Front social : Les agents de la santé menacent d’aller en grève

5

A quelques jours du scrutin présidentiel du 29 juillet 2018, le front social demeure sous tension. Rien ne va plus entre les syndicats de la santé et le gouvernement du Mali. Pour preuve, le mardi 10 juillet 2018, la plateforme des syndicats de la santé du Mali (PLA.S.S.MA) a adressé au ministre du Travail, de la Fonction publique et des Relations avec les institutions, un préavis de grève de 360 heures, soit 15 jours à partir du 26 Juillet 2018 à 00heure.

Les syndicalistes exigent sans délai un statut des agents de la santé du Mali dont le contenu comprendra le recrutement direct des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes sans concours dans la fonction publique de l’Etat ou des collectivités territoriales. «Considérant le non-respect des engagements pris par les autorités politiques, administratives et sanitaires dans le procès-verbal du 16 avril 2017 ; considérant l’indifférence du gouvernement suite au dépôt du cahier de charge du SY.ME.MA depuis le 12 juillet 2017 ; considérant le PV de non conciliation du 04 juin 2018 de la grève des neuf jours ; considérant le non-respect des engagements pris par les autorités politiques, administratives et sanitaires à l’égard de tout ce qui précède. La plateforme des syndicats de la santé du Mali (PLA.S.S.MA) exige sans délai un statut des agents de la santé du Mali », souligne le préavis de grève.

Selon la plateforme des syndicats de la santé du Mali, le contenu de ce statut comprendra la création du conseil supérieur de la santé au Mali ; la révision de l’indice salarial et des primes des agents de santé ; le recrutement direct des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes sans concours à la fonction publique de l’Etat ou des collectivités territoriales; le reclassement des techniciens supérieurs 82 équivalent de la licence en catégorie A (licence) ; le reclassement des assistants médicaux (Master) dans le corps des ingénieurs selon leur spécialité.

Les syndicalistes veulent aussi l’application des points d’accords du procès-verbal de conciliation du 16 avril 2017 (grève des 38 jours) : l’intégration des contractuels sur fond ASACO dans la fonction publique des collectivités ; l’intégration des contractuels des hôpitaux dans la fonction publique de l’Etat ; la mise en place d’un fonds spécial de garantie pour les médecins du secteur privé; la création d’une passerelle entre la fonction publique des collectivités territoriales et l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ; le payement des salaires et arriérés de salaires des fonctionnaires des collectivités territoriale.

A cet effet, la plateforme des syndicats de la santé du Mali décide d’observer une grève de 360 heures soit 15 jours pour compter du 26 juillet 2018 à partir de 00 heure et prendra fin le 9 aout 2018 à 23 heures 59mn si les doléances suscitées ne sont pas satisfaites. Par ailleurs la plateforme se réserve le droit de reconduire d’une manière illimitée cette grève si les doléances ne sont pas satisfaites.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Santé vous parlez d’idioties, vous êtes pire que ces voyous de bas quartiers. Combien de personnes sont mortes à cause de vous ? Aucune sensibilité avec un cœur de pierre. Commerçants ? Opérateurs économiques ? Que dis-je ? Vous êtes à l’abri, et vos pauvres parents de pauvres citoyens ? Comme vous manquez de culture allez dans les pays voisins qui ne se sont jamais remis des désordres sociaux suite aux revendications corporatistes. Et sachez que la hausse de salaires n’a jamais été une solution. Après vous c’est les autres corporations qui seront en droit d’exigence. Vous allez provoquer une inflation qui renchérirait tout ce qui se vend à commencer par les céréales. Et sachez que c’est la pauvreté qui poussent les gens à travailler, à faire avancer le pays. Cultivez un peu vous allez comprendre. La vie des 18 millions de maliens dépend du niveau salarial de seulement 45 000 travailleurs. Approchez un économiste de bon niveau, il vous expliquera

  2. Le malheureux soldat! Être médecin n’a rien n’avoir avec la pauvreté. Un fils de pauvre peut bien être médecin et cela partout dans le monde. Ici au Mali le médecin spécialiste à 200000 Cfa de salaire, aucune autre prime ou encouragement, rien d’autre alors imaginer le reste! Avant de balancer des idioties il faut prendre le temps de vous renseigner! Merci.

  3. Je crois que les maliens ont l’occasion de se débarrasser de ce gouvernement qui se fiche de la vie des maliens. Sinon comment comprendre qu’un gouvernement soit toujours accusé du non respect de ses engagements. Agissons le 29 juillet 2018 pour renvoyer ce gouvernement incompétent

  4. Quand des fils de pauvres deviennent médecins, ce qui n’est pas le cas ailleurs où il serait cas de sacerdoce de don de soi, d’actes nobles, de servir l’humain et non se servir!!!!!; profession qui ne rime pas avec un esprit de lucre.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here