Les résidents du Secteur I de Sébénicoro, dans un labyrinthe : Les Ecoles Marif de Turquie en sont la cause !

1

Le va-et-vient des parents d’élèves venant déposer  ou ramasser  leurs enfants  à l ‘Ecole Marif de Turquie, sise au Secteur I de Sébénicoro,  mettent   les résidents dans un  labyrinthe. Ils ont toutes les difficultés de rejoindre (le matin de 06 heures à 08 heures) la RN… ou quitter celle-ci pour rejoindre leurs maisons (le soir, entre 15 heures et 17 heures. Ils vivent un calvaire quotidien.  Les Autorités maliennes doivent, avant qu’un conflit ouvert ne dégénère entre les deux parties, chercher à résoudre  la situation.

En effet, c’est  quotidiennement devenu un spectacle  embêtant. Depuis que les Autorités scolaires de Marif de Turquie (Ex-Collège Horizon)  ont fait déménager  toutes leurs  Ecoles  de Bamako  Ouest au Secteur I de Sébénicoro, les habitants de ce quartier résidentiel sont soumis à des épreuves telles : la croix et la bannière.  Lorsqu’ils désirent quitter ou rentrer chez eux, ils sont quotidiennement  pris dans un labyrinthe.  Alors que toutes les rues  goudronnées ou pavées l’ont été grâce aux  efforts communs des seuls propriétaires de maisons de ce  quartier résidentiel.  Lesquels  ont cotisé pour un accès facile à la RN.. et vice-versa, regagner chez eux.  En revanche  les Ecoles Marif de Turquie, qui sont venues les trouver sur place, n’ont déboursé aucun  « copeck » pour la réalisation des infrastructures routières.

Grande incompréhension des résidents

Pourtant,  chose paradoxale et incompréhensive,  ce sont les  va-et-vient  des parents d’élèves des Ecoles  Marif qui sont  priorisés  par les agents de police qui régulent la circulation dans les différentes rues du Secteur I. Ce que les résidents ne comprennent pas. Tant, ils  sont les seuls  qui ont viabilisé les  différentes rues.  Et  il n’y a pas, témoignent  les habitants, une maison qui a coûté moins de 100 millions FCFA. Comme si cela ne suffit pas comme peine, les enseignants et le Personnel administratif des Ecoles  Marif garent, le plus souvent,  leurs véhicules devant les portails des  maisons des résidents,  Ce qui les réduit  dans un labyrinthe.

Un pont sur  le « Woyo Wanya  Kô »pour résoudre le problème

Le Centre Scolaire des Ecoles Marif de Sébénicoro Secteur I, appartient désormais à l’Etat turque (les vrais propriétaires (Collège Horizon 2000) ayant été spoliés de leurs biens par l’Etat malien. Il est bordé par le  lit  marigot « Woyo Wanya  Kô ». Or,  la Turquie a les moyens de construire  un autre pont sur ledit  marigot. Si jamais c’est le cas, les parents d’élèves des Ecoles Marif,  venant déposer ou ramasser leurs enfants, pourraient  être privilégiés sur ce pont. Qui va leur  donner un accès direct sur le site scolaire. Vivement cette solution (qui ne couterait rien à l’Etat  de Turquie) !

Gaoussou Madani Traoré

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pourtant nous sommes là à nous complaire dans une autosatisfaction Malikura , mon œil des infrastructures obsolètes , toujours la France des chemins construits mais on les appelle route.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here