Lettre à grand-père

0

Cher grand-père…

Je t’envoie cette 71ème lettre pour te donner mes nouvelles et celles du Mali. Moi je vais bien. Dieu merci. Et j’aurais voulu te mentir que le Mali aussi se porte bien. Faire comme les autres. Fermer les yeux sur l’injustice. Préférer le mensonge maquillé à la vérité. Si je pouvais, j’allais faire comme eux. Rester dans mon confort et de ne jamais poser le regard sur l’avenir. Continuer à boire le vin vain de la vanité des actes de nos ancêtres et l’opium du moment présent et faire comme si l’avenir ne vient pas de nos actes d’aujourd’hui. J’aurais continué à accuser la France et le complot pour que toi, moi et tous les Maliens puissions continuer notre sommeil. Ce sommeil de l’insouciance, de la fuite et du déni de réalité. Mais hélas ! Je ne pourrais. J’ai juré d’être vrai. Pessimiste s’il le faut mais vrai et réel.

Cher grand-père, tout le Mali se dirige vers le 3ème Pont. Oui ! Cher grand-père, le Pont du suicide et de l’autodestruction. On a commis l’erreur de délaisser le Pont des Martyrs. Ce pont de la Constitution de 1991 posé sur des intuitions. Le Pont de la Démocratie ! Ce Pont si droit et adroitement fait où chaque pouvoir a ses limites. L’Etat avec des devoirs auxquels, il ne se dérobe point. Les citoyens avec des droits sacrés. Des Maliens libres et égaux. Aucune torture. L’éducation obligatoire. La santé pour tous ! La Justice juste et équitable. Où seul le Droit est dit. Le Pont des lois et de la Légalité. Le Pont des Martyrs et du sacrifice. Le Pont droit du Droit et des Devoirs ! Le Pont du nouveau départ tracé en 1991!

Ha oui! Grand-père. Le Mali a choisi un pont fade. Un Pont aux prémices succulentes pour une minorité mais dont la fin n’est que dérive pour tous. Le Mali a préféré un Pont de l’injustice où le pauvre, a tort et le riche, a raison. Un pont des décisions judiciaires au troc. Un pont où l’éducation est pour d’aucuns et non pour d’autres. Un Pont où le rêve n’est pas permis pour tous. Le Pont du népotisme, du favoritisme et du clanisme. Un Pont où au lieu d’être malien, on est touareg, arabe, soraï, bozo, peulh, dogon, bambara, sarakolé… Un Pont du tribalisme et du régionalisme. Un Pont injuste. Un Pont très fade pour l’avenir. Où la Légitimité viole en tout, toutes les Légalités. Un Pont de l’injustice. D’une volonté oligarchique au détriment du Peuple.

Cher grand-père ! Aujourd’hui, nous sommes sur le 3ème Pont. Nous avons le choix. De nous noyer ou de nous sauver. Nous noyer en continuant le même chemin du clanisme, du tribalisme et du régionalisme pour succomber dans une balkanisation totale de notre pays. Où se sont des groupes armés qui contrôlent au lieu d’une Armée républicaine. Comme cela s’est déjà passé sous d’autres cieux. Ou plutôt, de faire STOP ! Et de retourner sur notre Pont des Martyrs. Pont de la Démocratie institutionnelle et légale. Le Pont où tous les Maliens sont libres et égaux. Où tous les crimes sont punis et tous les droits sont respectés. Le Pont d’un Mali juste et légal, où tous les Maliens sont égaux. Un Pont où aucune légitimité ne peut violer la légalité. Car c’est en cela réside le désordre. Des fausses Légitimités qui s’acquièrent et se perdent entre une levée et un coucher de soleil. Vive la Légalité ! Vive un ordre constitutionnel !

Cher grand-père, voilà où se trouve le Mali. Entre l’abime et la grâce. Sur ce, je te souhaite la bienvenue et surtout la bonne santé. Tout en espérant un retour vite à nos valeurs démocratiques et l’éradication pure et simple des valeurs culturelles des scènes politico-militaires, je te dis à mardi prochain ! Inch’Allah !

 

Lettre de Koureichy

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here