La transition phase rectification : Nécessité de redressement

9

La rectification intervenue le 24 mai 2021 mettant fin aux fonctions du Président Bah N’Daw et du Premier ministre Moctar Ouane est loin d’offrir les effets escomptés.

Les défis sécuritaires, institutionnels et sociaux économiques sont loin d’être accomplis. Les moult achats d’armement et de communications souvent de trop sur les équipements achetés et le partenariat avec la Russie n’ont pas permis de répondre aux enjeux sécuritaires.

Les récentes attaques doivent nous interpeller sur notre capacité réelle de faire face à cet ennemi aux multiples visages et à mieux cerner les contours du partenariat avec la Russie. Ce partenariat doit être mieux expliqué au peuple seul dépositaire de la souveraineté.

Nonobstant la montée en puissance des Forces Armées Maliennes et de Sécurité (FAMA), les résultats escomptés tant promus de la phase de rectification sont toujours attendus.

Le patient Mali souffre toujours de ses maux. Il y a lieu de se poser des questions pertinentes.

Les médecins sont-ils compétents ? La posologie est-elle adéquate ? Faut-il le redresser ?

Le Conseil National de la Transition (CNT) supposé représenter le peuple ne représente que ses employeurs selon les connexions de nominations faites en toute violation des propres textes de la transition. Les réformes institutionnelles sont au ralenti, il a fallu six mois pour nommer les membres de la commission de suivi des résolutions des Assises Nationales de Refondation (ANR).

Il y a certes des avancées sur certains plans. En occurrence la mise en place de la commission de rédaction de la nouvelle constitution (non inclusive malgré la tentative de consultation tenue le 26 juillet 2022 au CICB) suivant le décret N°20220394/PT-RM du 29 juin 2022. La publication des chronogrammes des élections dont à chaque trois mois une élection sera organisée à compter de juin 2023.

Avons-nous les capacités, techniques, matérielles, humaines, consensuelles « le SMIG politique » et financières pour tenir les échéances prévues ? Si non, quelles sont les alternatives ?

Seule l’union sacrée via un pacte républicain et de refondation véritable avec des actions priorités à minima nous, permettra de redresser la barre et de faire face aux défis qui assaillent notre chère partie. Certains se donnent à des propos de division en cataloguant des maliens en forces du mal et du bien, pendant que nous assistons à une « montée en puissance » soit elle désespérée des groupes terroristes, à l’isolement de notre pays dont la crispation de nos relations avec la Côte d’Ivoire, la coopération plus que tendue avec la MINUSMA et le flou autour de notre relation avec le pays du « malien », l’Algérie.

Les seules forces du mal de notre pays sont les terroristes, certains semblent l’oublier (peut-être qu’il existe un autre agenda que celui du Mali).

Cette situation sera-t-elle la dernière goutte qui fera déborder le vase ? Donne-t-elle raison à ceux qui s’interrogent sur l’impartialité de l’exécutif quant aux élections générales et la nécessite de son redressement de la transition?

La réduction du train de vie de l’Etat est devenue une propagande mobilisatrice et jetée aux oubliettes. Pourquoi augmenter le nombre de membres du CNT ?

Depuis la rectification de la transition et la levée des sanctions économiques et financières de la CEDEAO, le peuple attend toujours les fruits de son fameux sésame. Le karité peine à donner ses fruits. La cherté de la vie n’est soutenue par aucun plan social visible et la relance de l’économie se fait toujours attendre. Notre pays est frappé de plein fouet par les conséquences de la crise Covid-19, l’inflation généralisée, l’opération spéciale de la Russie en Ukraine, la guerre contre les groupes terroristes et les sanctions de la CEDEAO et sera probablement impacté par la récession économique mondiale qui se pointe à l’horizon. Pendant ce temps, les maigres ressources de l’état seront utilisées pour augmenter le nombre de membres du CNT au lieu de répondre aux besoins réels du peuple et de l’objectif de réduction du train de vie de l’état.

Cette augmentation du nombre de membres du CNT est-elle réellement justifiée ? Le CNT est-il en sous-effectif ? Son efficacité est-elle liée à cette situation ? Autant de question qui taraudent les esprits et demeurent sans réponses.

L’évaluation de l’efficacité et de l’efficience de cet organe dont certains membres semblent être plus de l’exécutif que du législatif. D’autres sont des vidéo-mans et des vendeurs d’illusions noyées dans leurs fantasmagories.

Que dire de la question des engrais ? Ce problème dont la phase de rectification n’arrive pas à rectifiée. Toujours les mêmes problématiques pendant la saison des cultures. Le changement tant chanté par les «forces du changement» n’arrive décidément pas à résoudre cette situation aux conséquences incommensurables sur les agriculteurs en particulier et la population en générale.

Comment réussir cette transition avec de telles batteries de défis et surtout que le Chef du Gouvernement ne facilite pas l’union sacrée.

La clé de voute de la réussite de cette transition n’est autre le Président Colonel Assimi Goita.

 

Contribution de Amadou COULIBALY   

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. In nutshell Mali was in security condition so poor it seem none of our leaders to this day will admit extent of that existence. Present Transitional Government whether speaking full Truth or not is acting in steps plus stages to fulfill our truthful need. It is still great need. Truth is if we are to neutralize terrorists as we must to survive we require much greater military buildup of perpetually useful equipment plus arms. We are in need of drones even if only small drones that may be mounted with explosives then used to dive bomb terrorists as they did us in their attack that killed 42 FAMA soldiers. Likely high number of FAMA soldiers killed were murdered by dive bombing drones having explosives mounted. Those drones are not only good for reconnaissance where they have cameras mounted but also may strike terror where group of terrorists gather. We also need machine guns of rapid fire plus range they may destroy drones filled with explosives.
    Military buildup is relevant to all we do plus need do in future to achieve conditions that facilitate having comfortable world class modern living conditions under unstoppable accelerating Global Warming. There is no easy way out. That is what decades of incompetent leadership did to Mali plus Negroid Sahel nations.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. C’est qui le chef ?

    Selon des sources concordantes, [la prise de pouvoir par nos militaires] serait aussi lié à des questions financières. « Ce n’est un mystère pour personne : Sadio est porté sur l’argent », accuse un officier. Le nom du ministre de la Défense revient en effet régulièrement lorsque sont évoqués les problèmes de corruption au sein de la transition. « Camara voulait également la peau de N’Daw et Ouane pour des affaires d’arbitrage de contrats miniers », assure un observateur à Bamako.

    En cause, une mine d’or : celle de Manakoto, dans le cercle de Kéniéba, à l’extrême ouest du pays. Le 24 mars 2021, la société canadienne B2Gold s’était vue retirer son permis d’exploitation du site au profit de la société Little Big Mining, appartenant à un proche de Seydou Lamine Traoré, ministre des Mines et beau-frère de… Sadio Camara. Le 21 mai, soit trois jours avant le deuxième coup d’État, Moctar Ouane signait un arrêté annulant cette attribution. Suffisant pour nourrir, encore, l’aigreur du ministre de la Défense à l’égard de l’ex-Premier ministre.

    […]

    Malgré quelques divergences, les colonels affichent pourtant une certaine unité de façade. Quand les difficultés pointent, ils ont plus tendance à se serrer les coudes qu’à se tirer dans les pattes. « Il n’y a pas de brèche énorme entre eux. Pour l’instant, leur attelage tient. Reste à savoir si ça va durer », analyse un bon connaisseur du pouvoir malien. Entre Assimi Goïta et le tandem Sadio Camara – Modibo Koné, le rapport de force militaire est clairement favorable aux seconds. Si le président peut compter sur la loyauté des environ 300 membres des Forces spéciales dont il est issu, ses deux ministres proviennent de la Garde nationale, laquelle compte, selon de récentes estimations, environ 10 000 hommes dont 6 000 pour la seule région de Bamako. Soit largement assez pour que Camara montre encore plus les muscles si nécessité devait s’en faire sentir.

  3. Coulibaly ke, il faut arreter la recreation, Ba Ndaw et Moctar Ouane ont ete des sacs vides des secretaires de la maudite France.

  4. Au lieu de s’attaquer aux problèmes qui assaillent le peuple, on continue de lui raconter que la France est à la base de tous les maux. On peut dire aux Maliens que les autres sont responsables de la mauvaise pluviométrie et ils le croient. Reste à savoir pour combien de temps ils écouteront ces bobards pendant que leur ventre aussi leur parle. Ceux qui rêvent d’être Monarques à vie feront mieux de s’attaquer aux vrais problèmes que de détourner les attentions.

    • Non et Non, les noirs doivent plutot se faire respecter comme les blancs et les asiatiques par la raison d’abord et en derniere position par la force.
      les samori toure, el haj omar tall, babemba, moussa traore, mugabe, aya sanogo, gbagbo, soro, sankara ont tous utilser la brute force en premiere position mais ils ont ete tous vaincus par la RAISON.
      Comme le disait senghor LA RAISON EST HELLENE ET L’EMOTION (FORCE BRUTE) EST NEGRE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here