Session ordinaire juxtaposée de la CNELA 2022 : 425 dossiers sur la table des Comités Techniques Spécialisés pour examen et évaluation

0

C’est parti pour les travaux de l’édition 2022 de la session ordinaire juxtaposée de la Commission Nationale d’Etablissement des Listes d’Aptitude (CNELA) pour les enseignants chercheurs et les chercheurs. L’évaluation durera jusqu’au 12 août prochain, sous la conduite des Comités Techniques Spécialisés (CTS). Le secrétaire général du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Pr. Amadou Ouane, a procédé à l’ouverture des travaux, à la Direction générale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (DGERS), le 1er août 2022. Lors de ladite session, 425 nouveaux dossiers dont 304 aux fonctions de maîtres de conférences et de professeurs, et 121 aux fonctions de maîtres de recherches et de directeurs de recherches, seront examinés et évalués par les membres des comités techniques Spécialisés (CTS).

Dans son discours d’introduction, le président de la CNELA, Pr. Bakary Kamara, non moins Directeur général de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a salué l’engagement constant du département de l’enseignement supérieur à rendre le système d’enseignement supérieur et de recherche scientifique plus performant et efficace au Mali. Selon le président de la CNELA, la promotion des enseignants chercheurs et des chercheurs par la voie nationale, à côté de celle du CAMES, est l’une des solutions pour palier le manque d’enseignants qualifiés pour le cursus du supérieur. Lors de cette session 2022, indique le Pr. Bakary Kamara, 425 nouveaux dossiers dont 304 aux fonctions de maîtres de conférences et de professeurs, et 121 aux fonctions de maîtres de recherches et de directeurs de recherches, seront examinés et évalués par les membres des comités techniques spécialisés (CTS). Pour donner au concours toute sa crédibilité, le Pr. Bakary Kamara a invité les membres CTS à prendre toutes les précautions scientifiques afin d’éviter des réclamations et des procès qui, par le passé, ont terni l’image de la CNELA. Lancée depuis fin mars 2022, précise le Pr. Bakary, cette session a connu des lenteurs à cause des facteurs qui sont entre autres, le nombre élevé des candidatures ; la constitution des dossiers physiques et électroniques ; l’insertion des pièces complémentaires après les dépouillements ; le non respect du délai d’instruction des dossiers par certains instructeurs ; l’insuffisance de professeurs titulaires en activité dans certains domaines pour la composition des CTS ; l’insuffisance du budget alloué à l’organisation des sessions de la CNELA.

La CNELA, désormais une culture scientifique au Mali

Le Pr. Amadou Ouane a indiqué que cette session juxtapose la 15ème session pour les enseignants chercheurs et la session 2022 pour les chercheurs. Cette session, dit-il, m’offre l’occasion de dire que la CNELA, en tant que voie nationale pour la promotion des enseignants chercheurs et des chercheurs, est désormais une culture scientifique. Le Pr. Amadou Ouane a insisté sur la transparence du début à la fin de cette session pour que les résultats ne souffrent d’aucune contestation. «Comme les précédentes sessions, cette session 2022 de la CNELA doit se tenir dans la transparence avec la rigueur et le professionnalisme de tous les acteurs afin de nous conférer la crédibilité indispensable à toute évaluation», a fortement insisté le secrétaire général du ministère de l’enseignement supérieur. Par ailleurs, le Pr. Amadou Ouane a formulé le souhait ardent de son département de lancer la prochaine session de la CNELA avec de nouveaux textes, c’est-à-dire des arrêtés qui unifient les conditions d’inscription sur les listes d’aptitudes des enseignants chercheurs et des chercheurs. «Ce qui dénote à suffisance tout l’intérêt accordé à cette voie nationale qui aspire à se rénover et à se perfectionner», ajoute le Pr. Ouane. Il a sollicité l’implication de tous les acteurs dans le système d’enseignement supérieur pour qu’il soit plus efficace et compétitif. Dans cette posture, dit-il, j’encourage tous les acteurs de l’enseignement et de la recherche scientifique à poser des actes qui conduisent à la sérénité sur tous les campus et au bon déroulement des activités pédagogiques. Enfin, le Pr. Ouane a promis aux participants que son département ne ménagera aucun effort pour l’amélioration des conditions de travail de tous les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Hadama B. FOFANA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here