Mali/Algérie : vers un renforcement de la coopération dans les secteurs de l’énergie et des mines

2

Le Mali et l’Algérie se sont engagés, jeudi soir, à renforcer et à diversifier davantage leur partenariat dans les domaines de l’énergie et des mines, des télécommunications, du commerce, de la formation professionnelle et universitaire mais aussi à faciliter la circulation des personnes et des biens. 

C’est ce qui ressort de la rencontre du Comité Bilatéral Stratégique Mali/Algérie lors de sa 18ème session, à Bamako, entre. Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et de son homologue Algérien Ramtane Lamamra.

Cette rencontre de haut niveau s’inscrit dans le cadre des consultations politiques régulières entre le Mali et l’Algérie et concourt au renforcement des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays.

Le diplomate algérien s’est réjoui « des progrès réalisés par les Autorités maliennes dans la conduite de la Transition et les a exhortées à poursuivre cette dynamique en vue d’un retour à l’ordre constitutionnel » .

« Je crois pouvoir dire que la session d’aujourd’hui a porté beaucoup dans notre réflexion commune et à notre volonté de faire progresser nos actions de partenariats et de coopération à travers un dynamisme accru et également une sollicitation de l’ensemble des mécanismes fructueux crées par notre pays » a fait savoir Lamamra.

Il a en outre déclaré : « Nos deux pays ont tout intérêt à travailler ensemble main dans la main dans un monde où l’intégration est la clé du succès notamment en ce qui concerne le développement ».

De son côté, Abdoulaye Diop a expliqué : « L’importance de cette session particulière du comité bilatéral stratégique » soulignant « qu’il se tient à la veille d’une réunion importante du Comité de Suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger qui se tient dans un format ministériel sous le leadership du ministre Lamamra pour pouvoir impulser le processus de paix ».

Les deux parties ont par la suite revisité la feuille de route des projets convenus dans le cadre des différents mécanismes de leur coopération bilatérale en vue de leur mise en œuvre diligente.

Par ailleurs, les deux parties se sont engagées à mener des actions conjointes dans la lutte contre le terrorisme et dans l’application de l’accord pour la paix et la réconciliation.

S’agissant de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, les deux Parties ont passé en revue les avancées, les difficultés et les attentes tout en reconnaissant le caractère dynamique, consensuel et progressif de ce processus.

Les deux diplomates se sont réjoui des conclusions de la réunion décisionnelle de haut niveau, préparatoire à la mise en œuvre effective du DDR (Désarmement Démobilisation et Réinsertion) global tenue, du 1er au 05 août 2022 à Bamako.

En outre, ils souligné la nécessité d’accélérer l’application de l’Accord qui constitue le cadre idoine pour la consolidation et le retour définitif de la paix et de la stabilité dans le pays.

Ramtane Lamamra, Ministre des Affaires Etrangères et de la Communauté Nationale à l’Etranger de la République Algérienne Démocratique et Populaire présidera, ce vendredi, la 6ème session de haut niveau du Comité de Suivi de l’Accord pour la paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger.

Pour rappel, l’Algérie est le Chef de file de la médiation internationale. Ramtane Lamamra effectue une visite de travail et d’amitié à Bamako du 1er au 03 septembre 2022.

Source: https://www.aa.com.tr/fr

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Au 1er cycle fondamental 6ème année lors d’une leçon geographie du Mali.
    Un élève a eu l’intelligence de poser la question suivante au maître?
    Est ce que le Mali a du pétrole?
    Le maître répond: oui, mais nous ne pouvons pas y toucher?
    Elève: Pourquoi?
    Maître: Parce que l’Algerie exploite le même bassin
    Le problème c’et que le pétrole n’ai pas de frontière , de point de vue étude des fluides ou la mécanique des fluides.
    L’exemple le plus frappant est le cas d’un fleuve, le Djoliba par exemple.
    L’eau coule du Fouta-Djallon, Guinée jusqu’au Nigeria, en pasant par le Mali et le Niger.Cette dynamique on ne peut pas l’arrêter.Si Mali n’utilise pas l’eau elle passe au Niger qui en fait ce qu’ils veulent.
    Le pétrole est en perpétuel mouvement, Algérie puise naturellement dans les nappes pétrolifères du Mali et tant que le nord du Mali ne sera pas en paix, en sécurité l’exploitation du pétrole dans cette zone devient un mirage .
    L’Algerie a fondé son prestige sur le pétrole et le gaz.Donc les Algeriens tiennent beaucoup à ces 2 ressources .
    La question est de savoir si l’Algerie veut réellement que le mali exploite son pétrole.
    C’est-à-dire si l’Algerie veut que la paix et la sécurité reviennent au Mali.

  2. I have been implying plus thinking for years all Malian ass kissing of Algiers agreement is intended to create atmosphere where oil pipeline to Algerian ports may be constructed from Mali to Algeria. Instead I propose more costly plus less profitable method of rail or / plus truck transport from Mali to ports in Guinea or/ plus Senegal or/ plus Mauritania. It would employ many more people thereof upgrade their families living conditions plus still be profitable. That condition would also under self reliance doctrine encourage us to build as soon as possible oil refinery near Malians oil fields. However greed of stupid plus incompetent leaders usually win in Negroid Africa. Will it do so on this issue.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here