EPM, la débâcle

0

A force de refuser de mourir d’une mort naturelle, l’alliance Ensemble Pour le Mali (EPM) n’aura pas eu droit à l’agonie habituelle des organismes. Le renversement de Bah N’Daw en a certes sonné définitivement le requiem, mais il pouvait difficilement résister aux péripéties de formation du gouvernement avorté ainsi qu’au retour fracassant du mouvement rival M5-RFP. Le coup d’envoi de la débâcle a été donné par sa deuxième force politique, l’Adema-PASJ. Lui a emboîté le pas le Parti du Perroquet de Oumar Ibrahim Touré avant que la troisième force politique de l’ancienne mouvance présidentielle ne se manifeste dans le même sens, sous la houlette de l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga. En isolant ainsi l’ancienne formation présidentielle, le RPM, tous excipent d’un déphasage des objectifs partagés avec l’air du temps. En clair, une alliance conçue pour accompagner l’action d’IBK n’a plus sa raison d’être dans une Transition bâtie sur les ruines de son pouvoir. Il n’en demeure pas moins que les péripéties peu lisibles de la mise en place de l’équipe gouvernementale mort-née sont également passées par là et ont pu affecter la confiance au sein de EPM, dont les composantes s’interrogent sur l’absence de tous les partis ayant désigné des ministrables sauf le RPM.

 Horizontal contre vertical…Et après ?

Visiblement lassés d’une présence française moins fructueuse qu’espérée, les Maliens affichent une détermination irréversible à expérimenter une partition russe dans la résolution de la crise sécuritaire qui affecte le pays depuis une décennie. Après en avoir inondé les réseaux sociaux, le meeting anniversaire du M5-RFP a donné lieu à une exhibition sans précédent des couleurs russes sur une place publique malienne. On en aura vu de toutes les dimensions jusqu’à la confusion du drapeau russe avec celle du partenaire indésirable. Beaucoup de manifestants ne savent pas que la différence réside dans disposition des couleurs à deux niveaux.  En effet, le drapeau français comme le drapeau russe utilisent les mêmes couleurs, sauf que le « bleu – blanc – rouge » de l’un devient «rouge – bleu- blanc». Et, autre distinction fondamentale, les bandes sont disposées en vertical pour la France et en horizontal pour la Russie. La même confusion pourrait-elle revenir dans les attentes qui reposent sur le pays de Poutine ? En tout cas, peu d’adeptes maliens de ce président savent que la Russie, avec ses 3 millions de binationaux partagés avec la France, a plus d’intérêt avec ce pays qu’avec le Mali.

Entre mobilisations tolérées et proscrites, le Covid demeure 

Édictées dans le cadre de l’Etat d’urgence sanitaire, les nombreuses mesures restrictives de libertés adoptées pour juguler le Coronavirus sont encore en vigueur au Mali. Mais elles connaissent une application bancale et si sélective qu’il y’a lieu de s’interroger sur leur utilité et opportunité. Et pour cause, le M5-RFP, en tant qu’allié privilégié des pouvoirs de Transition, n’a pas eu besoin de s’adresser aux autorités du District pour mobiliser foule dans le cadre de sa grande manifestation commémorative de son premier anniversaire et de soutien à la junte putschiste. Il y a quelques mois de cela, pourtant, une fin de non-recevoir accueillait la demande de manifestation dûment introduite par les partisans d’un certain Ras Bath, qui voulaient protester contre sa détention préventive. Le gouverneur du District avait brandi comme motif le Covid -19 qui continue pourtant de battre son plein avec des mutations redoutables. Et dire que le rassemblement du M5-RFP a été toléré en pleine expansion d’un nouveau variant que les participants ont même bravé et défié en ne prenant la moindre mesure de protection individuelle. Même Choguel Maiga, qui avait jadis parlé de députés-coronavirus en son temps, n’avais pas pris soin de porter un masque. Ne doit-on pas craindre en définitive que la manifestation de la Place de l’Indépendance ait servi de foyer au nouveau variant de Covid, à l’instar d’une certaine fête de Maouloud de Cherif Ousmane Madani Haïdara.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here