Suite à l’annulation du jugement de Ras Bath : Le ministre de la justice Mamadou Ismaël Konaté a rendu sa démission

4
Réforme de la justice: les grands chantiers du ministre Konaté
Mamadou Ismaël Konaté,

Nommé le 7 juillet 2016, le ministre de la justice, garde des sceaux, Mamadou Ismaël Konaté a rendu sa démission le lundi 27 novembre 2017. Cette démission du ministre Konaté fait suite à l’annulation du jugement de Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath par la Cour d’appel de Bamako pour faute de preuve le lundi 27 novembre 2017 dans la matinée. Au cours de ce procès, Ras Bath a fait des révélations accablantes sur le ministre Mamadou Ismaël Konaté. « La Cour d’appel de Bamako vient de rendre son arrêt de relaxe dans l’affaire dite Ras BATH. Je prends acte de cet arrêt en même temps que je prends toute la mesure de son sens. Je fais le constat de l’impossibilité de poursuivre ma mission à travers des actions efficaces, vigoureuses pour préserver les libertés et poursuivre leurs violations, pour défendre les deniers dissipés et les intérêts publics compromis et mettre en œuvre des actions idoines, pour poursuivre le crime de sang contre l’impunité…j’ai décidé de vous présenter ma démission en tant que ministre de la justice pour reprendre ma liberté », a déclaré le désormais ex ministre Konaté. Il a été remplacé par Hamidou Younoussa Maiga magistrat à la retraite.

C’est tard dans la nuit du lundi 27 novembre que les Maliens ont appris la démission du ministre de la justice, garde des sceaux, Me Mamadou Ismaël Konaté. Le ministre a adressé sa démission au Président de la République de démission. « Monsieur le Président de la République, La Cour d’appel de Bamako vient de rendre son arrêt de relaxe dans l’affaire dite Ras BATH. Je prends acte de cet arrêt en même temps que je prends toute la mesure de son sens. Je note l’attente du régime de passer par un tel chemin vers l’apaisement et l’accalmie. L’ambiance délétère du moment nous conduit à courber l’échine devant les anomalies, à fermer les yeux devant les violations et à accompagner les anomalies de peur des affres des troubles et des violences de rue », a déclaré l’ex ministre Konaté.

Selon lui, le régime en donnant échos à une telle vertu se sauve sans la République. Avant d’ajouter que la préservation des libertés et de toutes les libertés est aussi utile et nécessaire en république que leur respect absolu s’impose à tous. « Aujourd’hui peut être pas mais demain oui et sans aucun doute », a-t-il précisé. A l’en croire, la quiétude des populations et la sauvegarde de leurs libertés, la défense de l’intérêt supérieur de l’Etat et la préservation du bien public, la lutte pour la justice et contre l’impunité des crimes et des crimes de sang en particulier sont des déterminantes essentielles en république.

En république, dit-il, l’action d’un ministre de la justice vise à suivre l’application des lois et des règlements et poursuivre le non respect et leurs violations le cas échéant. « Je fais le constat de l’impossibilité de poursuivre ma mission à travers des actions efficaces, vigoureuses pour préserver les libertés et poursuivre leurs violations, pour défendre les deniers dissipés et les intérêts publics compromis et mettre en œuvre des actions idoines, pour poursuivre le crime de sang contre l’impunité… Pour qu’aucune action non accomplie ne le reste plus longtemps au sein de ce département, j’ai décidé de vous présenter ma démission en tant que ministre de la justice pour reprendre ma liberté », a conclu le désormais ex ministre Konaté. Il a été remplacé par Hamidou Younoussa Maiga magistrat à la retraite qui est désormais le ministre de la justice, garde des sceaux.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. le ministre a fuit ce la honte mr prouty parata aucun petit ministre qui paye par nos impot
    qui va nous fair peur vive le mali vive ras bath la verite a vaincue sur massonge

  2. Le Ministre Konaté avait cru pouvoir mettre les choses à l’endroit dans la justice du Mali. Dans un pays où un individu insulte tout le monde, dans un pays où l’impunité est devenu la règle, je me demande où on va. Nous devons tous avoir peur de ce qui est entrain d’arriver de façon lancinante. Tout le monde fait semblant. Les jeunes veulent du travail. Le travail vient par la création des emplois, et les emploi en quantité ne peuvent venir que des industries. Les industries, c’est de gros investissements et personne ne viendra investir dans un pays où il n’y a pas de justice. La cour d’appel dit qu’il n’y a pas de preuve, mon œil. Dans une dizaine de jours se tiendra le forum “Investir au Mali” vous verrez l’engouement. Personne ne viendra investir dans une “Jungle” sans foi, ni loi. Côte d’Ivoire, Sénégal, Burkina, Ghana etc…. sont attractif. Pourquoi?…..Continuons à barboter dans la marre de l’impunité et de la médiocrité. Et les jeunes n’auront que leurs yeux pour pleurer.

  3. Dans une democratie qu’est-ce qu’un Ministre doit dire sur un jugement de la Cour Suppreme de son pasy? Je ne comprends pas tres bien la situation, mais si le Ministre des doutes et sais les incapacites de la justice Malienne il ne devrait pas accepter d’etre Ministre. C’est une querelle de chapelle et le Ministre a pris les choses de facon personnelle.

Comments are closed.