Approche Intégrée pour la lutte contre la Malnutrition et pour l’épanouissement des Jeunes Enfants en Milieu Rural (AIMER) : L’UNICEF et BORNEfonden capitalisent leurs résultats

0

Une initiative basée sur l’appropriation par les communautés des bonnes pratiques en matière de nutrition, le projet ‘’Approche Intégrée pour la Lutte Contre la Malnutrition et pour l’Epanouissement des Jeunes Enfants en Milieu Rural’’ « AIMER » a, au terme de 15 mois d’activités, atteint des résultats forts encourageants. C’est du moins ce qui ressort de l’atelier de capitalisation dudit projet tenu le 1er mars 2016 au Grand Hôtel de Bamako. C’était en présence des ministres Marie Madeleine Togo de la Santé et de l’Hygiène Publique, Sangaré Oumou Ba de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille ainsi que du directeur de l’UNICEF et de BORNEfonden.

Il s’agissait pour les acteurs du projet de faire le témoignage d’exemples réussis en matière de prise en charge de la malnutrition et un encouragement pour la réplique de l’initiative dans d’autres endroits au Mali où le phénomène sévit toujours de façon criarde. Le projet a eu comme zones d’intervention  les districts sanitaires de Yanfolila avec 4 aires de santé communautaires, de Sélingué avec 7 aires de santé communautaire et Bougouni couvrant 14 aires de santé communautaire. Dans l’atteinte de ses résultats, le projet AIMER aura bénéficié de l’indispensable accompagnement des services socio-sanitaires comme la Direction Nationale de la Santé, la Direction Régionale de la Santé de Sikasso et les Centres de Santé de Référence de Bougouni, de Yanfolila et de Sélingué. Un accompagnement qui s’est traduit par le renforcement des capacités sur les thématiques de la nutrition, la supervision des acteurs communautaires et techniques, la participation aux cadres de concertation et l’évaluation finale du projet.

La stratégie du projet qui a permis une appropriation effective par les acteurs communautaires s’est articulée autour des axes suivants : la formation des DTC et des points focaux nutrition des districts sanitaires en ANJE et suivi de croissance de l’enfant, la mise en place des GSAN et formation de leurs membres en ANJE communautaire, le recensement des cibles enfants de l’ANJE par les GSAN, le dépistage actif de la malnutritionchez les enfants de 6-59 mois, la référence des enfants dépistés malnutris vers les CSCom. Mais aussi, la réalisation des démonstrations nutritionnelles à l’intention des enfants âgés de 6-24mois et des FEFA (femmes enceintes et femmes allaitantes). Aussi, le suivi de l’approche AME (allaitement Maternel Exclusif) pour les enfants 0-6 mois par les GSAN, la distribution et le suivi de l’utilisation des poudres demicronutriments (pour les enfants de 6-24 mois) par les GSAN, la tenue des outils de collecte des données par les GSAN et l’organisation des rencontres pour la revue des activités.

En termes de résultats atteints, l’on peut retenir sommairement que 4 433 enfants de 0 à 5 mois ont été exclusivement nourris au sein, 40 364 enfants de 6 à 59 mois ont été dépistés, soit 80%,  16 624 enfants de 6 à 23 mois reçoivent une alimentation de complément adéquate à base de produits locaux, 5 541 enfants de 6 à 23 mois reçoivent un sachet de Nutributter par jour/120 jours et 5 541 autres reçoivent un sachet de poudre de micronutriments par jour/180 jours.

Un motif de satisfaction pour le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique Marie Madeleine Togo qui s’est félicitée du partenariat stratégique avec l’Unicef pour les résultats atteints par l’ONG BORNEfonden à travers le projet “AIMER”.

« Les échos qui nous sont parvenus à travers les directions nationale et régionale de Sikasso, attestent d’une bonne synergie avec toutes les parties prenantes, aussi bien techniques que communautaires. L’approche développée par le projet “AIMER” démontre que la lutte contre la malnutrition est une affaire de tous, car elle vise prioritairement l’appropriation par les communautés des bonnes pratiques en matière de nutrition », a affirmé la ministre qui n’a pas manqué d’assurer le soutien de son département dans des initiatives comme la lutte contre la malnutrition qui est une question de santé publique.

Même sentiment de satisfaction pour le Directeur National de  BØRNEfonden, qui notera que sa structure a vécu une expérience très enrichissante dans la mise en œuvre du Projet AIMER. « Au-delà de l’atteinte des résultats programmatiques, le principal enseignement que nous tirons est que la malnutrition peut être vaincue par la conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes que sont les communautés, les services techniques de la santé, les collectivités décentralisées, les ONG et les agences. En comptant sur vos accompagnements, nous travaillerons toujours pour le transfert des savoirs et savoir-faire à nos communautés bénéficiaires. Aussi, nous prenons l’engagement à continuer à œuvrer pour la consolidation des acquis et le développement durable des communautés rurales du Mali », a conclu le directeur de BORNEfonden.

Daniel KOURIBA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER