Affaire Ras Bath – Ministère Public : Bandiougou Doumbia bientôt interpellé

17
Ras Bath et Bandiougou Doumbia
Ras Bath et Bandiougou Doumbia (photo montage maliweb.net)

Suite à l’interpellation, dans la nuit de lundi à mardi 16 Août, de l’animateur vedette de la radio Maliba FM, Mohamed Bathily alias Ras Bath, des échauffourées ont éclaté hier entre des manifestants et le service de maintien d’ordre. Pour le moment, il est difficile d’établir un bilan crédible, en raison de certaines informations erronées qui circulent sur les réseaux sociaux.

En attendant, ce qu’il faut savoir, selon nos investigations, c’est que Ras Bath a été arrêté et mis en garde à vue au Camp 1 de la Gendarmerie de Bamako, suite à une plainte du Procureur du Tribunal de la Commune 4, Mahamadou Coulibaly.

Trois avocats ont été constitués pour défendre le chouchou des jeunes Bamakois. Il s’agit de Maîtres Abdrahamane Touré, Malick Ibrahim Maiga et Zana Koné. Ce dernier a même vu sa voiture saccagée par les manifestants.

Selon l’un des avocats, que nous avons pu joindre par téléphone, le dossier est au stade de l’enquête préliminaire au niveau du Camp 1 de la Gendarmerie de Bamako et Ras Bath n’a pas encore été présenté devant le juge. En clair, il n’était pas au Tribunal de la Commune 4 hier, au moment où les échauffourées ont eu lieu, contrairement aux informations qui ont fait se mobiliser les manifestants.

Il semble que ce soit à travers les réseaux sociaux que ceux-ci ce se soient donné rendez-vous devant le Tribunal, prétextant que Ras Bath serait ce jour-là devant un magistrat instructeur. C’est ainsi que les trois avocats cités plus haut s’y sont rendus pour déposer leurs lettres de constitution et par la même occasion essayer de mieux comprendre l’affaire.

«La situation actuelle est malheureuse. Cela n’honore pas notre pays. Personne ne doit entraver le cours de la justice. Celle-ci doit travailler dans le calme et dans le plus grand sérieux. Il faut sensibiliser les uns et les autres à laisser la justice faire son travail.

C’est une affaire dans laquelle on évoque les mœurs, suite à la polémique qu’il y a eu entre Ras Bath et Bandiougou Doumbia. Il ne serait donc pas étonnant que ce dernier soit interpellé d’un moment à un autre, parce que notre client seul ne peut être interpellé sans son contradicteur», nous a expliqué l’un des avocats du Rasta animateur.

A titre de rappel, ce dernier anime une émission très écoutée par les auditeurs de la capitale. Au cours d’une de ces «Cartes sur table», il a rapporté des choses peu agréables sur le grand prêcheur Bandiougou Doumbia Nouroudine. En réalité, c’était une réplique à ce dernier, qui l’avait traité de tous les noms d’oiseaux. C’était vraiment l’arroseur arrosé.

Rappelant également que «Cartes sur table» est une émission qui émet des critiques  violentes à l’endroit des dirigeants politiques et administratifs, des responsables de la société civile et des opérateurs économiques soupçonnés d’avoir mal agi au niveau de leurs différentes responsabilités. Ce qui explique la notoriété du Rasta animateur chez les jeunes Bamakois.

C’est pourquoi, une forte sympathie s’est manifestée à son endroit lors de son interpellation. S’y sont ajoutés les mécontents des déguerpissements, les chômeurs, et tous les insatisfaits de la gestion actuelle du pays, qui sont sortis appuyer les supporters du Rasta Mohamed Bathily.

Peut-être qu’avec l’éventuelle interpellation de Bandiougou Doumbia, qui s’est lui-même montré très grossier, dans un passé récent, dans ses diatribes contre les anciens Présidents ATT et Dioncounda Traoré, dans le cadre de l’adoption du Code des Personnes et de la Famille, ses supporters manifesteront eux aussi.

En tout cas, la situation se corse pour l’Etat, et on aimerait bien savoir comment il pourra juguler cette affaire?

Chahana Takiou et Mohamed Naman Keita               

Commentaires via Facebook :

17 COMMENTAIRES

  1. Après l’interpellation de notre ideol RAS Bath, que le procureur ait le courage d’interpeller au les auteurs des crimes commis au nord et là on saura vraiment qu’il est homme, le moment d’occupation du nord où étaient là gendarmerie, la police, la garde, l’armée, la justice et l’Etat? Des conneries seulement

  2. BSr les maliens pour moi l’équipe de la gendarmerie qui à été cherché rasta est tout sauf des professionnels comment vous alliez interpellé quelqu’un et lui laissé son téléphone écrire sur les réseaux sociaux vraiment mon CB il faut sanctionner tes éléments si non pour un bon agent c’était une mission simple. Voilà c’est la preuve de lincivisme et du manque de patriotisme des maliens qui se fait voir tous les jours .

  3. Ecoutez svp ce qu’il a raconté sur la Gouverneur Sacko Ami KANE. Et dites moi, si ce n’est pas s’attaquer à la vie privée d’une personne. On peut ne pas accepter voire dénoncer la démolition des kiosques de nos jeunes commerçants, pour lesquels nous compatissons tous, mais de là à s’attaquer à la vie privée d’une personne, NON. La liberté d’expression a aussi des limites.

  4. Que la justice malienne nous fout la paix. Où sont les criminels qui ont massacré, violé, enputés nos concitoyens? ce sont eux qui bénéficient de toutes sorte de privilège dans ce pays. ne nous parlez pas de justice. Qu’ils aillent en enfer tous les corrompus de ce pays.

    • Justice, droit…d’accord, seulement il va falloir s’entendre aussi sur le sens des mots pour que les mots aient un sens!

      1- Le droit ne dit pas le vrai, il ne dit pas le juste, mais il dit le droit, ce n’est pas du tout la même chose, c’est-à-dire que des choses peuvent être vraies, simplement du point de vue du droit, simplement qu’on n’aura pas pu les démontrer, les prouver, alors le vrai ne pourra pas être dit et on dira autre chose. Peut-être qu’autre chose, le mensonge aura caractère de vérité, parce que le droit aura permis de dire ceci plutôt qu’autre chose…

      2- Et il faut le savoir aussi que dans les tribunaux , si vous n’apportez pas la preuve que quelque chose a eu lieu, la chose n’a pas eu lieu. C’est une affaire de droit et le droit n’a pas quelque chose à voir avec le juste ou avec le vrai, il a à voir avec des textes et en matière de textes, quelqu’un qui dit, on n’arrivera jamais à faire la démontration effectivement que cette histoire n’était pas consentente, il y a eu rapport sexuel, il était consentant, aller prouver / trouver le consentement. Impossible !!!!

  5. Au Mali , on ne sait plus si on est dans un ETAT DE DROIT ou dans un DROIT de L’ETAT . Pour faire valoir le droit de l’Etat , on accuse des manifestants de manifester avec des armes . Quelle honte !

  6. Le procureur général doit comprendre que la liberté d’expression est un droit qui appartient à chaque citoyen. Il ne doit pas agir en homme téléguidé par les dirigeants.
    Les motifs évoqués par le procureur sont ,en réalité, irresponsables et abusants.

    • Justice, droit…d’accord, seulement il va falloir s’entendre aussi sur le sens des mots pour que les mots aient un sens!

      1- Le droit ne dit pas le vrai, il ne dit pas le juste, mais il dit le droit, ce n’est pas du tout la même chose, c’est-à-dire que des choses peuvent être vraies, simplement du point de vue du droit, simplement qu’on n’aura pas pu les démontrer, les prouver, alors le vrai ne pourra pas être dit et on dira autre chose. Peut-être qu’autre chose, le mensonge aura caractère de vérité, parce que le droit aura permis de dire ceci plutôt qu’autre chose…

      2- Et il faut le savoir aussi que dans les tribunaux , si vous n’apportez pas la preuve que quelque chose a eu lieu, la chose n’a pas eu lieu. C’est une affaire de droit et le droit n’a pas quelque chose à voir avec le juste ou avec le vrai, il a à voir avec des textes et en matière de textes, quelqu’un qui dit, on n’arrivera jamais à faire la démontration effectivement que cette histoire n’était pas consentente, il y a eu rapport sexuel, il était consentant, aller prouver / trouver le consentement. Impossible !!!!

      • Toi tu ne connais même pas la définition du mot justice. Sache que dans un procès on ne dit pas seulement le droit, il y a aussi la jurisprudence.

    • Mon frère la liberté d’expression est vrai, mais la liberté d’expression à des limites.

    • C’est la première fois que j’apprécie un peu un titre de Chahana le plus corrompu des journalistes au Mali pour ne pas dire dans la sous région.Il rapporte pour une fois des propos cohérents.

Comments are closed.