Séminaire de formation, d’éducation et d’information sur l’Autisme : mieux sensibiliser les populations sur l’Autisme pour une prise en charge adéquate des enfants victimes

0

La FMOS-FAPH /USTTB a abrité ce samedi 09 septembre 2017 un séminaire de formation, d’éducation et d’information sur l’autisme. Ce séminaire, organisé par le WACBIP (WEST African Centre of Biology and Infectious Pathogens) en partenariat avec la FMOS-FAPH/USTTB, a  pour but  non seulement de faciliter le  dépistage sur l’autisme  aux points focaux, les directeurs techniques des ASACO et les médecins chefs des CCREF mais aussi  demander aux  tradithérapeutes s’ils connaissaient l’autisme avant ,comment ils le reconnaissaient et les causes qui le provoquent. Ladite cérémonie était présidée par DR Modibo Sangaré, l’investigateur principal du projet sur l’autisme non moins enseignant chercheur à la FMOS, en présence du professeur Arouna  Togora ; du vice-recteur de l’USTTB ; du  vice doyen de la FMOS ; secrétaire principal de la FAPH et des familles des autistes.

Dans son allocution, le secrétaire principal de la faculté de pharmacie a remercié et félicité Dr Modibo Sangaré pour avoir  mené une recherche très approfondie sur cette maladie très fréquente au Mali mais ignorée par la population. Il a remercié et encouragé le WACBIP pour son combat contre les maladies infectieuses, particulièrement l’Autisme. Il a enfin invité tout un chacun à bien faire la connaissance de cette maladie pour mieux sensibiliser d’autres personnes.

Quant au vice- doyen  de la FMOS, il a affirmé qu’il y’a des centaines d’enfants autistes selon les recherches de son collègue Modibo Sangaré. Pour lui, tout ce qui est attendu  après cette formation est la prise de conscience de cette maladie par tout le monde afin de permettre la prise en charge des malades autistes. « Nous ferons en sorte que les parents des malades prennent conscience de cette maladie et créer une association qui puisse contribuer à une meilleure connaissance de l’autisme et améliorer sa prise en charge », a ajouté le vice- doyen.

Avant d’entrer dans tous les détails, DR Modibo Sangaré, le spécialiste  en Autisme le définit comme un   trouble global du développement mental, altérant sévèrement tous les registres du fonctionnement de l’individu (intellectuel, cognitif, socio- relationnel, affectif).Pour Dr Modibo Sangaré, l’autisme est fréquent au Mali plus qu’on ne le pense. Selon lui, ce séminaire permettra de faciliter aux directeurs techniques des ASACO et aux médecins chefs présents de savoir comment dépister l’autisme chez un nourrisson. « Après cette formation, ils peuvent détecter la maladie très tôt et  nous référer ces enfants pour la prise en charge précoce .Ce qui va déterminer la qualité de leur vie à l’âge adulte. »,a-t-il espéré. DR Modibo Sangaré affirme qu’ils comptent  apporter  des soins aux malades autistes dans leurs objectifs.

Enfin, le professeur Arouna Togora a expliqué certains signes qui prouvent l’autisme chez l’enfant .parmi ces signes, nous pouvons retenir entre autres : l’absence d’échange avec la mère et d’intérêt pour les personnes : indifférence à la voix et au visage de la mère, absence d’échange de regard avec celle-ci ; indifférence au monde sonore et impression de surdité, troubles du comportement : soit sagesse excessive : ‘‘enfant trop calme’’ restant sans bouger

Soit au contraire, agitation désordonnée, enfant ‘‘ trop excité’ ; troubles psychomoteurs : défaut d’ajustement postural et d’agrippement lors de la prise de l’enfant par l’adulte: enfant ‘‘ poupée de son’’, absence d’attitude anticipatrice de l’enfant lorsque l’on ébauche le mouvement de le prendre dans les bras (normalement, l’enfant accompagne le mouvement en tendant les bras), troubles du tonus : hypotonie le plus souvent (hypertonie parfois) …

Ce séminaire permettra aussi aux parents des malades de non seulement connaitre qu’est ce que l’autisme mais aussi savoir comment se comporter avec leurs enfants autistes. Ils pourront après avoir compris le concept, se réunir au sein d’une association pour une prise en charge facile de ces malades.

B. Guindo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here