Choguel Kokalla Maïga, président du M5-RFP, face à la presse : «La mobilisation du 4 juin 2021 aura le même rôle historique, politique que le 5 juin 2020 »

1

Le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), présidé par Choguel Kokalla Maïga, entend œuvrer pour la réussite de la transition en cours au Mali. Pour ce faire, il prévoit un grand rassemblement, le 4 juin 2021 sur le boulevard de l’indépendance de Bamako afin de célébrer, non seulement le premier anniversaire de la création du Mouvement, mais aussi d’inviter les autorités de la transition à travailler pour la bonne marche du pays. « Rendez-vous à la place de l’indépendance le 4 juin 2021 immédiatement après la prière du vendredi. Ce jour là, le comité stratégique rendra compte au peuple Malien, qu’est ce qui est advenu de sa lutte, qu’est ce qui est advenu des aspirations qui ont mobilisé le peuple qui malheureusement ont été mises à coté. La mobilisation du 4 juin 2021 aura le même rôle historique, politique que le 5 juin 2020 », a déclaré Dr. Choguel Kokalla Maïga, président du comité stratégique du M5-RFP, le samedi 22 mai 2021, lors de la conférence de presse organisée par le Mouvement Espoir Mali Koura à la Maison de la Presse de Bamako.

Au cours de cette conférence de presse, le président du comité stratégique du M5-RFP, Dr. Choguel Kokalla Maïga, a fait savoir qu’il compte sur la capacité de mobilisation du Mouvement Espoir Mali Koura. « Nous avons annoncé que le 4 juin 2021, le comité stratégique du M5-RFP, en votre nom, appelle l’ensemble des Maliens et des Maliennes à célébrer le premier anniversaire du M5-RFP. Rendez-vous à la place de l’indépendance le 4 juin 2021 immédiatement après la prière du vendredi. Ce jour là, le comité stratégique rendra compte au peuple Malien, qu’est ce qui est advenu de sa lutte, qu’est ce qui est advenu des aspirations qui ont mobilisé le peuple qui malheureusement nous constatons aujourd’hui ont été mises à coté. La mobilisation du 4 juin 2021 aura le même rôle historique, politique que le 5 juin 2020. Je vous donne rendez-vous le 4 juin 2021 », a souligné Dr. Choguel K. Maïga. Il faut rappeler que Choguel K. Maïga avait été reçu, le 11 mai 2021, par le Médiateur de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) sur la crise malienne, Goodluck E. Jonathan, ancien président de la République Fédérale du Nigéria. Au cours de cette rencontre, Choguel K. Maïga a fait savoir que la Transition tourne en rond, sans ligne directrice ni cap clair. Elle souffre, dit-il, d’un déficit chronique et congénital de légitimité, d’expertise et de cohérence. Selon lui, aucune des revendications qui ont provoqué la vaste mobilisation populaire contre l’ancien régime en 2020 n’a trouvé même un début de solution. Il a indiqué que la publication du chronogramme des élections, le 15 avril 2021, par les autorités de la transition a suscité un tollé de désapprobation. A ses dires, l’organe unique de gestion des élections est loin d’être un acquis. Pour lui, la mise en œuvre de l’Accord pour Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger piétine. Et d’ajouter que la réorganisation territoriale récemment préconisée par la Transition est rejetée par les populations. « Les Autorités de la Transition doivent chercher systématiquement le consensus autour des grandes préoccupations de la Nation, pour ne pas conduire notre pays dans une énième crise sociopolitique avant,  pendant ou après les élections. Que dire par exemple de cette malencontreuse décision des Autorités de la Transition de confier l’élaboration du projet d’une nouvelle Constitution à un Cabinet étranger ? Après plus de 60 ans d’indépendance,  une telle décision est une véritable injure à l’intelligence de notre peuple, à l’honneur et à la dignité des cadres maliens qui ont donné la preuve de leur engagement et de leur savoir-faire en élaborant les  Constitutions des  1ère , 2ème  et 3ème  Républiques », a souligné Dr. Choguel K. Maïga.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Que personne n’aille là-bas s’associer aux fossoyeurs de notre démocratie et de notre économie. Ils sont, pour la plupart, les artisans de ce qu’ils dénoncent aujourd’hui.

Répondre à Tienkafo Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here