L’INPS n’inspire plus confiance aux retraités : Les pensionnaires regrettent le temps ATT

1

La boite de l’espérance souffrait de retards criards dans le paiement des pensions. Et les vieilles personnes, femmes et hommes, après des dizaines d’années de labeur, mourraient souvent sans toucher leurs dus. Il a fallu l’arrivée au pouvoir d’un certain Amadou Toumani Touré pour que les choses changent. Mais aujourd’hui…

Le paiement des pensions qui était trimestriel, est aussitôt devenu mensuel à la grande satisfaction des bénéficiaires. Avec la bancarisation, le paiement se simplifia. Fini donc le temps des longues files d’attentes. Cela n’était pas fortuit. L’ancien chef d’Etat avait pris soin de nommer à la tête de l’INPS (institut national de prévoyance sociale) l’un de ses meilleurs conseillers, en la personne de Lacine Bouaré.

Celui-ci révolutionna le fonctionnement de la boite. Des mesures de motivations furent prises à l’endroit des travailleurs, des cadres compétents ont été mis à la tête de certains services. La presse parla d’embellie à l’INPS. Tout le monde pensait que le changement intervenu en 2013, l’arrivée au pouvoir de Mr Ibrahim Boubacar Keita, allait pérenniser ces acquis. Hélas !

Depuis un certain temps, rien ne semble aller à L’INPS. Des retards s’annoncent dans le paiement des pensions. Ce n’est plus mensuel.

Pour les deux grands groupes de retraités, les banques parlent maintenant du 17ou 22 du mois suivant. Ceux qui cotisent, les salariés, assistent ainsi impuissants à la gestion de leurs fonds. Ils sont certes représentés au sein du conseil d’administration, à travers le Patronat et les Syndicats, mais c’est l’Etat qui gère.

Un moment, l’INPS avait acquis le siège de l’ex SOMIEX. Parait qu’il était bien renfloué. De nouveaux bâtiments ont été construits, d’autres rénovés. Curieusement, l’INPS vient de jeter son dévolu sur l’ancien siège d’ECOBANK. Il est question de location. Sans parler de la rénovation du siège Devrait-on louer des bâtiments alors qu’on en dispose ? N’est-ce pas du gâchis ? Dans les deux cas, l’on parle de plusieurs dizaines de millions de nos francs. En avait-on besoin ?

Si l’INPS a autant d’argent, ne devrait-on penser d’abord,  au égard au coût exorbitant de la vie, à augmenter les maigres pensions au lieu de procéder à des dépenses inutiles et pour le moins douteuses?

B.S. Diarra

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Nous regrettons tous des temps. d’autres regrettes Moussa, d’autres Modibo, d’autres Alpha et d’autres même Sanogo. Mais autres ont pour souhait que l’actuelle régime perdure.

Comments are closed.