Procès Amadou Aya Sanogo et coaccusés : Aminata Soumaré réclame justice aux putschistes après violence physique et séquestration subies

6

Alors que le verdict de la chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Bamako dans le procès Amadou Aya Sanogo et coaccusés est attendu aujourd’hui, Aminata Soumaré, une présumée victime du putsch du 22 mars 2012, refuse les arrangements conclus entre les familles des victimes et le gouvernement dans le cadre de l’application de la loi d’entente nationale et réclame justice.
Une présumée victime du putsch de mars 2012 a créé la surprise le jeudi dernier à la Cour d’Appel de Bamako en se présentant à la barre pour rejeter en bloc les arrangements conclus entre le gouvernement et les familles des victimes dans l’affaire dite l’assassinat des 21 bérets rouges. Madame Aminata Soumaré estime qu’elle a été enlevée, séquestrée, violée et privée de sommeil par les hommes de mains de l’ex-putschiste le général Amadou Aya Sanogo. « J’ai été enlevée, cagoulée, séquestrée dans un lieu inconnu et violée à plusieurs reprises nuitamment par les hommes de Amadou Aya Sanogo », a témoigné la présumée victime Aminata Soumaré, ajoutant qu’elle a réconnu certains de ces violeurs dans la salle d’audience de la Cour
Lors du jugement de l’affaire Amadou Aya Sanogo et coaccusés le jeudi dernier, la plaignante a exprimé son indignation suite à la signature d’un Protocole d’accord entre les familles des victimes et le gouvernement dans le cadre de l’application de la loi d’entente nationale adoptée en 2018 à l’issue de la conférence d’entente nationale. Du coup, elle s’est opposée à l’application de cette loi dans ce dossier qui prévoit notamment d’exonérer de poursuites pénales des personnes accusées de crimes et de délits dans le cadre de la crise de 2012, au nom de la réconciliation nationale, et d’indemniser les victimes en numéraire ou par octroi de maisons. Elle estime qu’elle n’a jamais été associée à ce Protocole d’accord et continue à réclamer justice.
L’avocat de la défense, Me Cheick Oumar Konaré, interrogé sur les accusations que cette présumée victime porte contre Sanogo et coaccusés, se défend ‘’ Aminata Soumaré n’est pas citée dans le dossier qui accuse mon client’’.Avant d’ajouter qu’elle devrait attendre pour réclamer justice ou prétendre avoir réparation.
La défense des accusés et le procureur général qui représente la partie civile dans cette affaire ont ignoré le cris de cœur de la plaignante en évoquant l’application de la loi d’entente nationale. Cette position n’est pas partagée par nombreuses personnes qui se sont solidarisées aux propos ou aux accusations de la présumée victime des putschistes du 22 mars 2012. Certaines sont allées à réclamer justice pour elle en demandant au juge d’instruction d’enquêter à nouveau sur les révélations de la plaignante. Ces réactions sur les réseaux sociaux s’apitoient sur le calvaire de Aminata Soumaré et réclament aux autorités de la transition au nom de la réconciliation nationale de mener une nouvelle enquête pour que justice soit faite.
Pour sa part, la plaignante Aminata Soumaré continue à réclamer justice en publiant des photos d’elles, où on la voit avec les marques de violence physique ou quelque fois couchée sur un lit d’hôpital. Elle dit faire confiance à la justice malienne, mais n’exclut pas de saisir une juridiction internationale si jamais elle n’obtient pas justice au Mali. Le verdict de la Cour d’Appel qui est attendu ce lundi 15 mars.
Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Aminata Soumare’, j’ai ecoute’ votre declaration. C’est bien triste ce qui vous est arrive’! Il n’ ya aucune excuse pour un tel comportement! Vous etes dans mes pense’es et mes prieres! J’observe attentivement votre cas et je m’attends a’ ce qu’on vous donne une compensation financiere. On doit egalement vous presenter des excuses!
    MA CHERIE, YOU STAY STRONG!

  2. Absolument d’accord avec elle! Mais hélas! Espérer a une justice mature et conséquente dans ce pays équivaut a une naïveté inégalée. C’est totalement un cirque d’arrangements parodiques toujours basés sur des liens ( Politiques, familiaux, amicaux, partisans, militaire etc..). Quelle jungle!

  3. Soutien total à vous, ma soeur Aminata. Ne baissez pas la main tant que justice, la vraie justice ne soit rendue. Nous nous battrons toutes et tous à votre côté. Vous avez le soutien total de tous les honnêtes gens. COURAGE, nous vous soutenons jusqu’à l’obtention d’un verdict conséquent à cet acte ignoble de la part de ces bandits de grands chemins.

  4. Si Sanogo doit être relaxé, je ne vois plus pourquoi on ne va pas décriminaliser aussi le coup d’état, les meurtres, et autres crimes au Mali.

  5. Bon courage Madame ! Tout crime, de surcroit un viol envers une femme, doit se payer sans ambiguïté. Soutien à 100%.

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here