Assemblée générale du Groupement Patronal des Agences de communication : Rapports et préoccupations au cœur des débats

0

La 4e Assemblée générale du Groupement patronal des Agences de Communication s’est tenue le vendredi 18 décembre dans les locaux de DFA Communication à l’ACI 2000. La cérémonie était présidée par le secrétaire général du ministre de l’information, de l’économie  numérique et de la communication qui avait à ses côtés le président de GPAC  Amadou moustaphe Diop, Directeur de l’Agence DFA,  autres Directeurs des Agences de communication.

Le SG dans son propos introductif dira que  les agences de communication constituent un million indispensable du monde des affaires. Elles  participent à ce titre à la formation  de la richesse nationale.  Grâce à votre génie et à votre sens de la création, vous contribuez utilement au succès des entreprises et des administrations en général . Le regroupement entretient des relations privilégiées avec les deux organes publics que sont l’ORTM et l’AMAP. Ces rapports qui entrent dans le cadre du partenariat public/privé sont à encourager. Tout parcours en couple connait des soubresauts, les relations entre les agences de communication et les médias publics suscités n’y échappent pas si on eu juge par les récentes augmentations décidées par les Conseils d’administration de ces structures.

Il ajoutera qu’en réalité, ces augmentations se justifient par les impératifs d’harmonisation des tarifs publicitaires dans la sous-région ouest africaine ; la baise tendancielle des subventions de l’Etat aux EPA ; la nécessité de redressement de la situation financière des deux structures.

Il faut donc donner un temps au temps avant de tirer les conclusions de la mise en œuvre des décisions  des conseils d’Administration de l’AMAP et de l’ORTM.

Pour lui,  le souci d’un accompagnement de qualité  des agences de communication, le Gouvernement a déposé sur la table de l’Assemblée Nationale un projet de loi sur la publicité depuis 2012. Ce projet élaboré avec la contribution combien précieuse du GPAC, programmé à l’examen de l’assemblée à maintes reprises, a été reporté plusieurs fois, même sous la législature actuelle.  Ce texte prend en compte nombre de préoccupations de votre  groupement. Il permettra sûrement d’assainir le secteur confronté plus que jamais à une rude concurrence.

Abdramane Samakè

PARTAGER