Logements sociaux : Le Ministre Hama Ould Sidi Mohamed Arbi s’imprègne des difficultés des entreprises de construction

1

Le  Ministre  de  l’Habitat, de  l’Urbanisme et du logement social, Hama Ould Sidi Mohamed Arbi, a effectué une descente  de terrain sur  le  site  des logements sociaux de N’Tabacoro. Il a été reçu par  les responsables  d’entreprises de construction de  la zone.  Le Président  Directeur général (PDG)  du  Groupe d’Entreprise  de Construction Immobilière (GECI), Cheick Kéita, a dressé  le point de son entrevu avec le ministre  et ses hommes, concernant leur domaine d’intervention. Nos impressions, a-t-il dit, sont grandes. On a été comblé par rapport à son arrivée sur notre site. Car, ajoute Cheick Kéita, quand le ministre est arrivé, il a pu connaitre nos  problèmes.

Les problèmes auxquels nous sommes confrontés et   qu’on a évoqué au ministre, indique le PDG  du GECI, sont nombreux. L’on  note  l’acquisition  du terrain qui nous pose des difficultés. Après le terrain qui  était un peu  inondé, il fallait trouver des solutions pour faire des études supplémentaires. Tout ceci  nous a handicapés. Après  avoir nous  écouté avec attention, dit Keita, le ministre a rassuré  de prendre des dispositions pour  trouver  une solution aux problèmes.

Notre entreprise, dit Cheik Kéita, a un contrat de  1000 logements à réaliser. Sur  les 1000 logements, précise Cheick, on a mis en phase  223 logements, après 227  logements, ensuite  500  logements. C’est  la première phase   explique le PDG Kéita  du GECI qui a commencé. Comme  elle  a débuté avec  beaucoup de difficulté sur le terrain ici. Le  terrain était occupé, et  il fallait  dégager  les gens, c’est  une zone  marquagée,   il fallait faire des études. Après toutes ces études, dit-il, il fallait trouver un avenant. Et  cet  avenant  à tarder  à venir. Mais cela ne nous a pas empêché de commencer à travailler. Nous avons  travaillé, car la Banque Of Africa nous a financés à hauteur  de plus de 60 milliards  pour  la réalisation de ce projet. Mais la lenteur administrative  qui est d’ordre générale nous a un peut fatiguer. Ce  qui fait qu’on a pris trop de temps. Mais elle en train de régler petit à petit.  A ce jour,  a appuyé  le PDG du GECI, nous sommes à un taux de réalisation de  80%.

Les  réponses  concrètes  que  le ministre a donné à nos doléances, a dit Cheick Kéita, sont  entre autres  d’amener  les  documents  pour  que  soit  dégager  une situation  après  lecture.  On se réjouit  de  cela. En plus de cela, il a  donné des  instructions  à ses hommes  de noter  nos  soucis pour qu’au retour  au bureau  analyse claire soit faite pour que l’ensemble  des  problèmes  qui ont  été expliqué puisse  être prise en charge. Nous  construisons 118 F5, 74 F4, 31  en F3 (pour la première phase). Le  reste  c’est  des 500  et  223  de  type F3  et  F4 qui  vont  être  réalisés.

Avec  la  lenteur  administrative, le délai de réalisation a  été  épuisé. On a déjà livré une partie qui a été attribué même, dans ces quelques jours, on va livrer  une  autre partie. Bref, au fur et à mesure que nos  situations  sont  décantées  par  l’administration, nous  aussi, nous progressons. Car, dit-il, la Banque aussi regarde l’administration  qui paie  et nous on construit. Ce sont ces trucs qui nous bloquent  un peu. Le  délai, on ne peut  pas  le donner. Mais on pense  qu’avec  ce  ministre qui  est un technicien  à la matière, on espère que les voir les choses bougées.  Pour vite, il faut  l’accompagnement  du gouvernement  sans faille qui a un peu  manqué. Car les banques, il faudra les rassurer, c’est l’administration qui est derrière nous car c’est notre acquéreur principal. L’ensemble  du  programme fait 20000 logements. Le  besoin annuel  est de 440000 logements. Il Ils doivent être bâti sur 1000 hectares.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. ” … Avec la lenteur administrative, le délai de réalisation a été épuisé…

    …au fur et à mesure que nos situations sont décantées par l’administration, nous aussi, nous progressons. Car, dit-il, la Banque aussi regarde l’administration qui paie et nous on construit…

    … il faut l’accompagnement du gouvernement sans faille qui a un peu manqué. Car les banques, il faudra les rassurer, c’est l’administration qui est derrière nous car c’est notre acquéreur principal. L’ensemble du programme fait 20000 logements. Le besoin annuel est de 440000 logements. Il Ils doivent être bâti sur 1000 hectares…” … /// …

    :

    Le Ministère de l’HABITAT est un Ministère qui change de Ministre à chaque remaniement gouvernemental.
    Celui qui est nommé n’a pas le temps d’aller au bout de son action ou des ses reformes. Ce Ministère est trop sensible.
    C’est un des Ministères qui concentrent le plus les injustices, les frustrations et les colères des Populations Maliennes.
    Les Gouvernants Maliens ont initié quelque chose…, c’est à dire l’HABITAT social, qu’ils n’arrivent pas à gérer dans les règles de l’art.
    Ils n’arrivent pas à le gérer, parce que des cadres qui en sont chargés en font leur propre gagne-pain. Alors, qu’il ne devait pas être un produit de commerce.
    Il s’agit de rendre service aux gens dans le besoin.
    La seule chose à réclamer aux bénéficiaires, c’est d’être réguliers dans le paiement de leurs loyers. Pas d’en faire un objet de commerce.
    Monsieur le Ministre à quand les prochains dépôts de dossiers pour postuler… ?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here