Rentrée littéraire 2017 : Les livres aux services de l’éveil de conscience.

0

La 7e édition de la rentrée littéraire s’est déroulée du 21 au 25 février dans notre pays. Le lancement a eu lieu au Musée national le mardi 21 janvier sous la présidence du ministre de la Culture, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo. Le thème a porté sur « Renouveler le monde »

« La science sans conscience n’est que ruine de l’âme » a-t-on souvent entendu, la rentrée littéraire est peut-être une illustration de l’importance des lettres dans ce monde moderne. Au Mali, les acteurs par le biais du ministère de la Culture, le ministère de l’Éducation et le ministère de la Jeunesse et de la Construction citoyenne se sont une fois plus retrouvés autour de la littérature. Dans un monde qui a besoin d’élargir ses horizons, le thème de la 7e édition a bien mérité son choix. Ce n’est quand même pas un pari fou quand sait que la littérature est une discipline universelle qui participe, selon ses méthodes et ses moyens propres, à l’émancipation et à l’épanouissement intellectuel de l’homme. Raison de plus, le ministre de la Culture Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo lors de l’ouverture de cette 7e édition disait que : «Si le Mali était un livre, il serait sans doute le meilleur hymne aux vertus de l’hospitalité et du dialogue interculturel ». Elle a, par la suite, noté qu’ici, Bamako promet de ‘’Renouveler le Monde’’ par le biais de la littérature. La rentrée littéraire 2017 a regroupé des écrivains, étudiants, élèves et exposants etc.… brefs le monde de la littérature venu d’Afrique et d’ailleurs était au rendez-vous. Autour du thème « Renouvelé le monde », ce café littéraire a été riche en conférences, exposition, table-rondes dans de nombreux lieux à travers la ville de Bamako afin de sortir les livres des tiroirs pour les terroirs. Les thèmes et sous thèmes traités lors de ce café littéraire ont entre autre soulevé la place de la littérature africaine dans le panorama mondial. Pourtant, la mobilisation internationale autour de la rentrée littéraire au Mali explique d’une part une signification symbolique de la littérature africaine, puisqu’elle met en exergue la contribution de l’Afrique au renouvellement de la conscience collective. Dans un monde en pleine vitesse numérique, les livres, autrefois considérés comme un moyen de l’éveil citoyen, sont en pleine décadence. Voilà pourquoi, cette rentrée littéraire est une occasion de rappel d’œuvre littéraire qui ne cesse de prendre de l’ampleur d’édition en édition.

Amadou Kodio

Commentaires via Facebook :

PARTAGER