27ème Sommet Afrique-France, Bamako saura-t-elle relever le défi ?

4

En prélude à la tenue du 27ème  Sommet Afrique -France prévu les 13 et 14 janvier 2017 au Mali, le nouveau gouverneur de Bamako et le maire central, tant bien que mal essayent de donner l’illusion de faire évoluer les travaux d’assainissement de la ville. Mais pourront-ils démanteler le réseau mafieux qui gèrent les grandes artères de la vile ?

maliweb.net- 23-07-2016 – Pour l’occasion, ils sont attendus 53 chefs d’Etats et gouvernements, d’illustres chefs d’Institutions internationales, d’hôtes de marques tels que les directeurs : de la Banque Mondiale, de la banque Africaine, le président de la commission européenne etc.  Pendant 48 h, la ville des trois caïmans va être la vitrine du monde, chose qui demande des efforts incommensurables. En s’engageant à abriter ce sommet, nos autorités ont engagé l’orgueil du Mali à pouvoir  répondre à une présentation décente de sa ville. Et pour cela d’énormes d’efforts devraient être effectués  tant sur le plan sécuritaire que celui de  l’amélioration des secteurs du transport et  de l’hébergement  sans oublier  l’assainissement totale de la ville de Bamako.

Et c’est dans ce cadre que la mairie centrale en collaboration avec le gouvernorat du district ont entrepris depuis un certain temps « la campagne » de déguerpissement des occupants anarchiques des grandes artères de la ville en plus de  son  assainissement. Sauf que ces actions restent une épine incrustée dans leurs  talons  qu’ils auront bien du mal à enlever sans faire saigner leurs plaies. En effet, l’occupation des grandes voies du district relève de la gestion d’une mafia dont nos autorités auront du mal à nier l’existence.   Comme l’avait rappelé le maire central Adama Sangaré lors de la présentation des vœux du Korité dernier face aux représentants syndicaux, ‘l’évasion fiscale’ est la grande gangrène obstruant le développement économique de la mairie.

La vente parallèle des vignettes, la falsification et la  circulation des tickets des marchés en plus d’autres petits manèges malicieux, font qu’il serait actuellement difficile que la mairie centrale prétende  réussir ses missions. Outre cet aspect il serait prétentieux de croire à la réussite totale de « l’opération Bamako ville propre » dont le ton vient d’être donné le 21 juillet dernier par le gouverneur du district, Sacko Aminata Kane accompagnée à l’occasion  du maire, Adama Sangaré en plus des responsables judiciaires.  Une opération qui a consisté à « dégager » les artères   en vue de redorer l’image de la capitale sur un timing de deux semaines.

Utopie ou faisable ce défi, la question demeure quand on sait que la gestion de ses artères relève d’une mafia qui ne dit pas son nom. Agents municipaux, responsables des transports et ceux des marchés, ils sont nombreux à recevoir des ristournes  des occupants anarchiques des voies publiques. Telle une poudre d’escampette, les artères libérées sont aussitôt occupées par les anarchistes. Sans compter que certains agents de la mairie et responsables de transports et marchés tirent  profit de ces saisies aux dires de certains revendeurs.

Et si par bonheur, les autorités parviennent à relever le défi de l’occupation anarchique des grandes artères de la ville, elles devraient s’attaquer à une autre paire de manche  concernant  les  risques d’inondations, d’écroulements des habitations dans bons nombres de quartiers périphériques de la ville. Ces derniers jours, Bamako a vécu   de fortes pluies et avec le manque criard de curages des caniveaux, l’état défectueux des routes et des ponts,   les populations dorment avec la peur au ventre tout en égrenant le chapelet pour conjurer le courroux des dieux des eaux.

A moins d’offrir un nid de maladies aux hôtes tant attendus sinon la ville de Bamako est loin d’avoir gagné  son pari de redevenir  Bamako la coquette !

Khadydiatou Sanogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Des sommets France – Afrique , USA- Afrique , Inde – Afrique , Chine -Afrique ce sont des événements utiles qui marginalisent l’Afrique. On s’en fout de leur organisation :mrgreen: .

  2. TU VEUX DES PROBLEMES!!!
    J’AI BIEN REMARQUE’ LA BETISE MAIS JE ME SUIS DIT QUE L’AUTEUR DE L’ARTICLE PENSE AVOIR AFFAIRE A’…. ETRE ET NON …. SAVOIR!!!!
    QUE FAIRE?

  3. Pourquoi tant de pessimisme à propos de la capacité du Mali de pouvoir relever le défi, chère journaliste?
    Une chose est sûre, notre pays a déjà organisé ce sommet. Tu fais allusion à quel défi? Si c’est celle de l’organisation, demande plutôt aux maliens d’être disciplinés et respectueux de ses lois et institutions.

Comments are closed.