Dans le cadre de l’introduction de l’Azithromycine, un nouveau traitement de masse contre la mortalité infantile dans la région de Kayes, le ministère de la Santé et de l’Hygiène organise du 4 au 5 mars 2019, au centre international de conférences de Bamako(CICB) un atelier de formation et de sensibilisation. L’ objectif de cet atelier est d’informer et de sensibiliser sur l’Azithromycine qui permet de réduire de 15 % le taux mortalité infantile chez les enfants de 1 à 59 mois et de 25 % chez les enfants de 1 à 5 mois. La cérémonie d’ouverture était présidée par Pr Samba Ousmane Sow, ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique. Après la région de Sikasso, le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique s’apprête à introduire le nouveau traitement contre la mortalité infantile, l’Azithromycine, dans la région de Kayes. C’est dans ce cadre qu’il a organisé du 4 au 5 mars 2019, un atelier préparatoire au CICB. L’ objectif de cet atelier est d’informer et de sensibiliser sur l’Azithromycine qui permet de réduire de 15 % le taux mortalité infantile chez les enfants de 1 à 59 mois et de 25 % chez les enfants de 1 à 5 mois. L’atelier regroupe, depuis hier, des agents de santé, des autorités administratives, des membres de la société civile venus de tous les cercles de la région de Kayes. Il s’agit pour les participants d’échanger sur les meilleurs moyens d’informer et de sensibiliser les populations en vue de réduire la mortalité infantile. La stratégie retenue pour la région de Kayes est celle de porte à porte pendant les campagnes de masse. Signalons que le projet est financé par la Fondation Bill et Mélinda Gates à hauteur de 50 millions de dollars. Dr Fadima Cheick Coulibaly du centre de développement des vaccins (CVD-Mali) et Dr Camilla Ducker de la fondation Bill et Melinda Gates ont toutes les deux insisté sur l’efficacité du nouveau traitement contre la mortalité infantile et sur le fait que l’Azithromycine soit homologué par l’organisation mondiale de la santé(OMS). Oumar Ballo, le représentant du Haut conseil islamique de Kayes, a salué l’initiative tout en appelant à une large sensibilisation les populations locales sur le projet qui permettra, selon lui, de sauver la vie des milliers de femmes et d’enfants dans leur région. Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba Sow, a exhorté les participants de l’atelier à des échanges fructueux en vue de l’atteinte des objectifs du projet. Il a remercié la fondation Bill et Melinda Gates pour leur accompagnement. Pr Samba Sow a réaffirmé l’engagement de son département dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, conformément à la volonté du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Notons que l’Azithromycine a déjà fait ses preuves au Niger, au Malawi, au Kenya et en Ethiopie en réduisant de 15 % le taux de mortalité infantile. MSD

2

Dans le cadre de l’introduction de l’Azithromycine, un nouveau traitement de masse contre la mortalité infantile dans la région de Kayes, le ministère de la Santé et de l’Hygiène organise du 4 au 5 mars 2019, au centre international de conférences de Bamako(CICB) un atelier de formation et de sensibilisation. L’ objectif de cet atelier est d’informer et de sensibiliser sur l’Azithromycine qui permet de réduire de 15 % le taux mortalité infantile chez les enfants de 1 à 59 mois et de 25 % chez les enfants de 1 à 5 mois. La cérémonie d’ouverture était présidée par Pr Samba Ousmane Sow, ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique.

Après la région de Sikasso, le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique s’apprête à introduire le nouveau traitement contre la mortalité infantile, l’Azithromycine, dans la région de Kayes. C’est dans ce cadre qu’il a organisé du 4 au 5 mars 2019, un atelier préparatoire au CICB. L’ objectif de cet atelier est d’informer et de sensibiliser sur l’Azithromycine qui permet de réduire de 15 % le taux mortalité infantile chez les enfants de 1 à 59 mois et de 25 % chez les enfants de 1 à 5 mois.

L’atelier regroupe, depuis hier, des agents de santé, des autorités administratives, des membres de la société civile venus de tous les cercles de la région de Kayes. Il s’agit pour les participants d’échanger sur les meilleurs moyens d’informer et de sensibiliser les populations en vue de réduire la mortalité infantile. La stratégie retenue pour la région de Kayes est celle de porte à porte pendant les campagnes de masse.

Signalons que le projet est financé par la Fondation Bill et Mélinda Gates à hauteur de 50 millions de dollars. Dr Fadima Cheick Coulibaly du centre de développement des vaccins (CVD-Mali) et Dr Camilla Ducker de la fondation Bill et Melinda Gates ont toutes les deux insisté sur l’efficacité du nouveau traitement contre la mortalité infantile et sur le fait que l’Azithromycine soit homologué par l’organisation mondiale de la santé(OMS). Oumar Ballo, le représentant du Haut conseil islamique de Kayes, a salué l’initiative tout en appelant à une large sensibilisation les populations locales sur le projet qui permettra, selon lui, de sauver la vie des milliers de femmes et d’enfants dans leur région.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba Sow, a exhorté les participants de l’atelier à des échanges fructueux en vue de l’atteinte des objectifs du projet. Il a remercié la fondation Bill et Melinda Gates pour leur accompagnement. Pr Samba Sow a réaffirmé l’engagement de son département dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, conformément à la volonté du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Notons que l’Azithromycine a déjà fait ses preuves au Niger, au Malawi, au Kenya et en Ethiopie en réduisant de 15 % le taux de mortalité infantile.

MSD

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Les chercheurs ont examiné le risque accru de décès cardiaque lié à la prise de médicaments auprès de 347.795 patients avec prescription d’azithromycine vs 1,4 millions de personnes n’ayant pris aucun antibiotique, 1,25 millions de patients ayant pris de l’amoxicilline, 264.000 ayant pris de la ciprofloxacine et 194.000 de la lévofloxacine.
    · Les patients qui, durant 5 jours de traitement, ont pris de l’azithromycine, vs ceux qui n’ont pris aucun antibiotique, présentent
    o un risque presque multiplié par 3 de décès d’origine cardiovasculaire (HR : 2,88, IC : 95% de 1,79 à 4,63)
    o et un risque accru de décès toutes causes confondues (HR : 1,85, IC : 95%, de 1,25 à 2,75).
    · Ce n’est pas le cas des patients ayant pris de l’amoxicilline : L’azithromycine vs amoxicilline est associée à un risque accru de décès cardiovasculaire (HR : 2,49, IC : 95%, de 1,38 à 4,50) et de décès toutes causes confondues (HR : 2.02; IC : 95%, de 1.24 à 3.30), ce qui représente, concrètement, 47 décès supplémentaires d’origine cardiovasculaire par million de patients.
    · Le risque de décès cardio-vasculaire est significativement plus important avec l’azithromycine vs la ciprofloxacine, mais ne diffère pas significativement de celui constaté avec la lévofloxacine.
    Sur 5 jours de traitement d’azithromycine, les chercheurs constatent donc bien une légère augmentation du nombre de décès cardiovasculaires, plus prononcé encore chez les patients présentant un risque élevé de maladie cardiovasculaire.

  2. ehhhhh Allah, assassins!!!! Allah ka naw gnè souma, ni Moguo min yé nin foura ta i ba yé chou wollo, faite vos enquêtes!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here