Produits de grande consommation : Les efforts du gouvernement pour la baisse des prix

0

Plusieurs mesures ont été prises dans ce sens comme la signature des protocoles sur les prix consensuels du pain, de la farine et du ciment

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed, a expliqué vendredi dernier à la presse, les efforts faits par le gouvernement pour maîtriser les prix des denrées de première nécessité. Cela, afin d’atténuer la souffrance de nos concitoyens. Ont pris part à cette rencontre le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM), Youssouf Bathily et le directeur général du commerce, de la consommation et de la concurrence, Boukadary Doumbia.

Au plan commercial, a expliqué le ministre Mahmoud Ould Mohamed, le département a négocié les marges commerciales des opérateurs économiques afin de geler les augmentations de prix. Ont eu lieu à cet effet des réunions de concertation avec les organisations consulaires et patronales, les opérateurs économiques, les organisations de la société civile, les associations des consommateurs.

Ces concertations ont abouti au maintien des mesures en vigueur et à l’adoption de mesures supplémentaires d’atténuation des effets de la flambée des prix. Il s’agit, a-t-il précisé, de la fixation du prix plafond du sucre à 500 Fcfa le kg dans le cadre du programme de jumelage, des tarifs indicatifs plafond du riz brisure non parfumé importé et de l’huile alimentaire, respectivement à 340 Fcfa le kg et 900 Fcfa le litre, en exécution d’un programme de réduction de la base taxable de 50% au cordon douanier.

Autres mesures évoquées par le chef du département en charge du Commerce : l’application à travers la signature de protocole, de prix consensuels du pain, de la farine et du ciment à 250 Fcfa et 150 Fcfa pour le gros et petit pain, à 20.000 Fcfa le sac de 50 kg de la farine boulangère et à 95.000 Fcfa la tonne de ciment.

Le conférencier a souligné que le prix des hydrocarbures a été homologué grâce à un mécanisme de prise en charge du différentiel de coût de revient du gaz butane, de modulation du taux de la Taxe intérieur sur les produits pétroliers (TIPP) et de la valeur en douane des hydrocarbures. Ces prix sont fixés à 2.910 Fcfa et 1.335 pour B6 et B3, 663 Fcfa pour le litre de l’essence super et 593 Fcfa pour le gasoil, a expliqué Mahmoud Ould Mohamed.

……..Lire la suite sur https://www.lessormali.com/

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here