Elections partielles d’Ansongo : Menace de mort contre l’élu URD… Le parti saisit La Cour Constitutionnelle en vue de l’annulation du scrutin

0
Communiqué de l'URD sur les attaques de Ouagadougou du 15 janvier 2016

A l’issue du 1er tour des élections partielles tenues dans le Cercle d’Ansongo, c’est l’URD qui tient la tête. Le parti de la poignée de mains est  suivi par le RPM (2ème) et  l’Adema-PASJ (3ème). Ils étaient  cinq candidats dans cette course dont, outre de ceux  de ces trois partis,  ceux de l’APR et l’ASMA-CFP. Malgré sa victoire (10.932 voix contre 10.380 pour le RPM et 7.473 pour l’Adema),  l’URD dénonce des irrégularités dans l’organisation du scrutin et, du coup, souhaite l’annulation des résultats  de  ces élections tenues le 10 janvier dernier. Dans cette optique, une requête a été introduite courant semaine  auprès  de la Cour Constitutionnelle par les responsables du parti de la poignée de mains.

Au nombre de ces irrégularités, l’on note  la non-participation de Talataye, une des sept communes du cercle d’Ansongo à  100 km de Gao. A la faveur d’une conférence  de presse vendredi dernier, les responsables de l’URD  ont indiqué que les agents électoraux devant se rendre dans cette  localité  ont  été empêchés à 15 kilomètres. Ce, par des enfants femmes qui, selon les conférenciers,  ont simplement fait savoir aux visiteurs  que Talataye fait partie de l’Azawad et non du Mali.

Ladite conférence de presse était conjointement  animée par le Pr Salikou Sanogo, Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, Me Demba Traoré , Beffon Cissé ,  Madani Tall, respectivement  1er  vice-président , 3ème  vice-présidente, secrétaire à la Communication, mandataire national et secrétaire général du parti URD.

Selon l’honorable Abdoul Malick Diallo, député élu à Ansongo qui a également pris part à cette conférence de presse,  les femmes et enfants de Talataye ont transmis  le même message  aux militaires maliens  qui avaient été déployés pour  sécuriser le vote.  Ils (les militaires) ont été obligés de rebrousser chemin sur Gao, toujours aux dires de l’honorable Abdoul Malick Diallo.

Une  autre irrégularité dénoncée par l’URD, c’est  le cas de Tessite, une autre commune  d’Ansongo où l’on parle  de «grosses fraudes  électorale» et de « tripatouillages des résultats». Cette localité  à majorité nomades, indique-t-on,  et presque vidée de ses populations a pourtant enregistré 98% de taux de participation. « Impossible », clament les responsables de l’URD qui persistent qu’il y a eu bourrage d’urnes, par le RPM bien entendu. Raison pour laquelle, une requête a été introduite près de la cour constitutionnelle pour l’annulation du scrutin du 10 janvier dernier : « Ce n’est pas parce que nous sommes en tête que nous devons nous taire sur ces  irrégularités. Si nous nous taisons, ils (le camp adverse – NDLR) vont  faire pire que ça au 2ème tour», a martelé Me Demba Traoré, secrétaire à la communication du Parti.

L’URD va-t-elle boycotté le 2ème tour des partielles d’Ansongo ?  Pour  toute réponse, ses responsables  disent avoir confiance à la justice malienne. «Nous sommes des républicains et  nous restons derrière la justice », a-t-on dit.

Menace  de mort aussi

C’est  à  l’endroit du député URD Abdoul Malick Diallo. Il dit avoir reçu des appels téléphoniques le menaçant de mort pendant son séjour au bercail, plus précisément au moment des campagnes et les premières heures après le scrutin. Prenant les menaces très au sérieux,   les responsables  de l’URD ont porté plainte contre X au niveau du Tribunal de Gao. La plainte est accompagnée des numéros de téléphones des interlocuteurs de l’honorable  Abdoul Malick Diallo.

Djibi Karim

PARTAGER