Soumaïla-Tiebilé-Modibo : Tirs groupés de l’opposition sur le pouvoir

85
Conférence nationale : Et si IBK écoutait l’opposition…
Ci-contre Tiebilé Dramé, Soumaila Sidibé et Modibo Sidibé

Le début d’année 2016 aura été particulièrement amer pour le président Ibrahim Boubacar Kéïta, trimballé, comme dans un tourbillon, par les principaux leaders de l’opposition malienne à propos de sa gestion chaotique. Lors de la présentation des vœux au chef de l’Etat, et à la presse,  Soumaïla Cissé de l’Urd et non moins chef de file de l’opposition politique, Tiébilé Dramé du Parena et Modibo Sidibé des Fare An ka Wuli ont étalé et décortiqué les multiples tares d’un régime qui étouffe son peuple.

Selon eux, en 2015  comme en 2014, la déception est grande pour notre peuple face aux promesses non tenues  sur le plan de la sécurité, du retour de la paix, de l’amélioration des conditions de vie et de l’emploi des jeunes. 2015, ont-ils rappelé, fut une année difficile pour les populations, confrontées à différentes formes d’insécurité, de précarité, de mauvaise gouvernance et surtout de déficit d’Etat. Les épreuves endurées ont contribué à éroder le pouvoir d’achat des populations et créé un malaise dans les régions encore victimes des méfaits de l’occupation. Les opposants dénoncent une « action publique sans but, sans visibilité, un exercice du pouvoir qui tourne à vide… », l’absence de réformes et donc de direction. Ils s’interrogent sur le manque d’ambitions de la gouvernance actuelle ; sur l’Etat et ses démembrements (l’éducation, la santé, la justice, l’administration…), leurs capacités à délivrer les services de base ; sur les spoliations, les multiples tracasseries dont les Maliens font l’objet. Retour sur un chassé-croisé contre les dérives du régime IBK.

Pour une des rares fois, l’opposition malienne a comblé le cadre à lui offert pour s’exprimer librement sur la gestion du président IBK. En rang serré lors de la présentation des vœux au chef de l’Etat, et individuellement à l’occasion de leurs traditionnels vœux à la presse, les principaux leaders de l’opposition ont dit toutes les vérités, mêmes les plus drues, sur les dérives du régime d’Ibrahim Boubacar Kéïta et la gestion catastrophique du chef de l’Etat qui ont mis le peuple malien à terre.

 

Situation sécuritaire préoccupante-Accord caduque ( ?)

Par rapport à la situation sécuritaire, jamais le peuple et la nation n’ont été autant endurés qu’en 2015. Selon Tiébilé Dramé, plus de 400 personnes ont été tuées au Mali pendant les douze mois de l’année écoulée. La signature de l’Accord d’Alger a été une étape de la longue quête de paix et de stabilité au Mali, affirme le président du Parena, qui ajoute que, toutefois, la situation sécuritaire est très dégradée. Sur les 400 victimes de la crise, plus de 200 ont perdu la vie après la signature de l’Accord, révèle-t-il. L’instabilité s’est propagée. Elle confine à l’anarchie dans certaines zones. « Les témoignages concordent: à 10 kms de Tombouctou, il n’y a plus d’État, au-delà d’Almoustarat, il n’y a plus de Mali », regrette-t-il. Les routes ne sont plus sûres dans plusieurs régions. La multiplication des actions terroristes ou de banditisme donnent le frisson. Le processus de paix est enlisé, faute de vision et du fait de l’immobilisme du Gouvernement. L’amateurisme, les tâtonnements et les improvisations ont fini par exaspérer les signataires maliens et étrangers de l’Accord. La faiblesse de l’État, l’absence de stratégie et la recrudescence des activités des groupes jihadistes font peser de sérieuses menaces sur le Mali.
Soumaïla Cissé y va aussi de ses chiffres. Il rapporte que sur le plan sécuritaire en 2015, au moins 346 personnes ont été tuées au cours d’une centaine d’incidents. Depuis le 20 juin, date de signature de l’accord d’Alger, au moins 170 personnes sont mortes au cours de 44 affrontements armés. Du nord au sud de notre pays, l’insécurité s’est installée de façon presque permanente. Le président de l’Urd prend comme repère : « Le 20 novembre 2015, l’attaque de l’hôtel Radisson au cœur de Bamako, notre capitale, en plein jour, est venue brutalement mettre à nu notre vulnérabilité, par le laxisme dans la gestion sécuritaire et l’extrême dénuement de nos forces de défense et de sécurité ».

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition rappelle avoir maintes fois attiré l’attention  sur les dangers de la signature d’un accord dont l’application entrainerait le Mali vers une autre crise. Il reconnaît que nous ne sommes pas loin d’un tel scénario aujourd’hui dans la mesure où les formats et les calendriers ne sont pas tenus, la confiance se fait attendre et nous sommes devenus tributaires des évènements. « L’histoire nous donne malheureusement raison: le cantonnement n’est toujours pas effectif; le comité de suivi piétine; l’administration n’est toujours pas de retour; des milliers d’enfants sont privés d’école; les centres de santé ne fonctionnent pas; les réfugiés tardent à regagner leur foyer », se désole l’élu de Niafunké.

Autre leader, autres chiffres : Modibo Sidibé dira qu’en 2015, le Mali a payé un prix fort à l’insécurité en passe malheureusement de se généraliser sur toute l’étendue du territoire et marquée par un niveau jusque-là inédit d’attaques terroristes et d’attentats de tous ordres, dont les plus marquants ont incontestablement été celles contre le Restaurant « La Terrasse » à Bamako, l’Hôtel Byblos à Sévaré et l’Hôtel Radisson Blu de Bamako.

En effet, souffle-t-il, en 2015, ce sont au moins quelques 200 attaques et attentats d’ordre criminel qui ont été perpétrés un peu partout sur le territoire national contre les personnes et leurs biens, les symboles de l’Etat, les forces armées de défense et de sécurité ainsi que les forces internationales présentes au Mali dans le cadre de la mission de stabilisation sous mandat des Nations Unies. Ces actes criminels ont coûté la vie à plus de 300 personnes, sans compter leur impact sur l’image et la notoriété de notre pays, révèle le président du parti Fare.

Sur l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, Modibo se dit nullement surpris des difficultés actuelles que connaît ce texte dans sa mise  en œuvre. Car, les questions de fond, qui auraient dû mobiliser l’ensemble des Maliens autour de la refondation du pays  et être la quintessence des discussions à Alger, n’ont pas reçu le traitement approprié. Pire, la Constitution, à laquelle s’adossent toutes les lois et tous textes de la République, y a été superbement contrainte. Pour lui, le tâtonnement observé dans la mise en œuvre de l’Accord, l’implosion des délais, les interprétations autour du dispositif institutionnel attestent à suffisance que l’ « on a mis la charrue avant les bœufs ».

« Néanmoins, la République s’est engagée à travers la signature du gouvernement par incapacité et sous la pression de la communauté internationale. Mais, il nous apparaît qu’une paix juste et durable ne peut résulter que d’un véritable dialogue inter-malien, seul porteur  d’une vision partagée de ce que nous avons été, de ce que nous sommes et de ce que nous voulons devenir », avise Modibo Sidibé.

 

Mauvaise gouvernance et chaos social

Au-delà de l’insécurité, l’opposition a tiré sur IBK concernant sa gestion, qui a plombé les ailes du pays et plongé les Maliens dans un triple chaos économique, social et financier.

Donnant le ton, Tiébilé Dramé tape : « les 28 derniers mois ont été émaillés par des affaires qui ne sont pas honorables pour un pays qui sort du gouffre et qui a bénéficié d’une exceptionnelle solidarité de l’Afrique et du reste du monde. Des conditions d’acquisition et d’exploitation du 2ème avion présidentiel à la tentative de cession de la Place du cinquantenaire à des hommes d’affaires douteux en passant par les engrais sous-dosés, le marché des fournitures militaires, celui des tracteurs, les exonérations sur le riz, les surfacturations, rien n’a été épargné à notre peuple qui souffre tant ».
Que dire du train de vie de l’État, du budget de la présidence en augmentation continue (9,3 milliards de francs en 2014, 16 milliards en 2015, 19,3 milliards en 2016)? Que dire des voyages du Président à l’extérieur, de leurs coûts pour le contribuable malien?, s’interroge le président du parti du bélier blanc.

En 28 mois passés à la tête de l’État, poursuit-il, le président a parcouru 516 636 kms lors de 83 voyages à l’extérieur, soit trois voyages internationaux par mois. 516 636 kms représentent 13 fois le tour de la terre (40 075 kms) et 552 fois la distance séparant Bamako d’Abidjan.
Sur la même période de 28 mois, il s’est rendu à l’intérieur du pays 10 fois. (Markacoungo, Kayes, Mopti-Bandiagara, Ségou-Niono, Gao (après l’accident du vol d’Air Algérie), Kourémalé (Ebola), Gao (après la fusillade ayant impliqué des soldats de la Minusma), Koulikoro, Sikasso et Ségou). Que de révélations !

Soumaïla s’interroge lui aussi sur la gouvernance instaurée par IBK : « Nous continuons à dénoncer avec force : le pilotage à vue sans cap ni vision; les scandales financiers à répétition; l’impunité érigée en système; la politisation de l’administration; la caporalisation des médias d’Etat; le népotisme et la patrimonialisation des moyens de l’Etat; la gestion chaotique du drame de Mina ; les démolitions spectaculaires de maisons en plein hivernage; la gestion désastreuse des logements sociaux ».

Les grèves des banquiers, des travailleurs de l’Ortm et des enseignants illustrent, si besoin en était, un malaise social grandissant, enchaîne le président de l’Urd. Pour qui : « le Pays est malade, malade de sa gouvernance, toutes choses qui plongent notre économie dans une dangereuse léthargie ».

S’agissant du chômage des jeunes, Soumaïla Cissé rappelle que cette  gangrène mortifère continue de ronger notre tissu social poussant nos jeunes à tenter l’aventure vers des horizons lointains qu’ils n’atteignent souvent jamais, emportés par les flots des océans hostiles.

Sur cette questions lancinante et plus que préoccupante de gouvernance, Modibo Sidibé dénonce l’absence de vision et de cap de la part de ceux qui ont en charge actuellement la gestion des affaires publiques. Une des illustrations de cela, poursuit-il, est le yoyo des élections locales et régionales tout le long de l’année 2015 pour finir par être remises aux calendes grecques.

Sur un autre plan, le président du parti Fare ne passe pas sous silence le déficit d’Etat, la cherté de la vie, la paupérisation constante des conditions de vie des populations et les scandales de tous ordres qui ont jalonné la vie de notre pays cette année écoulée.

Modibo parle aussi du contexte des récoltes : « les importantes productions céréalières dont le  riz, 2 451  millions de tonnes faisant de notre pays le 2ème producteur de l’Afrique de l’ouest, s’inscrivent dans  l’élan imprimé par l’Initiative riz. Initiative qui, en subventionnant les intrants, a boosté la production de plus de 50% lors de la campagne 2008/2009, de 1 082 384 tonnes à 1 624 246 tonnes, production qui avait atteint en 2010/2011, 2 308 233 tonnes. C’est dire que le dispositif de subvention des intrants était une action pertinente et structurelle ».

Modibo Sidibé souligne aussi que, malheureusement, la performance dans le domaine de l’agriculture n’a pas été reproduite en ce qui  concerne  les Mines où notre pays connait un recul, passant désormais de la  troisième place au quatrième rang du classement en Afrique.

Que dire des incohérences du gouvernement dans la gestion des problèmes aussi importants que le foncier ? s’interroge-t-il. Avant de répondre : «Amateurisme, voies de fait,  spectacle tiennent lieu de politique nationale du foncier dans une incohérence gouvernementale rarement égalée, et où les solidarités volent en éclats ».

Enfin, l’ancien Premier ministre, en terrain connu, met en garde : « Dans le domaine des équipements et des infrastructures, le manque de vision du gouvernement, en ce qui concerne les stratégies  d’approvisionnement du pays dont illustration est donnée par  la dégradation avancée et continue des infrastructures routières du pays, constitue une des menaces graves pour  l’année 2016 ».

Au vu de toutes ces tares, Soumaïla, Tiébilé et Modibo conseillent le président Ibrahim Boubacar Kéïta en des termes durs mais clairs : « Depuis vingt- sept mois, notre peuple attend toujours que l’Etat affirme son autorité, qu’il prenne ses responsabilités, et d’abord ses responsabilités en matière de sécurité et de défense du territoire. Il réclame le respect des lois, une justice égale pour tous. Il souhaite que le pays connaisse la stabilité, que l’action des autorités publiques soit transparente et contrôlable. Il nous faut sortir de l’immobilisme actuel et redonner espoir à nos populations. Les maliens attendent un Etat fort, un Etat solide, stable et juste, un Etat stratège capable de donner une direction au pays. Ils veulent un Etat au service du développement et de l’économie, qui soutient les initiatives des citoyens pour le développement, garantit la création de richesses par le secteur privé, souhaitent une redistribution équitable des richesses, et une solidarité agissante avec les plus démunies. Un Etat qui saura unir la Nation et la protéger. Un État qui crée l’espoir ».

 

Sékou Tamboura

PARTAGER

85 COMMENTAIRES

  1. Je pense que la question de l’emploi est une priorité pour le président de la république. En effet, il a promis créer 200 000 et sur ce, il a crée déjà en deux ans de gestion 81 000 emplois. Donc , c’est dire que le président tient ses promesses. Et nous le soutenons dans sa vision. Car, une jeunesse sans emploi est exposé toute forme de vices.

  2. La lutte anti-corruption est une lutte très complexe car elle est le fait de tous sans exception. Pour ce faire, il faut une volonté commune sans laquelle nous ne parviendrons pas à bouter ce phénomène hors de nos frontières. Car, on aura beau prendre les mesures d’éradication sans une implication de tous, nous n’arriverons pas.

  3. Contrairement à d’autres opinions avancées concernant la gestion du président durant les deux ans , je pense qu’il est satisfaisant. Certes, beaucoup d’efforts ont été consenti pour le retour de la paix et de la sécurité, mais de nombreux défis nous attendent notamment l’application intégrale de l’accord d’Alger. Et, j’ai foi car les parties signataires ont toujours montré leur bonne volonté pour son application.
    QUE 2016 SOIT POUR NOTRE PAYS, L’ANNEE DU RETOUR DE LA PAIX DEFINITIVE !

  4. Certes la liberté d’expression et d’opinion implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. Mais elle ne doit pas être utilisée comme un instrument de haine raciale, nationale ou religieuse ou l’appel à la violence physique contre les individus et de même pour la diffamation et la calomnie. C’est dommage que c’est cette voie, les opposants se sont appropriés.

  5. L’Etat sous l’impulsion du président est à pieds d’oeuvre malgré la crise que nous traversons, à remettre le pays sur les rails. D’ailleurs, le président a été élu pour un mandat de cinq et c’est au bout de celui-ci que les uns et les autres pourront donner un bilan de cette gestion. Pour l’heure, le président mène bien la mission qui lui est assigné.

  6. Le chômage sous l’ère IBK a baissé d’un cran. En effet, lors de son accession à la magistrature suprême a décidé de faire son cheval de bataille le chômage des jeunes à travers la création de 200 000 emplois. Et en deux ans, il a crée 81 000 emplois. Ce qui est à féliciter et à encourager.

  7. Je pense que la corruption sous l’ère du président IBK a beaucoup baissé et les indices en témoignent. Force est de reconnaître que beaucoup de mesures ont été prises quant à traquer les acteurs et à les punir. A mon humble avis, j’estime qu’il faut attaquer le mal à la racine c’est-à-dire UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT.

  8. Je pense que pour la question sécuritaire, le président a été toujours soucieux de la sécurité des personnes et de leurs biens. Et à cela, il a promis d’équiper les forces armées. L’adoption de la loi de programmation militaire en est une preuve de cette volonté à doter nos forces de moyens efficaces contre le terrorisme. Pour joindre l’acte à la parole, il leur a offert des véhicules tout terrain en vue de renforcer leur mobilité sur le théâtre des opérations.

  9. Je pense que la population doit comprendre une chose, c’est que nous revenons d’une crise militaro-politique qui a fragilisé le pays. Donc, les choses peuvent pas aller comme sur des roulettes. Il faut faire confiance à IBK et son gouvernement et je pense qu’ils ont besoin de nos soutiens pour sortir le pays dans sa léthargie.

  10. Pour ma part, je pense que l’année dernière a été l’année de grands défis notamment l’adoption d’un accord de paix, la relance économique et la sécurité des biens et des personnes. Concernant ces défis, le président a su tirer son épingle du jeu. Pour cela, nous en sommes fiers et nous lui souhaitons bon vent pour la nouvelle année.

  11. L’opposition malienne ne cherche qu’à semer le désordre en posant des actes répréhensibles mais qui n’affectent en rien l’image de la république qu’elle s’attelle tant à ternir. Une opposition dite républicaine à des ambitions pour le pays ; elle à une ligne de conduite qu’elle suit ; elle a des projets de gouvernance bien établis ; elle critique sur des faits avérés et par les voies recommandés mais hélas la nôtre n’a pas de règlement intérieur à plus forte raison des projets de gouvernance ! Elle ne se base que sur des rumeurs pour toujours montrer du mauvais doigt les actions du gouvernement. Il ne faut pas que le président IBK tienne compte d’eux; seules ses actions prouveront qu’il aime ce pays et qu’il se bât pour lui!

  12. L’opposition malienne à travers leur instrument d’intoxication ( MALIWEB) n’a jamais été républicaine car elles ne fait que des critiques sans fondements. Ses revendications ne sont pas basées sur des faits concrets mais plutôt sur des insinuations. Leur réel problème n’est pas la gouvernance d’IBK mais c’est sa personne qui les dérange car en réalité ils ne veulent pas le voir à la tête de ce pays.
    Quelle contribution peut-elle donc apporter à l’avancement de notre pays?

  13. La volonté du président de créer 200.000 emplois durables pour les jeunes n’est pas du tout veine car des avancées sont déjà remarquées avec l’atteinte en deux ans de gestion de 35% de ce chiffre.
    Nous devons donc l’accompagner dans ses actions et apporter notre soutien dans le cadre de ce programme bénéfique pour tout un chacun de nous.

  14. Je félicite le président pour ses actions en faveur du bien-être de la population et de la jeunesse en particulier. Je souhaite de tout mon cœur que les nombreux projets entamés soient couronnés de succès et que l’accord de paix qui avance tant bien que mal aille à son terme pour unifier le pays à jamais.
    Aux opposants Tiébilé, Soumi, Modibo; etc… faites des critiques constructives pour faire avancer et non y mettre le feu.

  15. La paix est la prérogative à tout développement; sans paix on ne peut rien construire, on ne peut rien investir car pour qu’un quelconque investissement puisse se faire il faut des garanties en termes de stabilité et je crois que ça ne saurait durer car les parties signataires des accords de paix ont malgré leur volonté et je crois sincèrement que nous sommes sur la bonne voie.

  16. Cette situation d’insécutité avec son corollaire d’attaques sont vraiment regrettables mais je pense qu’avec ce nouveau type de guerre que ces terroristes mènent contre les nations du monde aujourd’hui nul n’y est suffisamment préparé.
    Même les grandes puissances de notre monde en font leurs frais; c’est pourquoi nous devons être solidaires de nos gouvernants et leur apporter les informations pour contribuer à ramener la stabilité et la quiétude gage d’un développement assuré.

  17. « Nous avons l’ambition d’offrir de l’emploi aux jeunes » dixit le président IBK lors de la célébration de la journée nationale de l’industrie.
    En plus des 14 116 emplois du 1er janvier au 31 juillet 2015, 71 652 emplois durables ont été générés par les activités économiques sur l’étendue du territoire national, soit 36% de la promesse du Président de la République. Et du 1er juillet au 30 septembre 2015; 5795 emplois dont 3684 sont des contrats à durée déterminée et 2111 à durée indéterminée.
    Ces chiffres démontrent que la volonté est là il faut donc y aller.

  18. Les Maliens devraient se donner la main pour bâtir ensemble le Mali.
    Comme dit un célèbre adage que l’union fait la force.
    Compte tenu de la devise du Mali, un peuple, un but ; une foi, les Maliens sont tous les mêmes alors donnons-nous la main pour renforcer cette devise et faire renaître le pays qui a trop souffert.
    Vive le développement, Vive le peuple malien; Vive le président IBK

  19. Je constate qu’il y de moins en moins des gens qui sont dotés d’objectivité dans ce pays. Même si toutes les promesses du gouvernement n’ont pas encore été tenues du fait des certaines réalités qu’aucun malien n’est censé ignoré. C’est pourquoi je salue personnellement les progrès du président et de son équipe.

  20. Je pense que rien n’est pas encore perdu car le président de la république est un homme de vision et il sait ce que le peuple attends de lui. Nous devons donc le soutenir en cette nouvelle année et je pense que nous ne serions pas déçu car malgré la crise qu’a connu le pays avant son accession au pouvoir et à laquelle des solutions sont en train d’être trouvées; il y a eu quelques avancées dans plusieurs domaines et ce la va se poursuivre.

  21. Cette année 2016 est une année du renouveau citoyen donc j’appelle personnellement Soumi,TIEBILE et autres à être positifs pour la construction et le développement de notre pays. Il est temps que vous compreniez que IBK maîtrise la situation et n’aura pas besoin de votre aide.
    Il a donné l’occasion à l’opposition de s’exprimer c’est à dire favoriser la liberté d’expression et d’opinion mais ils l’ont transformé en libertinage d’expression à travers des injures

  22. C’est pathétique, les opposants maliens. Dites moi Mr le journaleux ce que ces 3 idiots opposants peuvent apporter à notre pays. Des gens qui passent leur temps à ne rien dire. Je suis sidéré quand j’écoute ce taureau de Tiébilé dit la situation est grave. Comment? Le Mali n’est pas BAGDAD mon cher téibilé

  23. TIEBILE, Soumi et Sidibé sont de mauvais grains pour ce pays. Il ne fait que des bruits stériles qui n’apportent rien à notre pays.
    Ils font trop plus qu’il ne faut. Je pense qu’ils veulent inciter le peuple à la révolte mais c’est peine perdue

  24. C’est une opposition immature, irresponsable et sans visage donc de quoi peut-on attendre d’une telle opposition. Elle n’a jamais encouragé le dialogue avec le président surtout les attaques de tout genre.
    Il faut avoir l’amour pour son pays sinon vouloir saboter les actions de l’état

  25. Les actions de développement menées par IBK sont nombreuses et sont à encourager car sans paix tout projet de développement est un échec. IBK a mis un point sur la lutte contre la corruption, la création d’emploi pour les jeunes.
    Le président a donné l’instruction au PM de consacrer plus de 15% du budget national à l’agriculture afin de booster ce secteur. Il est conscient et soucieux du bien être de son peuple.

  26. Avec le nouveau gouvernement IBK compte offrir ce qui y a de mieux pour les maliens. Tous les ministres sont appelés à donner le meilleur d’eux pour atteindre l’objectif que le président s’est assigné.
    Cette année est une année de grands défis donc aucune tolérance pour les ministres paresseux.

  27. Il ne faut pas se voiler la face, IBK est un travailleur infatigable qui veut le meilleur pour le Mali. C’est pourquoi il n’a jamais cessé de chercher les fonds afin de développer ce pays qui a tout perdu du fait de la crise. Nous pensons que nous sommes sur la voie du développement.

  28. Si les maliens ont accordé leur vote à IBK c’est qu’il est l’homme qui peut aider véritablement le Mali pour son développement effectif. A travers ce discours, nous lui réaffirmons notre confiance afin de réaliser tous ces projets de grande portée pour notre pays

  29. Ces trois opposants sont de vrais idiots de merde pour notre pays. Tous les ministres impliqués dans des malversations financières ont été limogés pour faire place aux compétents et dévoués pour le pays.

  30. Cheick Diallo = Fily Diong = MUGABE au crâne de CRAPEAUD 😆 😆 😆 😆

    Pourquoi tous ces Pseudos???????? :mrgreen: :mrgreen:

  31. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    IBK: Ceux qui ne connaissent rien de la politique le voient en successeur de lui même. Ils oublient trop vite les conneries que cet nullard ne cesse de nous faire voir depuis trois ans. Il se dit malin, pourtant sa ruse ne se cache pas pour autant. Malheureusement sa fidèle PINTADE n’a toujours pas compris, c’est pour cette raison qu’elle a décidé de continuer à jouer son rôle de vraie PINTADE :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    IBK croit détenir la solution aux problèmes du MALI. C’est d’ailleurs pour quoi il prend le plaisir machiavélique de s’exposer à tout bout de champs pour faire passer le régime en place pour compétent. Pourtant, les maliens savent que si l’incompétence a désormais une forme humaine, c’est grâce à Ce MANDE ZONKEBA. Il est souvent obliger de nous faire croire qu’il n’est au courant de RIEN. Ce n’est pas cela la bonne gouvernance. Il n’est même pas honnête, il n’est rien du tout. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Si, après Oumar MARIKO, un homme doit apprendre à la fermer, c’est bien ce IBK. Advienne que pourra, cet homme ne sera jamais réélu dans ce pays. Que l’on ne se voile pas la face. Depuis un temps, il perd son temps à nous bombarder de promesses qu’il oublie une heure après pour continuer à dormir. Ce monsieur avait du matériel de guerre chez lui à Sébénikoro en 2012 et jusqu’à présent, il n’a jamais dit aux maliens qu’il l’a mis à la disposition de son complice SANOGO et CO. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    IBK fait avec son camps, car c’est lui qui a été choisi par les maliens, malheureusement lui et son camps sont des irresponsables, des incompétents qui ne sont pas capable de redresser ce pays. Cette majorité doit repartir dans leurs coins pour préparer 2018. Les maliens voteront pour ceux qui sont considérés aujourd’hui comme AIGRIS car ils sont capable de présenter un projet de société.

    En côte d’ivoire, l’opposition est dans son coin, en France, l’opposition est dans son coin, au Gabon, l’opposition est dans son coin, en Guinée l’opposition est dans son coin, mais au MALI l’opposition RESPONSABLE N’IRA PAS DANS UN COIN .
    😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛

  32. La population Malienne connaît exactement la vérité sur MODIBO SIDIBE.
    On sait réellement que MODIBO SIDIBE, TIEBILE DRAME et SOUMAILA CISSE sont deux individus qui se trouvent dans le même Bateau, ce sont tous des gens qui cherchent à nuire le gouvernement d’IBK.

  33. Ibk et son clan navigue à vue sans aucune direction précise.
    Le tout caractérisé par la corruption et le manque de vision réel pour notre pays.
    Vivement 2018 pour les chassés du pouvoir.

  34. Pauvre journaliste ! Le ministre est mieux placé dans le domaine du droit et non un journaliste.
    La modification de cet article est belle et bien possible et qui ne relève aucun inconvénient dans notre système juridique.

  35. Nous savons réellement que les journalistes Malien disent des choses intitulées, mieux vaut élaborer dans vos articles les points les plus essentiels du pays.

  36. Si l’opposition cherche vraiment à faire le Mali un Etat démocratique pourquoi ils sont toujours contraires à IBK, mais voyons monsieur le journaliste. Est-ce que c’est une véritable opposition ?

  37. L’opposition est en réalité des opportunistes incapables de satisfaire leurs missions malgré qu’ils soient protégés politiquement et même juridiquement. Cela ne veut pas dire qu’iIs disent des n’importes quoi sur le gouvernement.

  38. Si l’opposition cherche le renforcement de la démocratie pourquoi critique-t-on le gouvernement qui est responsable d’une démocratie crédible et solide.

  39. Je me demande toujours pourquoi s’opposes-tu aux options d’avancement initiées par nos propres autorités ?
    La réponse est simple, claire et nette, nos opposants ne veulent même pas l’avancée du pays, ils cherchent à rendre obscure quelque chose qui est claire.

  40. La population Malienne sait que MODIBO SIDIBE est un homme de mauvaise fois car, tous ceux qu’il dit comme preuve ne sont pas totalement vrais.
    Depuis qu’il était au sein du gouvernement d’ATT, il n’a jamais fait du bien, en ce moment l’Etat était mal gérer à cause de la corruption, du vol, et du détournement du dernier public.
    Entant que membre permanant de l’opposition, pourquoi un tel silence jusqu’aujourd’hui ?
    On sait que MODIBO SIDIBE est quelqu’un qui ne souhaite pas l’avancer de ce pays.
    Les propos de MODIBO SIDIBO ne sont pas exactement fondés sur la réalité car, la population connait réalité sur lui.
    Ensuite On demande à TIEBILE DRAME d’arrêter de dire des bobards et faire face à la réalité concrète du pays, il faut qu’on se donne la main, pour un Tous ceux qu’il dit sont faux et non fondé sur la réalité concrète du pays, on sait rendu compte que TIEBILE et ses membres sont des vrais pollueurs de l’environnement du gouvernement Malien. Tous les reproches faites par le parti PARENA concernant la remise des tracteurs ne sont pas vrais, le PARENA essaye de nuire à la gouvernance d’IBK, on leur demande d’arrêter cela.
    Enfin Mais la nomination du Soumaila à la tête de l’opposition est une stratégie moins d’importance car le chef et ses paires n’ont aucun moyen efficace qui peut faire sortir le pays dans cette crise.

  41. Monsieur le journaliste je crois que l’opposition a toujours été un fléau ou même une barrière pour la réussite de l’Etat malien. Les décisions des opposants sont toujours contraires au développement du pays surtout chez nous au Mali.

  42. Le gouvernement Malien fait tout pour le bonheur des Maliens, malgré tout cela certains comme TIEBILE et ses compagnons(soumaila cissé et Modibo sidibe) cherchent de nuire à la gouvernance d’IBK, que honte de la part de TIEBILE DRAME.

  43. Que c’est facile d’être opposant en Afrique! on dénonce, on dénonce, on dénonce mais on ne propose pas d’alternatives. Je suis d’accord à 100% de toute cette mal gouvernance décrite par l’opposition sur un régime amateur piloté par un borgne. Mais je n’approuve pas que Modibo Sidibé nous parle de sa fameuse “Initiative riz” qui lui a permis de se faire de l’argent pour battre campagne. Un audit du mali de 1991 à nos jours sera SALUTAIRE.

  44. En démocratie, l’opposition critique, contrôle et propose.
    C’est ça le plus grand défaut de notre opposition, ils se permettent de critiquer sans apporter des propositions.

  45. C’est dans l’union que l’on est capable de connaitre sa position et de bien combattre son ennemie. L’opposition essaye de déstabilisé l’Etat du pays par des causes que eux même savent que ça ne relève pas de notre autorité.

  46. La population du Mali doit beaucoup faire attention pour ne pas tomber dans les pièges cette opposition qui consiste à faire soulever une autre révolte dans le pays pour faire profiter aux bandits une libre occupation de nos terres.

  47. Dite à cette opposition d’arrêter de profiter de nos malheurs pour se faire entendre et remplir leurs poches.
    L’opposition a toujours été comme ça, ils se disent revendicateur mais en réalité se ne sont que des escrocs, pendant un moment donné de leurs parcours ils sont même prêts de nier ce qu’ils ont eu même dit à la population. Ils n’ont jamais un mots juste…

  48. SOUMAILA woooohh THEBLE DRAME woooohhhh ou beeeyee keelin, vous ne dites rien d’intéressant ils sont juste là pour embobiner la population avec des mots contre le gouvernement. Ils sont plus conscient de la situation que les personnel du gouvernement eux même, ce ne sont que des KALABANTCHII.

  49. Cette opposition de SOUMAILA à passer tout son temps de critiqué le gouvernement sur les attaques terroriste qui ont secoué notre pays sans avoir la moindre conscience d’apporter son geste de condoléance à la famille des victimes.
    Etre une opposition ne veut pas dire que de s’en prendre à toute la population. L’opposition malienne est malheureusement corrompu, c’est une opposition qui, dès qu’ils arrives à gagner ses intérêt personnel, ne se soucie plus de ce qui est de la souffrance de la population. Avec seulement un peu de font ils arrêtent de faire tout autre revendication au nom de la population.

  50. Je me demande comment Tièbilé peut parler de corruption dans ce pays de la part de qui que ce soit, ce qu’il a fait lui, jamais personne d’autre ne peut faire cela encore !!! Alpha t’a créé un Ministère spécial qui n’avait existé avant et qui s’est limité à cela, pour que tu vole seulement, ATT t’a confié l’organisation du sommet France-Afrique dans le même but, tu veux nous dire quoi encore ? Ba..tard !!! 👿 👿 👿

  51. Ce n’est pas la première fois que Tièbilé veut porter préjudice à l’image du président de la république, juste parce qu’il ne lui a pas donné l’occasion de voler les pauvres contribuables de ce pays comme il l’a fait sous Alpha et sous ATT !!!

  52. Depuis que Tièbilé n’a pas eu de place au sein de l’administration dirigeante de ce pays, lui et aucun membre de son foutu parti d’ailleurs, il ne veut que porter la poisse au président de la république comme si c’était de sa faute. Alors que c’est lui-même qui s’est donné une mauvaise image dans ce pays avec ces actes de vol et de corruption !!!

  53. Nous sommes à un moment où nous devons faire valoir les intérêts de la nation avant tout autre chose, pour cela nous devons être à même de nous entendre sur un seul point au niveau de toutes les couches, sociales et politiques !!!

  54. Il est temps que nous prenons conscience de la gravité de la situation, il est temps que nous nous donnons la main, que nous allons dans le même sens que ça soit les journalistes, l’opposition et le régime en place !!!

  55. Laissez-moi vous dire une chose Soumaila, les critiques ne nous amènent nulle part Nous savons tous que le Mali va bien, seulement que le coup d’Etat du 22 mars nous a mis dans un contexte embrassant. Aidez le président au lieu de le critiquer.

  56. Je ne suis pas du même avis que ceux qui disent que le régime actuel est la cause de ce qu’il arrive à ce pays. Nous savons tous que bien avant l’élection d’IBK au pouvoir, le Mali souffrait déjà.

  57. C’est vrai que le Mali a traversé des moments difficile ces derniers temps. Mais est ce que nous pouvons dire que c’est le gouvernement IBK qui est la base de ce malheur ? En tant que chef de fil de l’opposition, il est aussi normal que vous jouez un rôle constant dans la convalescence de notre pays qui n’est pas de critiquer.

  58. Soyons reconnaissant envers nos dirigeants, quoi qu’il en soit ils ont fait de leur mieux. Ils ont trouvés le pays dans cette phase difficile, ils font tous leurs possibles pour le sauver. Par contre, ne restons pas à côté et les critiqué, unissons nos forces et sauvons le Mali.

  59. En tant que fils de ce pays, nous devons tous nous unir pour reconstruire ce pays. De ce fait, il est normal que nous unissions nos forces pour la sauvegarde de notre pays. Certes, nos dirigeants jouent leurs rôle, mais à nous aussi de contribuer à la reconstruction de notre pays.

  60. Comme nous le savons tous, le président Ibrahim Boubacar Keita fut élu avec 77% de voix d’électeurs. A mon avis, il ne sera pas capable de trahir ce pays, s’il est vraiment conscient de cette confiance que lui porte le peuple malien.

  61. 😉 😉 😉 😉 😉 Le Mali ne va demeurer dans cette situation pénible, unissons juste nos forces et soutenons nos gouvernants. Deux ans et 3 mois est minime par rapport à ceux qui ont passé dix ans au pouvoir. Donnons-lui du temps. 😳 😳 😳

  62. Les maliens doivent prendre leurs mal en patience, tout finira par etre résolu. Par contre, nous devons comprendre que ce n’est pas du jour au lendemain que les choses pourront voir le jour.

  63. L’accession d’IBK à la tête du pouvoir a coïncidé avec beaucoup de problème. Deux ans ne peuvent guère sauver le Mali. Donc, de grâce attendez la fin de son mandat pour pouvoir le critiquer.

  64. Il faut du temps pour sortir ce pays dans la crise, même cinq ans est insuffisant pour cela. Comme nous le savons tous notre pays est plongé dans ce trou cela fait au moins 20 ans. Donc, patience.

  65. Les années passées par IBK au pouvoir ont été un combat de la paix et pour la stabilité du pays. Il est venu au pouvoir, trouvé le pays plongé dans un gouffre profond de crise. Il est venu trouver le pays dans une crise sans précédent. Il s’est battu et à obtenir la signature d’un accord de paix. Son combat de tous les jours s’oriente à présent vers la stabilité totale du pays. Soutenons-le !!!

  66. De toute évidence, la crise qu’à secouer notre pays a conduit le peuple dans une souffrance incomparable aux autres dernières années. Les maliens ont subi toutes sortes d’humiliation ces derniers temps. RAISON pour laquelle, ils ont porté leurs seul et unique espoir était IBK. A présent c’est à lui d’approuver sa reconnaissance aux maliens.

  67. N’importe quoi, l’opposition malienne ne rate pas une occasion pour s’en prendre au président de la république et son gouvernement !!! Alors qu’elle même, si je peux me permettre, est un tas de merde dans ce pays !!!

  68. L’opposition malienne ne souhaite qu’une seule chose, que le pays sombre dans la terreur, que la population se révolte contre le régime en place et que chaque membre de la dite opposition puisse satisfaire ses désirs purement et simplement politique !!!

  69. L’opposition malienne n’a nullement lieu d’exister dans ce pays de par les actes qu’elle pose nuit et jour pour porter préjudice à l’image du président de la république !!! Alors qu’elle sait très bien qu’en voulant déstabiliser le président, c’est le MALI qu’elle va déstabiliser !!!

  70. L’opposition malienne est une bande d’incapable !!! Elle est animée par des personnes qui n’ont aucune envie que ce pays se sorte de cette merde, qui ne voient que leurs intérêts personnels, pas ceux du MALI !!!

  71. IBK est notre seul espoir. De la sorte où il a été porté à la tête de ce pays, nous ne pouvons compter que sur lui, seulement sur lui. Bonne chance à lui pour le reste de son mandat!

  72. En moins de deux (2) ans, Le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta a créé plus de 81 600 emplois dans le cadre de la lutte contre le chômage et de la délinquance. Le taux de la chômage sera diminué d’ici la fin du quinquennat d’IBK. Que ces trois personnes aillent se faire foutre!

  73. Soumaïla Cissé Tiébilé Dramé et Modibo Sidibé sont tous des oiseaux de même plumage. Au moment où le pays est sombré dans la calamité qui demande l’implication de tous aux côtés de l’élu de la nation, ces trois hommes préfèrent se détacher de cette masse de patriotes pour former une sorte de (contre-cause-de-la-nation).

  74. Il n’y a pas un ennemi de cette nation plus que Soumaïla Cissé. Il peut tout dire et tout faire contre la gestion d’Ibrahim Boubacar Keïta mais les maliens ne vont jamais tenir compte de ses dires. Car nous savons tous qu’il n’aime pas ce pays.

  75. Modibo Sidibé est un politique sans dignité et sans vergogne. S’il savait qu’on a des informations vitales sur sa personnes il n’allait pas se permettre de parler ainsi. Son projet de société est vide. Car n’offre rien de bien à la population. Raison pour laquelle il n’a pas été admis à l’élection présidentielle de 2013.

  76. On ne doit pas faire confiance aux opposants maliens. Ils cherchent juste des places. Apparemment ils font comme s’ils sont prêts à sacrifier leur vie pour la cause de la nation. Une fois à une poste, ils cherchent à remplir d’abord leur poche.

  77. Les opposants maliens font semblant de vouloir travailler en faveur de leur pays. Alors qu’en réalité ils ne le veulent pas. Sinon Tièbilé Dramé avait dit qu’il est à la disposition du président de la république. Malheureusement on a vu le contraire.

  78. L’insécurité qui prévaut au Mali ne doit être utilisée pour en faire un moment de critiques, de contre-attaque, de règlement de compte, etc. On doit unir nos efforts au tour d’un seul homme, le président de la république, en tant que la première institution de notre démocratie. C’est uniquement en cela que notre de sortie de crise se trouve. Bonne et heureuse année 2016 à tous les maliens sans oublier les opposants malhonnêtes!

  79. Soumaïla Cissé ne vise pas le bienêtre des maliens. Depuis qu’il est venu au poste de chef de file de l’opposition il ne cherche qu’à déstabiliser le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta qui a été élu à plus de 77% des voix. Essayez de décrédibiliser le pouvoir de celui-ci reviendra à porter atteinte à la voix des maliens.

  80. Dites moi les réalisations effectuées par monsieur Sévré Bouche dans les zones “A”pendant son passage
    à la tête de ce département spécialement crée pour prévenir une des situations que nous vivons aujourd’hui à savoir le développement des régions déshéritées .

  81. Ils ont peut être raison de dénoncer. Mais le problème est que le peuple malien veut voir d autres têtes,des nouvelles de préférence .le bilan d ibk sera fait en temps opportun

Comments are closed.