on sait que l’annonce d’une zone-tampon avait suscité les événements de Gao qui ont entraîné mort d’hommes.

Dans la même démarche, le Mnla, dans sa fuite en avant,  tente de faire croire au Médiateur et aux partenaires que le Gatia est une  milice créée de toutes pièces par Bamako pour violer le cessez-le-feu signé. Or, sur le terrain, tout le monde sait que seul le Mnla est en train de violer ce cessez-le-feu en s’attaquant aux paisibles populations.

Aussi, il urge de rappeler que le document du Médiateur ne fait pas l’unanimité auprès des forces vives de la Nation malienne. Le projet d’accord du Médiateur n’est pas loin du fédéralisme. Puisque dans le document, il question d’ériger la région de Gao, Tombouctou et de Kidal en une seule région. Ce document du Médiateur, d’une trentaine de pages, contient des imperfections que la société civile et les partis politique de l’opposition ont vivement dénoncées et n’ont  n’a pas caché leur inquiétude face au Médiateur qui tente de faire la part belle aux bandits du Mnla.

Pachi TRAORE

Source: L’oeil du Mali

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. Le Gouvernement doit savoir que la signature de tout accord ne respectant pas l’aspiration du peuple malien sera source de déstabilisation du Mali. Car le peuple malien n’admettra plus des accords bidon comme dans le passé.

    A bon entendeur salut

  2. L’Algérie est désignée médiateur d’accord. Le rôle d’un médiateur c’est de concilier. Gare au Gouvernement d’accepter Kidal, Tombouctou et Gao comme une seule région. Nous ne serons jamais d’accord.

  3. Les Maliens comprendront que la médiation et la MINUSMA sont aux services de la France amis du MNLA et ses alliés. Le document doit être l’objet d’un référendum afin que nous avis soient partagés.

  4. tout ça est de la faute ,de nos autorités qui se laissent manipuler par ce diable de médiateur. Il est temps d’isoler ,les Algériens dans nos affaires .

Comments are closed.