Conférence régionale sur les «Médias et voix de la migration » : Des recommandations fortes à l’endroit de toutes les parties prenantes

1

La conférence régionale  sur les « Médias et voix de la migration » de l’Unesco s’est déroulée du 6 au 8 septembre 2022 au Palais des Congrès de Niamey en présence de Mahamadou Laoualy Dan Dano, ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions du Niger, de Mme Fatimatu Abubakar, vice-ministre de l’Information du Ghana, de Mme Aminata Kaba, ministre de l’Information et de la Communication de la Guinée.

Dans son mot de bienvenue, Zibo Hamidou, 2ème vice-président du Conseil de ville de Niamey, a salué la tenue de cette conférence sur une question si importante que la migration, un phénomène aussi vieux que l’humanité. Selon lui, il est impératif de comprendre de quoi on parle pour un traitement objectif du sujet.

A en croire l’Ambassadrice de l’Italie au Niger, Mme Emilia Gatto, la migration est un phénomène complexe. Elle n’est pas une déviance. C’est pourquoi l’engagement de l’Agence italienne pour la coopération au développement – Aics – et son département de tutelle s’inscrit dans le cadre des axes stratégiques d’intervention de la politique étrangère italienne dans la région. « Compte tenu de l’impact du phénomène de la migration irrégulière, mais également de tous les enjeux migratoires sur la politique interne de notre pays, l’Italie s’engage depuis plusieurs années pour soutenir les institutions étatiques des pays partenaires dans la gestion et la réponse aux enjeux liés à la migration, à travers une approche holistique qui comprend la réponse aux causes profondes de la migration, la gestion des crises humanitaires liées à ces enjeux et l’engagement des jeunes et de la société civile », a-t-elle déclaré. Elle  a plaidé pour un focus sur le genre dans la narration de la migration et salué l’importance des projets de sensibilisation sur la thématique complexe de la migration comme le Projet « autonomiser les jeunes à travers la communication ».

 «Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication»

«Ce projet a permis de renforcer les capacités des médias et d’exploiter le potentiel de la communication pour assurer aux jeunes l’accès à une information vérifiée et fiable sur la migration. Ses interventions ont essentiellement visé à améliorer la compréhension des enjeux et implications de la migration afin que les jeunes soient capables de prendre des décisions éclairées», a reconnu Dr. Tawfik Jelassi Sous-directeur général de l’Unesco pour la Communication et l’Information.

Ce projet, a-t-il fait savoir, a renforcé les capacités de plusieurs centaines de médias (radio, télévision, presse écrite, et presse en ligne) et de 800 professionnels en matière d’identification et de traitement de différents sujets relatifs à la migration. « Les médias, à travers les représentations et les narratifs qu’ils véhiculent sur la migration, peuvent normaliser, perpétuer ou remettre en question les idées, stéréotypes, attitudes, et comportements du public par rapport à la migration », a précisé Dr. Tawfik Jelassi.

Le Niger constitue un véritable carrefour d’échanges et de rencontres des peuples entre l’Afrique du nord et l’Afrique sub-saharienne, a souligné son ministre de la Communication, Chargé des Relations avec les Institutions. Pour Mahamadou Laoualy Dan Dano, le Niger est devenu le théâtre d’intenses mouvements de personnes et de leurs biens. «Ce qui favorise l’enrichissement mutuel des valeurs, des expériences et des cultures en raison de cette position géographique. La migration est donc un défi majeur auquel mon pays est confronté. Ce phénomène se présente, comme vous le savez, sous diverses formes : déplacements massifs de populations à l’intérieur des frontières nationales ; migrations transfrontalières dans l’espace sous régional ; migrations de transit en direction de l’Europe via les pays d’Afrique du Nord ; migrations de retour des pays d’accueil, ou encore cas des réfugiés fuyant l’insécurité dans les pays voisins », a-t-il expliqué.

Il s’est réjoui du niveau de représentation à cette conférence et a assuré de l’engagement du Niger à mener le plaidoyer nécessaire, auprès des plus hautes autorités des 8 pays concernés par le projet, pour que la Déclaration de Niamey, le plan d’action et les différentes recommandations issus de la Conférence régionale soient pris en compte et traduits en actes. Il a réitéré sa gratitude au ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, à travers l’ Aics, pour tous les efforts déployés aux côtés des Etats, depuis le lancement, en 2019, du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication ».

La qualité des échanges saluée

Aux termes de trois jours d’intenses travaux, le Président de la conférence, Pr Mounkaïla Harouna, a salué la qualité des discussions et des échanges en partage d’expériences. Il a remercié les participants pour leurs contributions à l’atteinte des objectifs.

Mme Gloria Hiadzi du Ghana a donné lecture des recommandations formulées par les participants, tels que l’adoption de la loi sur l’accès l’information conformément aux directives de l’Union africaine ; la poursuite du renforcement des capacités des professionnels des médias, l’amélioration des contenus éditoriaux sur le traitement de la migration ; la création de desk migration ; le renforcement du plaidoyer des organisation de la société civile auprès des gouvernements pour l’adoption favorable à la liberté d’expression et à l’accès à l’information, la mise en place de mécanisme de veille sur la désinformation et la mésinformation relative à la migration, le soutien au mécanisme de renforcement des médias, notamment les radios communautaires pour la production des contenus en langues locales.

L’honneur est revenu à notre compatriote, Mme Fadima Maïga, directrice de Mandé TV de lire la motion de remerciement. Par sa voix, les participants ont remercié les autorités nigériennes, l’Unesco et l’Italie.

Les membres du Comité scientifique de cette conférence régionale ont été présentés au cours de la cérémonie de clôture. Parmi ces personnalités ayant réfléchi pendant des mois sur l’organisation de ces assises figure notre compatriote Bréhima Ely Dicko, Professeur d’université et spécialiste des questions migratoires.

Le Directeur régional de l’Unesco pour l’Afrique de l’ouest a remercié les autorités nigériennes pour avoir assuré le bon déroulement des travaux et l’Italie pour sa collaboration avec l’Unesco. Selon lui, cette conférence a produit plusieurs résultats dont la Déclaration de Niamey. Ces conclusions auront une place de choix dans les actions futures.

Déclaration historique de Niamey

Pour la ministre de l’Information et de la Communication de la Guinée, Mme Aminata Kaba, qui a présidé la cérémonie de clôture, la Conférence de Niamey a permis de définir les stratégies permettant désormais de favoriser le développement en Afrique de l’ouest et du centre des narratifs diversifiés et une représentation inclusive de la mobilité humaine, dans l’optique de garantir l’accès à l’information complète sur la migration et de promouvoir les migrations régulières ainsi que le respect des droits et la dignité des personnes migrantes. « L’un des faits marquants de cette conférence régionale reste incontestablement l’adoption de la Déclaration historique de Niamey par les Ministres en charge de la Communication et leurs délégués », a-t-elle fait savoir. Cette Déclaration réitère l’impérieuse nécessité, pour chacun de nos Etats, de garantir et de préserver le droit à l’information, y compris l’information vérifiée sur la migration, à travers l’adoption et l’application effective des lois conformes aux standards internationaux. « Elle réaffirme aussi notre volonté commune de lutter contre la désinformation relative à la migration, de combattre la stigmatisation, la xénophobie, le racisme et les discours de haine à l’égard des personnes migrantes, conformément au droit international. La déclaration a mis en exergue la nécessité de renforcer la prise en compte des multiples facettes de la migration, notamment les problématiques liées aux femmes. Elle a rappelé le rôle important des campagnes d’information et des initiatives de sensibilisation multilingues sur la migration. Enfin, la Déclaration de Niamey invite les différentes parties prenantes, à savoir les gouvernements, les partenaires au développement engagés dans le domaine de la migration, les médias et les organisations de la société civile à soutenir et à assurer la mise en œuvre effective des principaux résultats issus de la présente Conférence », a expliqué la ministre Kaba.

Engagement des gouvernements à mettre en œuvre les recommandations

Les pertinentes conclusions et recommandations prouvent la qualité des travaux.  Les recommandations « prennent largement en compte les préoccupations de nos Gouvernements, des partenaires au développement, des médias et des Organisations de la société civile engagées dans le domaine de la migration. Nos gouvernements respectifs ne ménageront aucun effort en vue de la mise en œuvre intégrale des recommandations », a-t-elle rassuré.

Elle a souligné que la République de Guinée, sous le magistère du Président de la Transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, a initié et renforcé d’importants projets d’autonomisation des jeunes et des femmes. «Il s’agit notamment du Fonds d’Assistance aux Guinéens de Retour au pays, du Fonds National d’Insertion des Jeunes, de l’emploi massif des jeunes à des hautes fonctions dans l’appareil d’Etat. Le projet de création d’une nouvelle télévision thématique sur l’entreprenariat jeune et l’éducation illustre fort bien l’engagement et la détermination des nouvelles autorités à intégrer la dimension jeune dans les projets de développement».

Elle a remercié le gouvernement nigérien pour la qualité de l’accueil réservé à l’ensemble des participants durant leur séjour à Niamey. « Ces remerciements vont également au gouvernement italien et au Bureau multisectoriel de l’Unesco pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel, basé à Dakar dont les contributions financières ont facilité la tenue de la présente Conférence régionale. Nos remerciements s’adressent aussi à l’ensemble des participants, grâce auxquels cette Conférence a été une réussite totale. Enfin, je rends un hommage mérité au Président de la Conférence régionale, Pr Mounkaïla Harouna, aux membres du Comité scientifique et aux organisateurs pour leur engagement sans faille, avant et pendant le déroulement de cette Conférence», a affirmé Mme Aminata Kaba.

La ministre a souhaité un bon retour dans leurs foyers respectifs à l’ensemble des participants avant de déclarer clos les travaux de la Conférence régionale «Médias et voix de la migration en Afrique de l’Ouest et du Centre». Une conférence qui marque la fin du projet «Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication», mis en œuvre par l’Unesco, depuis 2019. Il était financé par l’Agence italienne pour la coopération au développement (Aics), via le “Fondo Africa” du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République d’Italie.

Chiaka Doumbia, envoyé spécial à Niamey

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here