Réforme du secteur de la sécurité : Les enjeux de la communication au menu d’un déjeuner de presse

0

Le Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF/Genève, Suisse) et le Commissariat à la réforme du secteur de la sécurité au Mali (CRSS) au Mali ont organisé un déjeuner de presse mercredi dernier (30 novembre 2022) afin de présenter aux médias le second numéro des «Hors-Séries» réalisés par la rédaction de «Mali-Tribune» sur cette thématique. Des échanges fructueux ont par la suite permis d’aplanir les difficultés pouvant contrarier le partenariat recherché entre la presse et tous les acteurs de cette réforme essentielle.

«La réussite de la réforme du secteur repose en partie sur l’adhésion de la nation, donc sur une appropriation nationale», a rappelé le Colonel-major Philippe Sangaré, commissaire adjoint à la Réforme du secteur de la sécurité (RSS), lors du déjeuner de presse organisé mercredi dernier (30 novembre 2022) au Grand Hôtel de Bamako. Autrement, la communication a «un rôle essentiel» dans cette réussite. On comprend aisément le choix porté sur les «Hors Séries» de «Mali-Tribune» pour vulgariser le concept, mieux informer les acteurs et les citoyens de l’évolution de la réforme… Le second numéro (40 pages) issu de ce partenariat a été présenté aux patrons de presse à l’occasion de ce déjeuner de presse.

Paru en 2020, «le premier numéro aura permis la clarification des concepts clés liés au processus de réforme du secteur de la sécurité, particulièrement au Mali», a indiqué le Général de Division Abdoulaye Coulibaly, Commissaire à la Réforme du secteur de la sécurité au Mali dans cette seconde publication. «Ce second numéro se veut un traçage du chemin parcouru par le commissariat à la RSS et ses différents partenaires techniques et financiers depuis le démarrage du processus en 2013», a-t-il poursuivi. Pour le directeur de la publication de «Mali Tribune», Alexis Kalambry, la nouvelle parution de la revue  fait un bilan d’étape de la RSS.

«La RSS est une partie de la solution de la crise multidimensionnelle» que le Mali traverse, a souligné M. Oswald Padonou, représentant-résident de DCAF au Mali qui s’est félicité du «partenariat fécond» entre «Mali-Tribune» et le CRSS qui permet de mettre en évidence les stratégies adoptées pour relever les défis liés à cette réforme. Selon lui, «la RSS vise à se rapprocher continuellement du standard de la bonne gouvernance du secteur de la sécurité. Elle a d’abord été comme un outil de consolidation de la paix par la reconstruction des appareils de défense et de sécurité. Elle est longtemps considérée comme un outil de renforcement de la légitimité et de l’efficacité des Forces de défense et de sécurité en vue de prévenir tout risque de dislocation et de contre-performance». Il s’est dit heureux de partager «ce repas convivial pour une cause qui détermine notre avenir commun».

«La réforme du secteur de la sécurité au Mali a atteint une étape importante avec l’adoption par le gouvernement (décret N°2022-0208/PT du 4 avril 2022) de la stratégie nationale RSS et son Plan d’action 2022-2024», a indiqué le Colonel-major Philippe Sangaré. Et d’ajouter, «le RSS dispose désormais d’un cadre juridique» pour sa mise en œuvre efficiente. Selon lui, le partenariat avec «Mali-Tribune» et la rencontre de mercredi dernier visent à «consolider l’action des médias pour un meilleur accompagnement du processus».

Pendant ses différentes interventions durant le déjeuner, il n’a pas cessé de mettre en évidence le rôle essentiel de la communication dans la réussite du processus. Et pour le Colonel-major Sangaré, «les médias jouent un rôle essentiel car la communication est au cœur de toute activité ainsi qu’au début et à la fin de tout processus, de toute réforme». Avec les patrons de presse, il a aussi partagé sa «conviction profonde» que «la communication ne se limite pas à une série d’activités pour accompagner des décisions déjà prises», mais qu’elle doit être «un paramètre de décision, un facteur clé d’analyse des décisions à prendre».

Les échanges entre les acteurs, les partenaires et les médias ont permis d’aborder des sujets de convergence et aussi de divergence permettant ainsi de baliser un partenaire fécond et efficace à l’avenir. Le Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF) est une fondation internationale dont la mission est de soutenir la communauté internationale dans la promotion de la bonne gouvernance et de la réforme du secteur de la sécurité. Elle œuvre ainsi à «renforcer la sécurité des citoyens au moyen  des services de sécurité et de justice responsable».

Pour ce faire, le centre établit et diffuse les normes correspondantes au niveau national et international, détermine les meilleures pratiques, propose des recommandations concernant la gouvernance effective et la réforme du secteur de la sécurité tout en mettant en place sur le terrain des programmes de conseil et d’assistance spécifiques pour toutes les parties intéressées.

Présent dans une quarantaine de pays à travers plusieurs continents, le DCAF (qui finance la revue du CRSS) a ouvert son bureau dans notre pays en novembre 2019 afin de mieux contribuer à sa stabilité et à la sécurité humaine !

Moussa Bolly

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here