Marché d’ATT bougou 1008 logements : Les commerçants à l’attente des clients

0

A quelques jours de la fête de tabaski, nous avons effectué une visite au marché de ATTbougou 1008 ce vendredi 2 Août. Pour nous imprégner de l’état de l’affluence des clients auprès des commerçants. Fatoumata Coulibaly (vendeuse d’habits), Mariam Diarra (vendeuse de mèches et autres articles féminine), Aïcha (dirigeante d’un salon de coiffure), Oumar Maïga (vendeur de moutons) et certains clients ont bien voulu répondre à nos questions. Suivez!

            Selon Fatoumata Coulibaly, vendeuse d’habits, cette année est vraiment dure. ” On a amené tant de marchandises mais pas de client. On ne vent même pas cinq complets par jour, les clients viennent regarder et partir sans rien acheter “

            Quant à Mariam Diarra (vendeuse de mèches et autres articles féminins), elle dit qu’elle remercie Dieu car elle a suffisamment vendu dans ces deux jours mais pas plus que l’année passée.

            Nous avons fait un tour chez Aïcha, coiffeuse. A notre constat, il n’y a pas assez de clientes là-bas mais elle dit que la plupart est venue commander des perruques et elle confirme aussi que les choses bougent rarement cette année.

            En plus, Oumar Maïga (vendeur de moutons) affirme pour sa part : ” je n’ai jamais connu ce genre d’année depuis que j’ai commencé à vendre les béliers. Les clients se plaignent de la cherté des béliers alors que cette situation s’explique par le manque de bétail et l’insécurité dans les zones “.

            Toutefois, pendant que les commerçants se disent moins satisfaits de l’affluence des clients, ces derniers se plaignent de la cherté des produits. Ainsi, Aminata Sylla, cliente venue acheter des habits pour ses enfants nous explique qu’à cause de la cherté qu’elle n’a achetée qu’un seul habit pour ses enfants alors qu’elle était venue  avec l’intention d’acheter deux complets pour chacun de ses enfants.

            Awa Traoré, également une cliente venue acheter des chaussures pour ses enfants, dit qu’elle n’a pu rien acheter car les prix ont dépassé son budget au point qu’elle a décidé de se contenter de la friperie, espérant que celle-ci soit moins chère.

            “Vraiment tout est compliqué dans ce pays à cause de la cherté, on ne parvient même plus à satisfaire nos enfants ” explique  Madou Cissé.

            Apparemment la situation du Mali est loin d’être au beau fixe sur le plan économique. Surtout à seulement quelques jours de la fête. Chacun se plaint de la cherté de la vie.

Fatoumata Konandji

Stagiaire

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here